• Flash info - Ukraine : le commandant Alexeï Mozgovoï assassiné... Était-il TROP sur la bonne voie ?

    Contropiano - traduction SLP

    "C'est une terrible nouvelle, tragique par les conséquences qu'elle aura pour le conflit en cours dans les régions orientales de l'Ukraine qui viennent de perdre aujourd'hui [23 mai] un combattant formidable.

    Flash info - Ukraine : le commandant Alexeï Mozgovoï assassiné... Était-il TROP sur la bonne voie ?Le commandant de la Brigade "Fantôme" (Prizrak) - qui se déclarait ouvertement communiste - Alexeï Mozgovoï a été assassiné en fin d'après-midi entre les villes d'Alchevsk et Lugansk. Le chef de la Prizrak a été victime d'un guet-apens dans lequel ont également péri sa secrétaire Anna, deux miliciens et plusieurs civils. Pour le moment les informations ne sont pas encore détaillées, mais l'annonce officielle de sa mort a été diffusée par sa brigade et des organes de presse locaux et russes. L'auto à bord de laquelle se déplaçait Mozgovoï et son escorte a été propulsée dans les airs par une explosion, puis ses occupants ont été criblés de balles. Trois autres automobiles du même convoi ont été attaquées à l'arme automatique.

    Il y a quelque jours, en dépit des tergiversations du gouvernement de la République de Lugansk [plus que tergiversations : pressions bureaucratiques, sabotages, menaces etc. - lire ici], Alexeï Mozgovoï et sa brigade avaient assumé la responsabilité d'accueillir plus de 100 internationalistes en provenance d'une dizaine de pays d'Europe, parmi lesquels une cinquantaine de militants italiens ayant rejoint le Donbass dans le cadre de la Caravane antifasciste organisée par [le groupe communiste] Banda Bassotti. On ignore à l'heure actuelle qui est à l'origine de cette attaque et de ces assassinats. Mais il est certain que Mozgovoï - tout comme les combattants sous ses ordres - n'avait pas seulement des ennemis du côté du gouvernement nationaliste de Kiev, à qui ses forces avaient infligé au moins par deux fois une cuisante défaite."

    Nous avions déjà eu l'occasion, dans de précédents articles, d'évoquer le cas de ce commandant donbassien Mozgovoï qui personnifiait selon nous tout le contradictoire mélange local de chauvinisme "panslave" pro-Poutine (avec toutes les valeurs réactionnaires que cela peut charrier) et de socialisme/anticapitalisme soviéto-nostalgique ; et son caractère à la croisée des chemins, face à deux voies : la voie d'un "national-socialisme" au service de l'impérialisme russe dans sa stratégie de défense et de "revanche" face à l'Occident, ou la voie révolutionnaire anticapitaliste et antifasciste tendant (à très long terme bien sûr) vers la Guerre populaire dans cette partie périphérique et déshéritée de l'Europe.

    Nous en avions en fait (tout simplement) oublié une troisième : celle de l'"explosion en vol", de la mort "tragico-héroïque" fermant définitivement l'une comme l'autre des deux hypothèses. C'est ce qui s'est produit et ne nous voilons pas la face : comme l'évoque à mots couverts (car il y a des antifascistes italiens là-bas qu'il ne faut pas mettre en danger) l'article de Contropiano dans sa dernière phrase, le coup ne vient très probablement pas de l'armée ou des paramilitaires fascistes Kiev mais bel et bien de l'intérieur même des "Républiques populaires" du Donbass, Flash info - Ukraine : le commandant Alexeï Mozgovoï assassiné... Était-il TROP sur la bonne voie ?que les positions de Mozgovoï (quelles que fussent ses limites et même ses idées déplaisantes de notre point de vue progressiste)* gênaient dans leurs intérêts et leur conception 100% capitaliste de l'avenir du Donbass (une fois une large autonomie négociée ou une indépendance de fait arrachée au gouvernement central)*.

    C'est donc là (hélas) une claire victoire pour le côté sombre de la lutte du Donbass (bien connu, il suffit d'ouvrir les journaux...), l'aspect "proxy du Kremlin et de l'oligarchie russe pour reconquérir leur protectorat ukrainien perdu" qui triomphe aux dépens de l'autre aspect, celui de mouvement de résistance populaire défendant une société d'esprit soviétique face à l'ultra-nationalisme fasciste et au capitalisme à outrance impulsés par l'Occident - aspect qu'en tant que média révolutionnaire nous nous sommes efforcés de souligner depuis un an, car 1°/ dire la même chose (les mêmes simplismes) que le Monde ou Libération ne nous intéresse pas et n'est pas notre rôle et 2°/ car nous y voyons non seulement une autodéfense légitime des ouvriers et des paysans locaux contre des ultra-libéraux qui veulent les laminer socialement et des nazillons qui voudraient les "nettoyer" ethniquement, mais aussi des potentialités importantes de prise de conscience révolutionnaire.

    Finalement (comparaison que nous avons déjà osé quelques fois), le Donbass aura un peu suivi la trajectoire de Fiume, cette ville promise par les Alliés à la Yougoslavie et occupée par des anciens combattants italiens (conduits par D'Annunzio) au lendemain de la Première Guerre mondiale 1 - 2 : un mouvement parti sur des bases nationalistes/chauvines voire expansionnistes (il s'agit de "rattacher" d'une certaine manière la Novorossiya à la Russie comme il s'agissait de rattacher Fiume/Rijeka à l'Italie**), qui de par la situation concrète et la mobilisation de masse connaît une embardée "ultra-démocratique" populiste, "républicaine égalitariste" voire "socialisante" ("sans-culotte" en quelque sorte !) avant d'être toutefois "repris en main" et ramené sur les rails d'une stricte manœuvre expansionnistes impérialiste. Reste à savoir ce que deviendront les (très vastes) forces sociales mobilisées dans cette affaire... Beaucoup des Arditi de Fiume et du reste de l'Italie (soutenant et militant à distance pour l'opération) sont certes devenus des soutiens du fascisme ; mais il y aura aussi des Arditi del Popolo qui, s'apercevant de la trahison et de l'escroquerie du très "républicain" et "social" programme fasciste initial lorsque Mussolini s'allie à la droite conservatrice pour les élections de 1920-21, se retourneront contre lui et lui résisteront les armes à la main (l'on trouvera notamment parmi eux Alceste De Ambris, syndicaliste révolutionnaire et co-rédacteur avec D'Annunzio de la "Charte du Carnaro" - la "constitution" de Fiume).

    Nous avons aussi dit que dans l'actuelle guerre impérialiste non-déclarée et permanente pour le repartage du monde, le sentiment d'encerclement et d'humiliation et les aspirations à la "riposte" de la Russie sont aussi lourds de menace pour l'avenir que dans l'Allemagne du Traité de Versailles et peuvent s'appuyer sur un très large sentiment populaire ; et que conjurer cela (faire que l'anticapitalisme "instinctif" et spontané des masses ne soit pas mobilisé derrière un revanchisme impérialiste de type hitlérien) repose très largement sur la clarté de notre attitude internationaliste, aux côtés des Peuples bien sûr (et non des directions russes ou "séparatistes"), et de notre combat sans concessions contre notre propre impérialisme français/franco-allemand/occidental qui n'hésite pas à soutenir ou fermer les yeux sur les pires barbares fascistes (côté Kiev) et dont la politique internationale, aussi abjecte que roulée dans la bien-pensance, crée comme dans les années 1920 les conditions de monstres qui précipiteront l'humanité au bord de l'abîme - nous avons déjà Daesh... à quand le Hitler russe ?

    Flash info - Ukraine : le commandant Alexeï Mozgovoï assassiné... Était-il TROP sur la bonne voie ?

    [* Bien entendu les porte-paroles des républiques séparatistes accusent Kiev... À vous de voir si vous les croyez sur parole ou non. L'attentat a eu lieu entre la capitale Lugansk et le quartier-général de la Prizrak (Alchesk), autrement dit bien à l'intérieur de la république séparatiste dont Mozgovoï était l'un des principaux commandants militaires : si ce devait être un coup du régime thatchéro-fasciste ukrainien, cela n'aurait de toute façon pas pu se faire sans complicités.

    Au sujet des limites et des aspects déplaisants de la pensée de Mozgovoï, lire ici la traduction d'un article de nos camarades gallois de Democracy & Class Struggle qui donne un bon aperçu de son profil idéologique, avec beaucoup d'honnêteté et sans taire "honteusement" les aspects "gênants".]

    [** Cette question de "Novorussie"/"Novorusses" a été très largement débattue, et non sans raisons. En effet, les cartes "ethnographiques" tendent à montrer que les véritables Russes (selon, sans doute, l'ancienne classification soviétique des nationalités) ne sont majoritaires qu'en Crimée (~ 60%) et dans quelques raïons (districts) du Donbass, de la région de Kharkov ou encore proches de la Moldavie (Boudjak). Mais alors, sur quoi (diable) repose donc cette (fichue) identité "novorusse" du Sud et de l'Est de l'Ukraine ? Eh bien, elle repose peut-être précisément sur cela : ni les Russes, ni les Ukrainiens ni qui que ce soit d'autre (Bulgares, Tatars, Roumains/Moldaves, Gagaouzes etc.) ne représentent une écrasante majorité de 90% ou plus dans ces régions. La caractéristique locale est justement le multiethnisme.

    Le bandérisme, cet ultra-nationalisme ukrainien fondé sur une "pureté" ethnique ukrainienne "plus-vraie-que-vraie", n'y fonctionne donc pas (sans même parler du fait que sa collaboration passée avec le nazisme, dans des régions martyres de la guerre d'extermination lancée par Hitler contre l'URSS, ne plaide pas en sa faveur...). Des idéologies au service de l'impérialisme russe telles que l'"eurasisme", le "panslavisme" (unité plus ou moins fédérale de tous les Peuples slaves) ou encore un certain "néo-soviétisme" peuvent y fonctionner - et de fait y fonctionnent ; mais le bandérisme, la population du Sud et de l'Est de l'Ukraine le vomit. Si l'Ouest (à 90 ou 95% ukrainien "ruthène") en veut, "tant mieux" pour lui ; mais au Sud et à l'Est on n'en veut pas, c'est ainsi.

    On notera que cette culture de coexistence nationale s'accompagne généralement d'un usage de la langue russe comme lingua franca ou plus localement (surtout le long du Dniepr - en orange sur cette carte) d'un dialecte populaire mêlant russe et ukrainien, le sourjyk ; d'où la confusion qui tend à s'installer entre russophones (notion linguistique), "pro-russes" (notion politique) et "Russes" au sens de la classification soviétique des nationalités (notion "ethnique"). La carte de l'usage principal du russe dans la vie quotidienne, ou encore celle des partisans de sa co-officialité (aux côtés de l'ukrainien) montrent ainsi des réalités notablement différentes de celle des pourcentages de Russes "ethniques".]


    [PS : Les nouvelles ne sont pas meilleures (mais cela, par contre, ne relève d'aucune contradiction interne...) de l'autre côté du front, où vient d'être votée une loi reconnaissant comme "libérateurs" les organisations fascistes bandéristes (OUN, UPA) collaboratrices du nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale et interdisant toute "négation publique de la nature criminelle du régime totalitaire communiste entre 1917 et 1991", autrement dit toute présentation positive de tout ou partie de la période soviétique, ce qui revient à interdire l'activité politique marxiste dans le pays (tant ML que révisio et même dans une large mesure trotskyste, par contre les "anarchistes" qui passent leur temps à relayer la propagande de Kiev en couvrant d'ordures les communistes antifascistes comme Borotba peuvent être contents, ils pourront sans problème se joindre au concert avec leurs "30%-c'est-pas-trop" de copains nazis de Maïdan...). Ici http://www.theguardian.com/world/2015/apr/20/ukraine-decommunisation-law-soviet dans la "grande presse" anglo-saxonne ; sources en français : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/c09346ee-e14f-11e4-aa18-ff4de01147fa/LUkraine_veut_effacer_sa_mémoire_soviétique ; http://francais.rt.com/international/2456-osce--loi-decommunisation-lukraine ; http://ruptures-presse.fr/ukraine-lois-memorielles-interdiction-communisme/ (source un peu PRCF dans son genre, ça vaut ce que ça vaut mais l'information est véridique dans tous les cas) ; http://www.editoweb.eu/nicolas_maury/Ukraine-La-loi-anticommuniste-signee-par-Porochenko_a9370.html]

    Flash info - Ukraine : le commandant Alexeï Mozgovoï assassiné... Était-il TROP sur la bonne voie ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :