• Sur les terribles incendies en Amazonie : A Nova Democracia


    Le latifundio bolsonariste incendie l'Amazonie, l'impérialisme s'en mêle

    https://anovademocracia.com.br/noticias/11731-latifundio-bolsonarista-incendeia-amazonia-e-imperialismo-se-intromete

    Les 10 et 11 août derniers ont été proclamées "Journées du Feu", un acte politique des latifundistes [grands propriétaires agricoles] pro-Bolsonaro qui a dévasté les exploitations des petits paysans producteurs, et recouvert des régions entières du pays d'épais nuages de fumée.

    Dans une entrevue accordée au journal la Folha do Progresso, de l'intérieur de l’État de Pará, les latifundistes eux-mêmes ont déclaré que l'objectif était d'allumer des incendies de manière coordonnée dans diverses régions du pays en soutien au gouvernement. Mais spécifiquement, l'objectif était de détruire des forêts et des aires de préservation naturelle pour se les approprier, ainsi que pour justifier la militarisation de la région et étouffer la lutte pour la terre, réprimer les paysans en lutte pour la Révolution agraire.

    Les incendies ont dévasté la région du Pará, toute la région amazonienne et même jusqu'au Centre-Ouest et à la triple frontière avec la Bolivie et le Paraguay.

    Dans le Rondônia, le 13 août, le feu s'est étiré tout au long de la Ligne TB-14 et a atteint des dizaines de maisons, y compris le quartier de Galo Velho dans la municipalité de Machadinho do Oeste. Après que le feu ait pu être éteint, les paysans sont revenus sur place et y ont trouvé, en plus de leurs maisons et tous leurs biens détruits, une famille morte carbonisée...

    Ingérence impérialiste et latifundio

    Devant les répercussions internationales négatives, des dirigeants de pays impérialistes comme le président français Emmanuel Macron se sont sentis encouragés à s'ingérer dans les affaires internes du pays, et ont commencé à le menacer d'un boycott de l'agrobusiness et d'une rupture de l'accord commercial entre le Mercosur et l'Union Européenne, en raison des incendies.

    Qualifiant l'Amazonie de "notre bien commun", Macron s'est ainsi peint en “écologiste” tandis qu'il continue à piller les richesses naturelles des pays opprimés.

    Ces pays impérialistes européennes ne s'opposent pas à l'expansion du latifundio brésilien pour des raisons “humanistes”, mais bien par prétention coloniale à s'emparer des ressources naturelles de l'Amazonie à moyen et long terme.

    D'autre part, ils s'y opposent parce qu'à la suite des accords signés par les deux parties, la production des grandes exploitations brésiliennes aura un accès facilité au marché interne du Vieux Continent, ce qui pourrait ruiner les producteurs subventionnés français, base sociale importante dans la politique intérieure de ce pays.

    Au Brésil même, la division quant à ce qu'il faut faire traverse jusqu'aux rangs des latifundistes eux-mêmes. Une partie, liés à l'extrême-droite, fait pression sur le gouvernement pour aller de l'avant dans la destruction des forêts, afin de s'enrichir toujours plus aux dépens du Peuples et de la Nation ; tandis que d'autres importants représentants de cette classe, plus classiquement de droite, se sont positionnés contre par crainte des implications négatives pour les exportations.

    Le décret GLO en Amazonie

    Le 23 août, profitant de la situation et feignant de répondre à la pression internationale, le régime de Bolsonaro et des généraux a autorisé, à travers un décret de "Garantie de la Loi et de l'Ordre" (GLO), l'envoie de troupes des Forces Armées et d'autres forces fédérales pour soi-disant “combattre les incendies” dans toute la région amazonienne légale.

    À l'heure où nous publions, les troupes fédérales sont déployées dans les zones rurales des États d'Amazonas, Acre, Rondônia, Roraima, Mato Grosso, Pará et Tocantins. Le scénario de militarisation de la région met là aussi en alerte les paysans pauvres, en particulier ceux en lutte pour la terre.

    En Amazonie Légale se trouvent les deux États, le Pará et le Rondônia, où sont mortes le plus de personnes dans des conflits entre paysans et latifundistes au cours des dernières années.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :