• Intéressant...


    Nous avons toujours plutôt pensé que oui, en effet... une sorte de capitalisme présentant des similitudes avec aujourd'hui : l'Empire romain comme précurseur du monde actuel, la cité grecque aussi avec ses citoyens (l'Occident) et ses esclaves ou hilotes (le Sud global).

    Mais un capitalisme avec une force de travail esclave, d'où la crise qui y a mis fin.

    En fait le processus historique n'est pas linéaire mais plutôt en spirale. D'abord l'asiatisme, ou la cité gauloise etc., avec une caste qui ponctionne un tribut mais des villages de producteurs collectivistes (l'hilotisme à Sparte pouvant être vu comme une version "brutale" de cela, tendant vers l'esclavage agraire mais sans en être exactement).

    Ensuite l'Antiquité "capitaliste esclavagiste", qui finit par s'effondrer sous ses contradictions ; et débouche sur la féodalité qui est finalement un nouvel asiatisme supérieur, avec une propriété éminente (les féodaux qui ponctionnent le produit) qui n'est plus collective comme la caste d'avant, mais familiale ; et une propriété productive (populaire) elle aussi moins collectiviste et plus individualisée.

    Et enfin arrive le capitalisme qui comme l'esclavagisme antique en son temps, arrache totalement à la masse des producteurs les moyens de production et la gestion de sa vie sociale, pour en faire des esclaves d'un genre nouveau, salariés.

    Et de même que la bourgeoisie capitaliste a historiquement puisé ses références dans l'Antiquité gréco-romaine, c'est vers les formes d'organisation sociale populaires des modes de production "asiatiques" ou de la féodalité médiévale que doivent regarder les communistes.


    Salvioli et la controverse du capitalisme antique – entretien avec Jairus Banaji – Période

    Salvioli et la controverse du capitalisme antique – entretien avec Jairus Banaji Jairus Banaji Selon un certain dogme, il est courant de découper les grandes époques historiques en stades universels et intangibles : esclavagisme, féodalisme, capitalisme. Par ailleurs, on a coutume d’imaginer ...

    revueperiode.net
     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :