• Red Guards Austin sur le postmodernisme et l'identity politics


    Cinglant, clair comme le verre et solide comme l'acier, il n'y a vraiment pas un mot à ajouter à ce masterpiece...

    Sinon peut-être, pour éclairer nos lecteurs plus avant sur les enjeux qui n'y transparaissent pas encore tout à fait clairement, le fait qu'une partie de ce courant philosophique postmoderne (déjà ancien, et dont les références sont assez mondialement connues), souvent déguisée en "communistes", a concrètement muté en un POSTMOFASCISME ouvertement lancé dans une offensive mondiale, coordonnée via le petit monde merveilleux des réseaux sociaux, contre le matérialisme communiste ; sous la forme de campagnes provocatrices destructives visant toute organisation qui pourrait sembler être un peu trop sur la "bonne voie", marcher "un peu trop fort" et dans le "bon sens" au regard des objectifs de la nouvelle vague révolutionnaire mondiale qui se lève partout dans le monde.

    Une offensive dont il n'est, sans doute, pas indispensable d'identifier clairement qui se tient derrière pour imaginer que ce ne sont certainement pas les intérêts des sections les plus opprimées des Peuples travailleurs dont ces gens se gargarisent pourtant et se prétendent les porte-paroles, vite-fait "concerné-e-s" ou pas un brin (mais c'est pas grave).

    Il est vraiment, vraiment, proprement hallucinant à quel point nous avons pu reconnaître des cas de notre propre expérience dans pratiquement chaque paragraphe, à chaque détour de phrase...

    Sans qu'il soit nécessaire, ni sans doute souhaitable et souhaité, d'en dire plus, contentons-nous donc de SAVOURER les points mis ici magistralement sur les i, au-delà des quelques désaccords que nous pourrions avoir (nous ne pensons pas par exemple que dans un État multinational et/ou doté de colonies intérieures, les révolutionnaires de l'ensemble des nationalités puissent être organisé-e-s dans un même Parti en étant simplement "vigilants" à la "représentation des plus opprimé-e-s" dans la direction ; même si bien sûr les différentes avant-gardes révolutionnaires nationales de l’État doivent tisser entre elles la plus solide coordination de travail possible ; quant aux luttes de genre qui traversent toutes les classes travailleuses et les nationalités opprimés, elles ne peuvent pas faire l'économie d'organisations autonomes de masse sur la ligne de l'antisexisme révolutionnaire prolétarien)... Et le son du tocsin de la CONTRE-OFFENSIVE qui ouvre à nouveau devant nous le chemin resplendissant de la Marche vers le Communisme, expédiant cette engeance opportuniste et provocatrice fasciste pourrie vers sa nouvelle et dernière demeure aka les poubelles de l'histoire (à moins que ce ne soit, comme leur finalement précurseur d'il y a 10 ans le 'p''c''mlm', après un spectaculaire retournement de casaque, du côté de la "gauche réac" qui est également rapidement évoquée dans le texte... parce que l'ultra-gauchisme décompo qui finit par tomber ouvertement dans la réaction, ce n'est pas tout à fait un phénomène nouveau hein).

    Ce document fait finalement un peu écho à ce que nous avons déjà pu écrire ici :
    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/breves-considerations-pour-une-approche-materialiste-des-oppressions-s-a126291476

    Bonne lecture.

     

    À propos de l'opportunisme identitaire



    Le postmodernisme et son influence dans le mouvement communiste des métropoles impérialistes.


    La chose la plus commune à toutes les personnes en ce bas-monde est que leur intellect est désormais perpétuellement submergé par une vision du monde nombriliste étroite, absolument incapable de les conduire aux idées justes.

    La véritable unité ne peut s'établir que sur la base des intérêts du prolétariat révolutionnaire. Le nombrilisme et le subjectivisme sont deux erreurs récurrentes contre lesquelles les communistes doivent se cuirasser, étant donné que depuis le jour de notre naissance nous sommes encouragés par tous les poisons de la société bourgeoise à adopter une vision du monde qui ne reflète pas notre véritable intérêt de classe, une idéologie suicidaire qui nous incite à nous placer comme individus déconnectés de tout au centre du monde, toute interaction humaine et toute analyse étant guidée par le seul mot d'ordre "qu'est-ce que je vais pouvoir en tirer ?". Toute personne impliquée dans le projet communiste révolutionnaire s'efforce de changer cela, transformant le monde et se transformant elle-même dans le processus.

    Le maoïsme n'est pas une identity politics armée

    Le postmodernisme, bien qu'il puisse plonger ses racines plus d'un siècle en arrière, dans ses habits actuels, puise largement à la source de la philosophie de Nietzsche, père philosophique du fascisme hitlérien.

    Le postmodernisme a connu une impulsion majeure du fait du vide intellectuel résultant du reflux temporaire du communisme, de l'effondrement de l'URSS et de la contre-révolution en Chine, et du recul des mouvements de libération nationale qui avaient connu leur apogée dans les années 1960 et 70. Dans l'atmosphère de pessimisme qui en a résulté, le postmodernisme a pu se trouver des milliers de partisans jusque dans les rangs des marxistes démoralisés par ces reculs.”—Siraj

    Dans le processus décrit ici par Siraj, le postmodernisme a établi sans le moindre doute son hégémonie dans les centres académiques-universitaires de gauche des pays impérialistes, devenant la grille d'analyse par défaut de beaucoup de mouvements sociaux et pénétrant profondément les cyber-espaces et les médias sociaux. C'est là une pomme empoisonnée, dont beaucoup s'emparent désespérément lorsqu'ils ou elles ne trouvent pas de méthode révolutionnaire facilement accessible pour analyser et contextualiser les diverses oppressions spécifiques affrontées par des groupes sociaux particuliers.

    Tel que nous l'employons ici, le terme d'identity politics désigne une méthode d'analyse qui place l'identité comme principale au-dessus de la ligne politique. C'est-à-dire, qui traite les opinions exprimées par des individus subissant une oppression comme la vérité indiscutable. Il va sans dire que cette méthode d'analyse prive de tout accès fiable à la vérité, aux idées justes, en rejetant par-dessus bord la possibilité que l'opinion de l'individu ou du groupe en question puisse être contredite par une analyse scientifique du capitalisme impérialiste, étayée par une large et profonde étude des faits historiques.

    Le maoïsme, dans son analyse des relations dialectiques entre la base économique et la superstructure, comprends que l'oppression de classe engendre et est influencée à la fois par un certain nombre d'identités. Ces identités étant formées sur le terreau d'une société patriarcale et suprématiste blanche, c'est une erreur défaitiste que de prétendre développer une ligne politique principalement sur la base de celles-ci. De fait, si ces identités peuvent contribuer à forger la ligne politique ("fournir" des idées justes), le principal reste la ligne politique elle-même et non les identités. Au regard de cela, toute forme d'"identity politics" doit être critiquée et extirpée dans l'intérêt d'une analyse matérialiste et d'une politique communiste. Le maoïsme reconnaît l'existence d'oppressions spécifiques et "croisées" dans le cadre d'une analyse nuancée des classes et de leur lutte entre elles.

    Depuis le début de la fin du reflux général du communisme décrit par Siraj, on observe un regain d'intérêt pour le communisme non seulement comme réponse plus ou moins consciente aux débuts de l'administration Trump et aux échecs du Parti démocrate, mais aussi plus largement du fait des conditions matérielles de l'impérialisme US et de la montée du populisme de droite causée par la crise du néolibéralisme. Ces conditions matérielles offrent une opportunité de gagner des secteurs de masse au MLM. Mais dans le même temps, en l'absence d'un Parti maoïste, nous ne sommes pas capables d'offrir une éducation communiste suffisante à toute personne gravitant autour du mouvement communiste. De par ces facteurs objectifs et subjectifs, beaucoup de celles et ceux qui se proclament maoïstes, ou disent adhérer au MLM, font en réalité preuve de profondes incompréhensions et confusions au sujet du véritable caractère de cette idéologie à laquelle ils et elles s'identifient.

    Dans ce texte nous ne pourrons parler que de la situation aux États-Unis, mais nous pensons que ces analyses pourront être utiles dans d'autres pays impérialistes où le postmodernisme et autres idéologies bourgeoises ont acquis une influence hégémonique dans les milieux universitaires et étudiants. Cette influence hégémonique a également pénétré à peu près tous les cyber-espaces, particulièrement les réseaux sociaux tels que Facebook ou Tumblr, qui comme tous les médias d'importance sous le capitalisme sont contrôlés par la classe dominante et fonctionnent comme une partie de l'appareil idéologique d’État pour reproduire l'idéologie bourgeoise. Il n'est dès lors pas surprenant qu'en conséquence de cela, beaucoup de personnes soient amenées à croire faussement que MLM = identity politics + militantisme ou lutte armée. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité, mais nous devons néanmoins examiner attentivement ce phénomène pour tenter de corriger ces idées fausses.


    Dans le contexte historique récent aux États-Unis, le mouvement marxiste-léniniste a très largement souffert d'une politique ouvriériste... qui est en réalité elle-même une identity politics axée autour de la vision eurocentrique du travailleur comme homme blanc travaillant à l'usine ; échouant par conséquent à prendre au sérieux et analyser correctement des modes d'oppression tels que la suprématie blanche ou le patriarcat. Ce sont les erreurs de l'eurocentrisme, du sexisme, du colonialisme et de la suprématie blanche qui ont conduit par le passé beaucoup d'autoproclamés marxistes à littéralement effacer les groupes opprimés de leurs analyses. Il n'y a guère pire en la matière que les trotskystes, la "gauche communiste" et autres marxistes "orthodoxes" qui regardent dogmatiquement vers le passé et tirent leur soi-disant "science" d'un petit panel soigneusement choisi de "classiques"-prophètes.

    Les maoïstes se sont employés à corriger ces erreurs, analysant le colonialisme et l'histoire des États-Unis, et prêtant toute l'attention requise à une compréhension correcte des colonies intérieures, des genres et autres groupes sociaux opprimés.

    Cette nuance s'adresse immédiatement à celles et ceux que l'on peut qualifier de postmodernes : ils et elles gravitent autour du maoïsme mais ne l'ont toujours pas compris comme ce qu'il est, une méthode d'analyse et un guide pour l'action ; et au lieu de cela le voient de la manière dont ce libéralisme idéaliste et anti-dialectique les encourage à le voir - un catalogue de positions auxquelles, si vous adhérez globalement, vous pouvez vous qualifier vous-mêmes de maoïstes. Nous rejetons catégoriquement ce principe et rappelons qu'être maoïste n'est pas seulement concevoir le maoïsme comme une méthode d'analyse MAIS AUSSI le mettre en pratique de manière organisée, et que seulement ainsi l'on peut se qualifier de maoïste.

    Nous ne devons pas, comme le font certains révisionnistes, rejeter mécaniquement l'identity politics sans discussion. Si le postmodernisme a acquis sa popularité dans le sillage de la défaite temporaire du communisme, alors nous devons nous confronter à cet échec tout en tentant simultanément de comprendre à la fois les limites de l'identity politics et les raisons de son succès. Pour cela, ne devons rechercher le fond d'idées justes, de bonnes questions cachées au fond de l'identity politics postmoderne.

    L'une des manifestations les plus communes de l'identity politics est l'analyse qui identifie chaque oppression comme son propre système indépendamment enraciné, au lieu d'identifier correctement l'oppression de classe (mue par le besoin du capitalisme impérialiste d'exploiter) comme la racine de toutes les oppressions. Ce point de vue tente parfois de se corriger (et y échoue...) par des mécanismes tels que l'intersectionnalité qui ne sont pas non plus ancrés dans une analyse matérialiste de classe. Tout le monde est capable de voir que les oppressions se croisent et chevauchent, mais la théorie postmoderne ne peut identifier scientifiquement pourquoi il en est ainsi, sans parler de ce qui peut être fait contre...

    Le noyau critique d'idées justes à dégager de ces analyses est que l'oppression de classe fonctionne fréquemment à travers des modes d'oppression tels que le patriarcat ou la suprématie blanche, et que le capitalisme impérialiste tel qu'il existe dans le monde se reproduit continuellement dans les conditions matérielles produites par ces oppressions. Pour autant, il faut comprendre que l'oppression de classe est l'oppression principale qui dirige l'entièreté du système. La lutte de classe doit être prise comme la clé pour mettre fin à toutes les oppressions, même si nous comprenons les autres modes d'oppression comme des aspects du fonctionnement de l'oppression de classe au sein du capitalisme impérialiste, comme des moyens de rendre l'exploitation continuelle possible.

    Concomitamment, ces modes d'oppression rétroagissent sur l'oppression de classe, la transformant encore et encore, modifiant et actualisant constamment les méthodes bourgeoises de coercition comme d'obtention de l'assentiment populaire. Un exemple de cela est peut-être la manière dont la classe dominante a fièrement mis en avant que le commandant d'un des deux navires ayant lancé la récente frappe de missiles contre une base aérienne syrienne est... une commandante, une femme. De fait, l'impérialisme US lui-même a embrassé l'identity politics et l'intersectionnalité comme un moyen efficace de couvrir son action et d'obtenir l'assentiment des Américain-e-s, tandis qu'il massacre et pille tout autour de la planète.

    Tous les communistes doivent reconnaître que les personnes authentiquement concernées par l'abolition de ces oppressions doivent également devenir concernées par l'intégralité du projet humain de libération, et que même avec leurs erreurs nous devons les regarder comme des camarades et être patients, ayant à l'esprit que ces personnes sont mues par des aspirations progressistes et ont donc un fort potentiel révolutionnaire.

    L'opportunisme identitaire et ses manifestations dans la “gauche”

    Ce texte ne se considère pas en capacité d'aborder tous les défauts et les limites du marxisme qui ont permis aux erreurs précédemment mentionnées d'acquérir leur importance actuelle, mais sera dédié à affronter spécifiquement les manières dont le postmodernisme a pollué nos mouvements actuels, et dont il entre en contradiction avec la loi basique voulant que les masses font l'histoire et doivent être organiquement impliquées dans le projet communiste.

    L'identity politics est devenue si méprisée dans les milieux communistes que même certains de ses plus opportunistes tenants vont désormais faire mine de rejeter et fustiger la notion. Comme peut l'être le mot "révisionnisme", "identity politics" est souvent employé d'une manière peu rigoureuse qui sert la confusion plutôt que la clarté. Étant donné que ce sont de terriblement réelles racines politico-économiques qui ont engendré et reproduisent continuellement chaque groupe spécifique de personnes opprimées, nous devons chercher à faire fonctionner notre organisation de telle manière que les groupes sociaux opprimés soient représentés dans la direction de notre mouvement, en extrayant les éléments les plus avancés des sections les plus opprimées de notre société.

    En réalité, l'identity politics la plus fréquemment pratiquée n'est pas un ensemble cohérent de conceptions politiques provenant d'un désir consistant de libération, mais plutôt un inconsistant et vulgaire opportunisme de l'identité.

    Les opportunistes identitaires sont celles et ceux qui utilisent l'identity politics uniquement lorsque cela convient à n'importe quel agenda qu'ils ou elles se seraient fixé-e-s à un moment donné, à tout ce qui accommode le mieux leur intérêt personnel carriériste ou leur quête des feux de la rampe. Un tel comportement individualiste et nombriliste a toujours été vu comme sans principes et inacceptable par les communistes authentiques. Cependant, contrairement à d'autres formes d'opportunisme, cet opportunisme identitaire passe souvent "crème", non-contesté par beaucoup de ces authentiques communistes pour essentiellement deux motifs sincères et compréhensibles : chez les plus récents adhérents au communisme, une hésitation due à leur incertitude quant à ce qu'est la véritable analyse marxiste de l'oppression ; et, cette fois y compris chez des communistes plus chevronnés, une volonté d'éviter de répéter les erreurs chauvinistes, racistes, anti-féministes et homophobes, bref "réacs de gauche" des générations précédentes de marxistes. Mais l'opportunisme identitaire trouve aussi le renfort d'une forme de flagornerie dont nous traiterons ultérieurement.

    Les opportunistes identitaires peuvent ainsi clamer, par exemple, que tout un collectif d'activistes chicanos est contrôlé par un homme blanc, où qu'ils ou elles n'ont pas à accepter la direction d'une femme noire parce que celle-ci aurait subi un "lavage de cerveau" par des hommes blancs ; usant ainsi consciemment ou non de stéréotypes racistes et patriarcaux en contradiction totale avec ce qu'ils ou elles prêchent. Nous avons authentiquement été témoins de ces deux exemples d'attaques par des opportunistes du camp révisionniste.

    Ces opportunistes existent à l'intérieur du mouvement communiste mais aussi autour de celui-ci. Beaucoup d'entre nous ont vu ou entendu parler de libéraux déconseillant l'action directe au nom de la présence de personnes sans papiers dans les mobilisations, en dépit du fait que ce soit souvent parmi ces personnes sans papiers que l'on trouve les éléments les plus intéressés à la confrontation. Un fait très simple est que la révolution est quelque chose qui va bénéficier aux plus opprimés, et ainsi l'opportunisme identitaire est souvent une excuse pour éviter le militantisme qui est matériellement le plus bénéficiable pour ces groupes opprimés. Par essence, comme tous les opportunistes, les opportunistes identitaires ne se préoccupent en réalité de pas grand-chose d'autre que d'eux-mêmes et de leurs petits intérêts personnels — au diable les masses réelles qui font face à toutes les sortes d'oppressions et expriment, parfois, leur volonté de les combattre.

    Une autre, extrêmement pénible manifestation de l'opportunisme identitaire est l'affirmation insistante que les camarades blancs politiquement organisés ne subissent pas la répression. Cette ligne, qui est en substance un refus de soutenir tout camarade faisant face à la répression, puisque celle-ci selon ces opportunistes n'"existerait pas", ne sert tout simplement qu'à livrer ces camarades à l’État. Personne ne niera jamais que les militants noirs ou bruns [et même les non-militants, pour le coup] font face à une répression beaucoup plus dure, et même aux assassinats par la main de l’État. Mais, ayant ceci bien à l'esprit, nous ne devons pas tirer de ce constat objectif de privilège la conclusion erronée que l’État capitaliste-impérialiste hésiterait à tuer ou emprisonner des communistes de groupes privilégiés qui seraient, concrètement, devenus des "traîtres" au colonialisme et à la suprématie blanche. L’État, particulièrement à l'étape proto-fasciste, ne peut laisser et ne laissera pas la voie libre à aucun militant communiste véritable.

    Le maoïsme soutient qu'il y a une réalité objective, qu'il y a des idées justes et des idées fausses, et que les idées les plus conformes à cette réalité objective sont les plus correctes (justes) tandis que les plus éloignées ou contraires à celle-ci sont des idées fausses. Au contraire, les opportunistes identitaires seront prompt-e-s à prescrire une chose pour elles/eux-mêmes et une autre pour les autres. Leur opportunisme est si profondément enraciné qu'ils/elles seront généralement incapables de combattre les idées incorrectes qui pourraient être émises par des personnes d'identité opprimée — aussi longtemps, en tout cas, que cela fait leurs petites affaires.

    La culture de la mise en cause n'a rien à voir avec les principes de la critique communiste

    Rodchenko.-Lilya-Brik-1925  

    L'un des pires aspects du postmodernisme dans la gauche radicale est sa distorsion de l'outil maoïste de la critique pour en faire une culture de la mise en cause, de l'attaque publique destructive et sans principes. L'opportunisme identitaire, en particulier, sera toujours prompt à utiliser un langage maoïste pour maquiller ses concepts contre-révolutionnaires.

    Tandis que la critique légitime procède d'un authentique intérêt pour ce qui est le mieux pour le peuple et le détachement révolutionnaire avancé de celui-ci, la culture de la mise en cause et de l'attaque destructive rejette ce principe et cherche au lieu de cela à rabaisser ou détruire les autres dans le but d'y gagner un avantage personnel. Tandis que la culture de la mise en cause se manifeste en général par le fait de répandre des rumeurs ordurières, le plus souvent dans le dos de la personne concernée, la critique au sens maoïste est directement adressée à celle-ci. La culture de l'attaque destructive vise les individus et non les idées dans leurs têtes, recherchant des boucs émissaires et non de véritables explications, nuancées, aux échecs dans le mouvement ; reposant par conséquent sur beaucoup de mensonges et de demi-vérités.

    Cette culture est intrinsèquement et profondément BOURGEOISE. Consciemment ou pas, la motivation qui se cache derrière est la recherche de l'avancement personnel de celles et ceux qui s'y livrent, cherchant par-là à montrer à l'assistance qu'ils ou elles sont suffisamment "avancé-e-s" pour identifier les erreurs de tout le monde et n'importe qui, et assez audacieux pour se permettre une dénonciation "sans concession". La culture de la mise en cause repose sur le subjectivisme et l'individualisme. Elle cherche des cibles au lieu d'investiguer la réalité dans toute sa difficile complexité, et se lance ainsi dans des conclusions hâtives en confondant inévitablement l'ami et l'ennemi. La méthode communiste de critique, au contraire, est authentiquement prolétarienne car elle comprend que le tout est supérieur à la partie, le collectif est supérieur à l'individu et les masses elles-mêmes sont les véritables héros. Pour surmonter ce subjectivisme, chacun et chacune doit avoir une bonne compréhension de la relation dialectique entre théorie et pratique, telle qu'exposée par Mao dans De la pratique.

    La quête de "points à marquer" et le harcèlement des personnes ne doivent pas avoir leur place dans notre mouvement, et doivent être éradiqués de notre manière de penser. Personne, communiste ou non, ne doit se voir attendre de lui de se joindre à ce type d'attaques même lorsqu'elles sont maquillées de "critique". Au contraire, ce type de pseudo-critique doit être rejeté fermement et utilisé pour démasquer les motivations opportunistes de la personne qui le pratique. Dans les faits, ces attaques sans principes ne font que tracer une ligne de démarcation entre révolutionnaires et contre-révolutionnaires. La culture de la mise en cause destructive est paresseuse, vindicative et insipide, et doit être correctement comprise comme au-dessous des hautes exigences morales auxquelles les maoïstes doivent aspirer.

    Cette culture est particulièrement endémique parmi celles et ceux qui n'ont pas de vie politique en dehors des réseaux sociaux. Leur erreur est d'autant plus "librement" nocive qu'elle est sans conséquence en l'absence de comptes à rendre devant une véritable structure organisationnelle, et qu'il n'y a personne à qui réellement se confronter pour lancer ainsi des "critiques" qui ne bénéficient à personne d'autre qu'elles ou eux-mêmes (et, objectivement, au Pouvoir bourgeois).

    Les plus vils pratiquants de cette culture de l'attaque sont des individus destructeurs et non-organisés qui se posent ou se rêvent en leaders du mouvement avec une arrogance qui serait comique si elle n'était pas aussi destructive. La plupart de ces individus s'imaginent que leurs mises en cause d'autres peuvent matériellement isoler ceux-ci (ou des organisations entières) qui seraient "dans l'erreur". Mais ce n'est pas ainsi que l'isolement politique fonctionne. Il faut bien comprendre que la décision d'isoler une personne ou un groupe ne doit non seulement pas être prise à la légère, mais ne peut de toute façon être mise en œuvre sans pouvoir : pour isoler, vous devez être capables d'affronter et de mettre en application le verdict.

    Lorsque l'ennemi bénéficie plus que les masses d'une telle attaque, celui ou celle qui la lance a trahi le peuple et changé de camp. L’État n'apprécie rien plus que les Trotsky du monde dénonçant le Mouvement Communiste International tout en prétendant en faire partie.

    Pour les personnes rencontrant de grandes difficultés à s'organiser politiquement là où elles se trouvent (ou, plus communément, refusant d'essayer...), passer beaucoup de temps sur les réseaux sociaux de gauche est quelque chose de très commun. Et pour ces personnes accordant autant d'attention aux autres gauchistes en ligne, verser dans la culture de la mise en cause destructive est un risque permanent : parce que c'est normalisé, et parce que c'est plus facile (à court terme) que de rester ferme sur les principes et faire les choses comme il convient. Ici, "comme il convient" signifie investigation, pratique et liens d'unité noués à travers la lutte, tout ceci nécessitant patience, recherche et dévouement appliqué.

    Les flagorneurs complaisants : l'auto-dépréciation n'a rien à voir avec l'autocritique

    La plupart d'entre nous qui ont passé quelque temps sur les réseaux sociaux gauchistes auront observé, tournant autour de ces guérillero-a-s internétiques livrant leur "guerre sainte" contre les privilèges qu'ils perçoivent, des individus mâles blancs qui s'efforcent comme de "marquer des points" avec les personnes de nationalité opprimée (ou subissant toute autre forme d'oppression) en disant amen à tous leurs points de vue, au point de devenir de véritables flagorneurs qui ne font même plus semblant d'essayer d'assumer une ligne politique par eux-mêmes. Implicitement ou explicitement, ceux qui font preuve de cette complaisance sont incapables (ou refusent...) de comprendre que si les privilèges existent dans les hiérarchies des différents modes d'oppression, privilège et exploitation sont deux choses différentes. À partir de cette erreur, ils craignent d'être, ou au contraire annoncent avec une espèce de fierté étrange qu'ils sont par essence toujours et automatiquement "l'ennemi". Que ce soit dû à des erreurs de bonne foi, ou à un grossier opportunisme, ces personnes ont peur de montrer leur désaccord même sur des bases de principe avec les lignes incorrectes et les idées erronées émises par leurs vis-à-vis opprimé-e-s.

    Ceci n'est pas ce que nous encourageons lorsque nous parlons de la nécessité de représentation des groupes sociaux opprimés dans la direction de notre mouvement. Il faut le proclamer ici haut et fort : cette complaisance est raciste, ou sexiste. Elle est une forme de paternalisme, car elle voit les camarades de ces groupes opprimés comme trop "fragiles" pour être confronté-e-s à leurs propres points de vues erronés, se remettre en question et corriger leurs erreurs. Elle prive de toute chance de sérieuse rectification celles et ceux à qui l'on dit ainsi amen à tout. Il est impossible, dans ces conditions, de lutter pour la ligne correcte ; et l'organisation (ou plutôt, en règle générale, la petite cyber-bande de potes) tourne perpétuellement en rond.

    Le maoïsme soutient qu'il y a une ligne correcte et que celle-ci ne peut être trouvée qu'à travers la lutte contre les idées erronées ; idées erronées que chaque personne prise individuellement apporte avec elle dans le mouvement communiste. Et même cette ligne correcte doit être systématiquement rectifiée, testée et reformulée. Les flagorneurs ne peuvent pas lutter ; ils ne peuvent pas être des éléments utiles à aucun mouvement de libération, que ce soit de libération nationale ou pour mettre fin à l'oppression patriarcale. Bien plus souvent, ils se font les instruments des idéologies petites-bourgeoises qui existent dans les groupes opprimés. Ils ont en essence abandonné le projet révolutionnaire, et la vérité révolutionnaire qui dit que un se divise en deux, pour devenir ce qu'ils s'imaginent être de bons alliés. Mais être un camarade veut dire en réalité se tenir les uns les autres pour responsables, se soutenir les uns les autres, et se CRITIQUER les uns les autres lorsque nous commettons des erreurs.

    L'envers de la corruption de l'autocritique en culture de la mise en cause, est que l'autocritique des flagorneurs "bons alliés" devient généralement un acte d'auto-dépréciation purement performatif. Dans les rangs de celles et ceux qui persistent à penser que MLM = identity politics + lutte armée, l'autocritique ne consiste le plus souvent qu'en de plates excuses, une auto-dépréciation ou alors un rapide acte d'apaisement à l'adresse des personnes de l'assistance qui n'ont pas leurs privilèges.

    Ils en font une formalité creuse, non seulement sans utilité, mais concrètement dommageable pour la tâche de se transformer soi-même. L'autocritique performative fait passer en contrebande les erreurs jusqu'à la prochaine crise. Elle peut toucher, ou même aller un peu au fond des erreurs pour les besoins de la performance, mais elle n'offre aucun changement significatif ni durable. On n'observe pratiquement jamais une véritable dissection d'eux-mêmes en deux — c'est, en essence, un refus de la rupture. Un peu comme quand une personne toxicomane admet devant ses proches qu'elle a un problème, afin de ne plus les avoir sur le dos et de continuer à consommer en paix, mais sans réellement admettre avoir perdu le contrôle face à la drogue et donc avoir une compréhension rationnelle de leur addiction. Les organisations et collectifs doivent lutter fermement contre l'autocritique performative, en la dénonçant systématiquement.

    La nature de cette société prend racine dans l'exploitation capitaliste, si bien que les tentatives par défaut d'autocritique de la part de cadres insuffisamment formés vont généralement prendre cet aspect performatif de par l'influence assumée de l'entourage et une tendance sociale à la mauvaise foi dans la critique et au manque de confiance dans le processus de critique. Les personnes s'engageant dans cette erreur se sous-estiment (ainsi que leurs camarades) et resteront prisonnières de leur intérêt nombriliste étroit tant que la rupture avec la part bourgeoise d'elles-mêmes n'aura pas lieu.

    L'autocritique purement performative est endémique parmi tous les opportunistes identitaires et n'est pas spécifique aux flagorneurs, mais est aussi fréquemment observable chez celles et ceux que ces derniers caressent dans le sens du poil.

    La véritable autocritique communiste vise à séparer le bon du mauvais, le bourgeois du prolétarien, le correct de l'incorrect, et ainsi de suite. L'autocritique repose totalement sur les lois du matérialisme dialectique et pour cette raison ne peut pas être mise en œuvre négligemment, en l'absence de perspectives théoriques, et elle requiert le plus souvent une structure organisationnelle. Nous ne pourrons pas, ici, expliquer de fond en comble la manière de mener la critique et l'autocritique communiste ; nous invitons donc nos lecteurs à étudier attentivement l'ouvrage A Basic Understanding of the Communist Party of China, que nous avons rendu disponible sur demande pour nos sympathisants afin qu'il puisse servir de manuel à tous les révolutionnaires souhaitant de tout cœur faire du maoïsme leur idéologie-guide.

    [En réalité, le problème de l'"autocritique" évoquée ici, c'est surtout que dans la call-out culture (que nous avons traduite approximativement par "culture de la mise en cause par attaque destructive online") elle n'est même pas véritablement attendue. L'objectif est de détruire la cible de l'attaque (personne ou groupe), au service de ses propres intérêts personnels ou affinitaires (ou peut-être de commanditaires "de l'ombre" - dans tous les sens du terme - que nous découvrirons peut-être un jour) ; ou plus prosaïquement de "disqualifier" son contradicteur sans se casser le Q à développer un argumentaire compliqué ; mais pas, en tout cas, d'en obtenir une véritable évolution dans le "bon" sens (le sens de servir le mouvement communiste et la révolution mondiale) ; et toute la meilleure volonté autocritique que pourraient déployer les mis en cause n'y changera strictement rien.]

    Élitistes donneurs de leçon et petits professeurs online de langage parfait

    Le marxisme n'a pas besoin d'accolades de la part d'intellectuels s'adonnant à quelque exercice d'illusionniste, ce qui n'augure rien de bon pour les masses enchaînées dans la pauvreté et l'exploitation, ou les peuples soumis aux assauts de l'impérialisme.”—Siraj

    Une erreur persistante dans la "gauche" US, particulièrement évidente parmi celles et ceux qui se veulent communistes mais ne font partie d'aucun groupe réellement existant en dehors d'internet, est la tendance à se focaliser sur le choix des mots, coupant les cheveux en quatre au lieu d'analyser la véritable substance des lignes et des contenus politiques. Ce genre de personnes rivalise d'efforts pour trouver toutes les manières de dire les mauvaise choses de la bonne manière, admonestant celles et ceux qui ne sont pas formés à leurs codes de langage hyper-critiques et élitistes. Ceci aboutit en pratique à une condamnation des masses, dont la façon de parler et les mots employés sont souvent motif d'anathème pour ces petits cyber-profs de langage "parfait".

    Pour ces gens, les "munitions" argumentaires peuvent être trouvées absolument partout ; et leur petite perception individuelle est ce qui détermine la "réalité", se plaçant elles/eux-mêmes au centre de toutes choses. Indépendamment de toutes les intentions qu'ils ou elles peuvent afficher, ces personnes ne se lient en pratique que rarement avec la masses : leurs méthodes ne peuvent les conduire qu'à former de petites cliques isolées, en lieu et place des solides liens dialectiques avec les masses nécessaires pour construire le Parti. Gare à quiconque commet une erreur ou se voit qualifié de "problématique", sous peine d'être "isolé" ! Ceci n'a rien à voir avec le principe communiste de SERVIR LE PEUPLE ; c'est tout simplement faire du langage populaire en tant que tel une "violence", et détourner les masses de l'étude et de l'apprentissage de la politique révolutionnaire.

    La véritable tragédie est que ces coupeurs de cheveux en quatre n'ont elles/eux-mêmes pratiquement aucune maîtrise des positions communistes, et pourtant se posent en autorités morales quant à la manière dont les autres doivent parler et se comporter. C'est là une attitude détestable et répulsive, anti-démocratique et contre-révolutionnaire qui ne peut conduire qu'au favoritisme, à la faillite ou à s'autosatisfaire dans une sorte de "compétition olympique des oppressions".

    Les communistes doivent prêter attention au contenu de ce qu'exprime une personne et chercher à en extraire l'essence, et ne doivent pas s'autoriser des réactions instinctives ou des pinaillages techniques.

    Les communistes doivent de tourner vers les masses avec foi et confiance, pour les pousser de l'avant au lieu de leur imposer des codes de conduite incohérents et irréalistes par en haut. La société sera transformée par une violente révolution contre sa base économique, et encore continuellement par la suite au travers d'une révolution continue dans la superstructure, une révolution culturelle.

    Nous avons déjà pu voir des exemples de conceptions arriérées charriées par des révolutions dans l'histoire, comme par exemple des paysans chinois favorables au bandage des pieds des filles (pour les maintenir tout petits), mais ayant fini par rejoindre l'Armée rouge. Nous pouvons également assumer, vu d'aujourd'hui, que certaines méthodes de communication des communistes de Chine étaient "problématiques", étant donné qu'ils ne pouvaient tenir à distance ou s'isoler de la paysannerie comme base sociale de la révolution : s'ils l'avaient fait, il n'y aurait tout simplement pas eu de révolution et les capitalistes et impérialistes auraient triomphé très facilement.

    Ce coupage de cheveux en quatre conduit inévitablement à traiter les masses en ennemies, et échoue à comprendre la relation entre culture et capitalisme impérialiste. Qu'ils l'admettent ou non, ces individus agissent comme s'il était possible de transformer la société autrement que par une révolution armée et sans la participation des masses. Ils ne recherchent pas l'unité, et ce n'est "pas leur boulot" d'éduquer les masses...

    Nous avons même pu voir de tels communistes autoproclamés demander à être... payés avant de bien vouloir expliquer les mécanismes d'oppression à de nouveaux adhérents aux idées communistes. Ici, ces chiens montrent avoir pris la voie capitaliste dès le début, échouant instantanément à être des communistes, pour n'être rien d'autre que des élitistes contre-révolutionnaires.

    En conclusion sur l'opportunisme identitaire

    Les plus grands crimes de l'opportunisme identitaire reposent sans aucun doute sur sa capacité à se camoufler et à intoxiquer les camarades les uns contre les autres. Il utilise des méthodes d'ultra-gauche pour mettre en avant des lignes de droite. Pour ces raisons, l'opportunisme identitaire est nuisible aux groupes opprimés dont il utilise l'oppression de manière opportuniste pour servir ses objectifs individualistes étroits.

    La seule chose qui est véritablement dans l'intérêt des opprimé-e-s aux États-Unis est la construction simultanée et concentrique des trois instruments de la révolution : le Parti, l'Armée du Peuple et le Front uni ; et l'opportunisme identitaire ne fait que gravement desservir et empêcher cette construction.

    Rejeter la discipline, chercher des excuses, et qualifier d'“abusifs” ceux qui essayent d'aider à progresser

    L'opportunisme identitaire, comme toute manifestation du postmodernisme dans la gauche, rejette la discipline communiste. Des idées telles que "ne pas policer les corps des toxicomanes ou leur choix de se droguer" [ou de se prostituer, pour prendre une autre exemple...], ou encore "les enfants sont capables de consentement sexuel" [dire le contraire pourrait bien, en effet, être qualifié d'"âgiste" par d'aucun-e-s...], reposent toutes sur un individualisme extrême devenu totalement et ouvertement réactionnaire.

    Les communistes ne sont pas des libertins. Nous ne sommes pas des libertariens qui placent l'individu au-dessus du collectif ; nous plaçons au contraire le collectif, le Parti et les masses au-dessus de tout.

    De par ces principes, nous devons nous soumettre à la discipline ; nous ne devons pas chercher des excuses pour ne pas le faire, ou chercher à nous prévaloir de notre identité pour excuser nos manquements à cette discipline. Même celles et ceux d'entre nous souffrant de handicaps, d'invalidités ou autres troubles savent parfaitement que nous devons nous autocritiquer lorsque nous commettons des erreurs ; que nous ne pouvons pas refuser la tâche de corriger ces erreurs en raison de ces handicaps ou troubles comme les opportunistes identitaires cherchent perpétuellement à le faire. Nous utilisons nos oppressions personnelles et nos expériences vécues pour nous pousser nous-mêmes en avant dans la cause de la libération ; jamais comme des excuses pour ne pas accomplir le travail que tout communiste doit accomplir. Nous nous confrontons à l'ennemi régulièrement et ne plaçons pas notre intérêt personnel au-dessus des intérêts des masses.

    La discipline communiste est indispensable. Elle est un aspect majeur des succès historiques du projet révolutionnaire, et sans elle, rien ne peut être accompli. Nous avons acquis la conviction, à travers l'expérience pratique, que chacun et chacune peu importe ses capacités est capable d'élever son niveau de discipline.

    Nous cherchons à comprendre et transformer notre société, pas à devenir des extrémistes antisociaux insupportables aux yeux des masses. Nous ne cherchons pas à agir comme si les interactions sociales existaient en dehors du système capitaliste. Et pour résoudre la contradiction de vivre dans et être influencé-e-s par un monde pourri que nous voulons transformer de fond en comble, nous ne pouvons pour ainsi dire nous appuyer que sur la discipline : nous nous soumettons à la majorité et à la direction de notre organisation.

    Ceci étant dit, il est également vrai et doit être affirmé clairement que la majorité n'a pas toujours raison juste parce qu'elle est majorité. Dans beaucoup de situations historiques, une minorité a pu détenir la ligne correcte ; par exemple, dans les années 1960, la Chine et l'Albanie avaient raison contre l'immense majorité du mouvement communiste international qui restait soumise au révisionnisme moderne de l'URSS.

    Ainsi, même si la majorité des collectifs de notre mouvement prônait les principes erronés de l'opportunisme identitaire (ce n'est heureusement pas le cas), nous n'y cèderions pas ni n'abandonnerions notre idéologie : nous ne ferions que lutter pour rectifier les choses, et améliorer encore notre discipline. L'adhésion aux valeurs du centralisme démocratique sert notre mouvement tout entier ; et de la même manière, il est absolument ridicule de prétendre que nous devrions nous soumettre au magistère de dilettantes inorganisé-e-s. Une telle chose serait profondément droitiste, bien qu'il existe effectivement des personnes qui, sur la base de l'identity politics, pourraient la revendiquer.

    Le prolétariat n'a rien à gagner dans le postmodernisme et l'opportunisme, et une claire ligne de démarcation doit être tracée entre nous et eux, dans l'intérêt inébranlable de la classe.


    [Une partie reste encore à traduire, importante, sur les problématiques liées à l'ère internet ; elle viendra compléter cet article lorsqu'elle sera prête. Mais l'essentiel est déjà dans ce qui précède]



    (cette image est de nous, elle n'est pas tirée de l'article de RGA)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :