• Kobané devait être sauvée des griffes de Daesh,


    qui n'est pas une force "anti-impérialiste" pour la simple et même raison que le Japon fasciste "libérant" l'Asie des colonialistes européens et US ne l'était pas ; Daesh que l'on pourrait qualifier, de façon caricaturale mais c'est pour mieux frapper et pénétrer les esprits, d'"expansionnisme régional privé de Dubaï".

    Mais cet indéniable fait militaire, démocratique si l'on peut dire, s'est converti en un problème politique mondial.

    Le Donbass devait être sauvé des griffes des nazis ukrainiens (qui quant à eux étaient soutenus, et non combattus par le bloc impérialiste euro-US). Mais ceci n'a pas conduit, et HEUREUSEMENT, à voir en l'eurasiste pro-Poutine (et soutien du Donbass, évidemment) Alexandre Douguine l'idéologue révolutionnaire du 21e siècle.

    En revanche il s'est développé un culte gauchiste d'Öcalan, du PKK et des YPG/YPJ, de leur idéologie foireuse, LIQUIDATRICE de toute conception matérialiste scientifique du monde, et de leur pratique au service de l'impérialisme occidental dans le repartage impérialiste de la Syrie ; ou un centrisme, un libéralisme dans la critique de cela, au nom de "la lutte" ; qui sont devenus un problème MONDIAL pour le mouvement révolutionnaire communiste/anticapitaliste.

    Un autre point qu'il est important de souligner ici, est que ce n'est pas une question de "couilles" d'oser émettre ces critiques ; que ce serait devenu "plus facile" maintenant que le Comité central légitime du TKP/ML a parlé, et qu'un certain nombre de choses deviennent évidentes.

    C'est une question d'ANALYSE CONCRÈTE DE LA SITUATION CONCRÈTE. Rojava DEVAIT être défendu en 2014-2015, voire même jusqu'au premier semestre 2016 ; un soutien DÉMOCRATIQUE et bien sûr critique, mais pouvant inclure sans problème l'envoi de brigadistes internationaux pour s'y battre (bon, une première question à ce moment-là aurait pu être pourquoi ceci était beaucoup plus compliqué s'agissant du Donbass...). À peu près tous les scénarios de devenir de cette expérience politique étaient possibles ; mais l'un d'entre eux, celui de l'écrasement militaire par Daesh, des massacres atroces, de la réduction en esclavage sexuel de la population féminine, devait être absolument rejeté et mis en échec.

    À présent, déjà en 2017 et maintenant début 2018, les choses ont changé de nature, les différents "possibles" se sont progressivement refermés jusqu'à ne laisser qu'une seule réalité, l'actuelle, et la position des révolutionnaires authentiques, matérialistes, doit par conséquent changer.

    Si l'on se replonge dans les articles de Servir le Peuple sur le sujet, les réserves, les craintes pour l'avenir de l'expérience de Rojava ont toujours été présentes. Simplement, le scénario principalement envisagé à l'époque était qu'une fois bien "utilisé.e.s" pour vaincre Daesh, les Kurdes soient abandonnés à la merci des États irakien et syrien, et surtout de l’État turc qui viendrait "sécuriser" la région avec son armée et des groupes "rebelles" liés. Mais ensuite, ce scénario ne s'est en fait pas réalisé : la Turquie ne s'est vue laisser qu'une petite zone entre Jarabulus et le canton d'Efrin, afin de la "calmer" ; et le soutien occidental aux Forces démocratiques syriennes sous direction des YPG/YPJ, et à la désormais "Fédération de Syrie du Nord", s'est fait toujours plus direct et pérenne, organique...

    Cette "Fédération de Syrie du Nord" est désormais devenue l'unique possible protectorat, "part de gâteau" du bloc impérialiste incarné militairement par l'OTAN, dans un pays où la victoire du régime baathiste et de ses parrains russes est il faut le dire écrasante. Mais cela semble peu importer aux chefs de file internationaux de la "Rojavamania", du moment que l'imagerie médiatique du truc est tellement "progressiste" (comme la Géorgie menchévique et marionnette de l'impérialisme pouvait l'être)... et surtout, que cela permet de "prouver" (soi-disant) que le plus strict matérialisme dialectique marxiste est sans utilité pour qu'une "révolution" triomphe.

    C'est pourquoi il est désormais devenu IMPOSSIBLE d'être un authentique révolutionnaire communiste (et non un révisionniste, opportuniste de droite ou "de gauche") et de continuer à soutenir activement, à mener une lutte idéologique pour le soutien à la "Fédération de Syrie du Nord".


    [English]

    Kobane had to be saved from ISIS, which isn't an anti imperialist force for the very same reason Japan fascism "freeing" Asia from European and US colonialism wasn't ; ISIS we can qualify, some caricaturally but to better hit and penetrate minds, a "Dubai private expansionnism".

    But this undeniable, "democratic" in some way, military fact has changed itself in a worldwide political problem.

    DONBASS had to be saved from Ukrainian Nazis (which were, them, SUPPORTED and not fought by Euro-US imperialism). But this didn't lead, LUCKILY, to see in pro Putin Eurasist (and obviously Donbass supporter) Alexander Dugin the new great ideologue of the 21st century.

    On the other hand, on Rojava solidarity's basis has developed a leftist cult of Öcalan, PKK and YPG/J, their fucked-up ideology which is LIQUIDATION of any scientifical and materialist worldview and their practice serving Western imperialism in a new imperialist sharing of Syria ; or a centrism, a liberalism in criticizing this, in the name of "the struggle" ; all this becoming an INTERNATIONAL problem for the revolutionary communist, anticapitalist movement.

    Something else important to point out here, is this isn't a matter of "courage" to dare criticize this way ; something which would have got "easier" now, after TKP/ML's legitimitate CC statement, and many things more getting evident.

    This is a matter of CONCRETE ANALYSIS OF THE CONCRETE SITUATION. Rojava HAD TO BE defended in 2014, 2015 and even up to 2016 ; a DEMOCRATIC and of course critical support, but even through sending International Brigades to fight there (well, a first question then would have been why was it so much more complicated for Donbass...). Every kind of scenario, for the future of this political experience, was then possible ; but one of these, the one of military crushing by ISIS, horrendous mass killings, sex slavery for female population, had to be absolutely rejected and thwarted.

    But now, yet in 2017 and now on the begginings of 2018, things have changed their nature. Different "possible" becomings have been closed until remaining only one reality, today's one, and genuine revolutionaries', materialists' stance shall consequently change.

    If we newly read Servir le Peuple's article about this issue, we can see reservations, fears for Rojava's future have always been present. Simply, the principally envisaged scenario then was, after having been "used" enough to defeat ISIS, the Kurds would be let down by imperialism at mercy of Iraqi, Syrian and above all Turkish state, which would have come to "ensure" the area with its Army and tied "rebel" groups.

    But then, this scenario didn't become reality. Turkey only got a small zone between Jarabulus and Efrin, on purpose to "calm" it down ; and Western support to YPG/J-led SDF, and now called "Northern Syria Federation", has come everyday more direct and everlasting, organic...This "Northern Syria Federation" has now become the only possible protectorate, "cake's share" of the imperialist block militarily embodied into NATO, in a country where Baathist regime's and its Russian godfather's victory is now clearly overwhelming.

    But this doesn't seem to matter a lot to "Rojavamania"'s international prominents, as long as the thing's broadcasted image still is "progressive" (as Menshevik and imperialism's puppet Georgia could be).... and above all, as long as it allows to (supposedly) "prove" Marxist dialectical materialism useless to make a "revolution" triumph.

    That's why it's now gone IMPOSSIBLE to be a genuine revolutionary communist (not a revisionnist, a right or "left" opportunist) and still actively support, wage an ideological struggle on support to "Northern Syria Federation".


  • Commentaires

    1
    Pascal
    Mardi 16 Janvier à 18:14

    "Fake" de la bande à Meyssan ?

    http://www.voltairenet.org/article199392.html

    Ca parait quand même gros !

    Quoiqu'il en soit le "soutien" impérialiste au Rojava ne peut être que tactique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :