• Dernières nouvelles #Efrin


    http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2018/02/18.02.18.le-point-sur-l-offensive-turque-a-afrin-a-j30/

    - Progression, mais enfin pénible et lente (voir carte) des forces turques et supplétives syriennes dans le canton (la mort de deux internationalistes, dont le breton Olivier/Kendal, est évoquée). Le canton d'Efrin fait moins de 2 000 km², quelque chose comme une quarantaine de kilomètres sur 50... Au trentième jour d'opérations de la deuxième armée de l'OTAN, voilà où l'on en est.

    - Dans la province d'Hassaka (loin d'Efrin, au Nord-Est), il y aurait des défections de combattants arabes recrutés de force dans les FDS [cf. aussi ci-dessous le commentaire de "Coco Anar" : les contradictions dans la "chambre d'opération" FDS pourraient bien avoir commencé à éclater, et pas d'hier ni avant-hier en fait...].

    - L'intervention de l'armée syrienne à Efrin, qui signifierait la fin de l'opération turque (à moins d'envisager un conflit ouvert entre les deux États), pourrait être une question de jours d'après un haut responsable PYD du canton.

    [BIEN SÛR, reste aux uns et aux autres à se mettre d'accord sur les modalités de la chose, ce qui pourrait rencontrer des résistances dans certaines niches du "bunker" baathiste... en attendant, afin que certains bons vieux camarades puissent venir nous cracher à la gueule que nous "caricaturons" et "calomnions honteusement", le commandement YPG/J se charge de leur fournir leur dose de bonne vieille langue de bois dont ils sont si friands http://rojinfo.com/hediye-yusuf-na-jamais-ete-question-de-ceder-afrin-regime/ :

    "Notre position a toujours été la suivante : s’il existe une possibilité de dialogue qui aide à ouvrir la voie à une solution démocratique en Syrie, nous l’utiliserons et l’appuierons. Sur la base d’un système fédéral comme nous l’avons mis en place au Nord de la Syrie, nous pensons que le Nord de la Syrie jouera un rôle important dans le processus de solution démocratique pour la Syrie [LOL mais bien sûûûr, et la marmotte... la "démocratie" négociée avec un régime comprador fasciste, elle a l'air d'envoyer, la beuh locale !]. Nous sommes ouverts au dialogue avec le régime [syrien]. La base de tout dialogue est d’atteindre l’objectif d’une solution démocratique. Par conséquent, nous avions déjà fait ces déclarations auparavant. (...) Ainsi, il y a maintenant une discussion en cours entre les forces militaires, partant du principe que le régime syrien en tant qu’État devrait jouer son rôle en empêchant l’occupation de son sol. Si ces discussions existantes apportent des résultats, alors l’armée syrienne devrait maintenir son rôle en tant qu’État et protéger l’espace aérien à l’intérieur de ses frontières. Mais ce ne sont que des discussions. Si l’on arrive à un accord militaire, les YPG feront une déclaration officielle. Tant que le YPG n’effectuent pas de déclaration officielle, nous ne pouvons rien dire sur l’existence d’un accord [vues, donc, les déclarations de responsables civils dont nous avons parlé plus haut, tout cela sent les grosses contradictions internes dans une ambiance de sauve-qui-peut, on-dit-ça-on-dit-rien]. En dehors de cela, dans le cadre de cette résistance et sur un terrain politique, il n’y a pas de dialogue avec le régime syrien. Pour l’avenir du Nord de la Syrie et comme nous l’avons déjà dit, nous sommes prêts pour des discussions. Mais à l’heure actuelle, une telle discussion n’est pas en cours. Il n’a jamais été question, par exemple, comme cela a été dit, de céder Afrin au régime. Ces affirmations sont fausses et n’ont jamais été un sujet de discussion. Ce qui existe actuellement, c’est un dialogue pour parvenir à un accord militaire, afin de contrecarrer les projets d’occupation de l’État turc. C’est de cela dont il s’agit."]

    Flash news 20/02 à 22h00 : ça y est http://www.france24.com/fr/20180220-syrie-combattants-pro-regime-entrent-enclave-kurde-afrin-armee-turque-bombardement

    Dernières nouvelles #Efrin

    Et puis "on" a un peu tendance à "l'oublier", mais dans le même temps que l'opération d'Erdogan s'enfonce doucement dans l'échec lamentable qu'elle mérite, les forces armées d'Assad, elles, sont en train de se lancer à l'assaut de l'une des dernières poches insurgées dans le centre du pays (à l'Est de Damas), la GHOUTA.

    http://www.leparisien.fr/international/syrie-100-civils-tues-a-la-ghouta-l-onu-exige-l-arret-des-bombardements-20-02-2018-7569249.php

    Si (cela ne nous semble pas si compliqué !) on est capable de faire la différence entre un soutien DÉMOCRATIQUE à des populations, et un soutien idéologique à une direction politique (de laquelle au demeurant, concernant la Ghouta, nous ne savons pas grand-chose...), alors pourquoi ce silence de l'extrême-gauche francophone et occidentale sur cet autre massacre ? Peut-être parce que ce ne sont que des "sales boukaks", mais comme ces choses-là ne se disent pas à "gauche", alors on a maintenant les mots magiques : "islamiiiistes mercenaires d'Erdogan" !

    Voici un post poignant qui, en dépit de son idéologie qui n'est pas la nôtre, envoie quelques vérités bien senties dans les dents de quelques uns :

    Sarah Kilani
    18 février, 22:23 

    La situation en Syrie aujourd'hui est insupportable. Insoutenable. La Ghouta est plus que pilonnée, elle est en passe d'être rayée de la carte. Pendant ce temps, le PYD passe des accords avec le régime pour obtenir une aide contre l'offensive turque. Et les relations russo-américaines se tendent dangereusement. Ici en France, on lit JLM qui nous explique que les rebelles = les djihadistes = les potes d'Erdogan.

    Comment ne pas hurler de rage quand les habitants de la Ghouta crèvent dans l'indifférence totale de la communauté internationale ? Comment ne pas être en colère contre les soutiens inconditionnels du PYD qui n'ont jamais appelé à aider la Ghouta mais qui aujourd'hui trouvent des excuses ou des logiques à une nouvelle alliance entre le régime et le parti à la tête du Rojava ? C'est quoi cette gauche qui ne voit rien des réalisations concrètes sur le terrain et qui ne regardent que les champs lexicaux utilisés, les symboles sur les drapeaux et les images de com' soigneusement choisies ? La révolution populaire autogérée elle était la, bien réelle, sous leurs yeux, mais quel a été le tort des révolutionnaires syriens si ce n'est d'ignorer le champ lexical de la gauche occidentale ? Et pourtant, quoi de plus libertaire que les comités locaux, que les tansiqiyya al-malhalliyya, que l'autogestion de toutes les infrastructures, que les civils qui s'organisent face à la pénurie, que les associations de femmes pour la gestion des orphelins, que les écoles enfin libres d'écrire leurs propres programmes, que des liwa et des katiba qui dégagent Al Nusra et Daech à coups de pieds au cul de leurs villages et de leurs villes ? Merde franchement mais qu'est ce qu'il leur faut ?! C'est insensé et absurde. Comment peut-il ne pas être insoutenable pour leur conscience de laisser la révolution s'éteindre dans ces conditions atroces quand dans le même temps ils nous font l'éloge d'un parti issu de la tradition stalinienne et qui en a conservé tous les réflexes ? [oui bon, là, merci de laisser notre Petit Père des Peuples tranquille : l'engouement gauchiste mondial pour la cause de Rojava et des Kurdes en général, a JUSTEMENT BEAUCOUP À VOIR avec le fait que le PKK-PYD n'a plus grand-chose de "stalinien" (marxiste-léniniste)... après, il est vrai que les idées de ses soutiens libertaires quant à son fonctionnement soi-disant (devenu) "ultra-démocratique", relèvent largement de l'illusion candide la plus totale.]

    Moi aujourd'hui, j'ai honte de faire partie de cette gauche là qui ne vaut pas mieux que Macron qui joue avec ses crayons de couleur pendant que la Ghouta est sous les bombes. Peut être même que c'est pire même. Parce que Macron ne défend pas l'internationalisme, la révolution populaire et l'autogestion. Ce sont nous les tartuffes. Et j'espère que l'histoire condamnera durement notre médiocrité. C'est la honte la plus totale pour notre pays qui héberge Rifaat el-Assad le criminel mais qui dessine des lignes imaginaires alors qu'une violence inouïe bien concrète s'abat chaque jour là-bas sous forme de TNT, de balles, ou d'armes chimiques depuis 7 ans. 7 ans sérieux. Il y a 7 ans, seuls quelques fous sortaient manifester en silence des bougies à la main sur une place damascène en soutien aux Printemps arabes. 7 ans plus tard le pays est dévasté. Et bientôt le mois de mars. Nous fêterons les 7 ans de la torture des enfants de Deraa et des premières fosses communes de la révolution. Enfin, Assad lui les fêtera. Sur sa montagne de cadavres. 500 000 morts. Absurde. À devenir fou.

    Suivi de l'échange suivant, avec toujours le même genre d'excités :

    Perrot C. : Viva Erdogan le défenseur de la liberté. Vive al qaida. vive Daesh. Et mort aux chiens communistes kurdes. C'est ça ? Décidément cette guerre ignoble rend tout le monde aussi pitoyable que des extras dans Game of Thrones. Parler de liberté en défendant Erdogan et les fascistes des armées de l'Islam me laisse sans voix.

    Sarah Kilani : C'est quoi le rapport? Quand on dénonce la politique du PYD c'est qu'on aime Erdogan et al Qaïda? C'est ca votre degré d'analyse politique?
    Et c'est qui al Qaïda pour vous? Nan parce que vue la teneur de votre commentaire, on s'attend à ce que vous nous sortiez que les rebelles sont des potes d'Al Qaïda. Et c'est quoi le rapport avec Daech? Qui a dégagé Daech d'Alep? Le PYD peut être? C'est quoi le rapport avec les kurdes? Le PYD ne représente pas "les kurdes". Quand aux communistes, désolée mais les stal c'est pas trop mon truc.
    Vous avez vu ou que je défendais Erdogan? Elle est où la phrase? Putain les cretins qui viennent ramener leur fraise sans avoir deux sous de discernement politique où qui ne savent même pas lire un texte, c'est vraiment un fléau.

    Perrot C. : Aujourd'hui nous apprenons la mort de trois de nos camarades antifas tués par les mercenaires d'Erdogan que vous semblez soutenir. Ils sont payés et armés par un régime fasciste. Et que font-ils à Afrin sous les ordres des Turcs au lieu de se battre pour défendre Idlib ? Ils n'ont simplement plus le choix, ils rampent devant leurs maîtres qui les ont toujours armé pour annexer la Syrie et faire revivre l'empire ottoman. Cynisme absolu. Tout le mone en est là maintenant.

    Sarah Kilani : Vos camarades antifas sont partis se battre, c'était leur choix. Les syriens n'ont jamais eu le choix, eux. Le PYD Ca fait 6 ans qu'il bouffe au râtelier du regime, hein. Tres antifasciste le concept. Ca leur a fait quoi quand le régime a balance du sarin du la Ghouta en 2013? Ils ont fait quoi contre ce fascisme la?

    Quant à Erdogan, je le vomis comme je vomis vos propos

    Coco Anar : tu veux qu'on parle des kurdes? ok, où sont les au moins 53 membres du CNK qui ont étés arrêtés en 2017 et qui sont portés disparus? hein? ils sont où? ils sont où les 3 derniers commandants du Liwa Thuwar Al-Raqqa, membre des "FDS" qui ont étés arrêtés sans raisons par les YPG et qui sont maintenant portés disparus? ils sont où les centaines d'opposants politiques arrêtés par les milices du PYD? dans quel centre de torture ils ont étés envoyés? ha et rappelle moi, qui a arrêté, torturé et brutalement assassiné 3 jeunes de Manbij sans raison récemment, si ce n'est le YPG?

    Et notre aimable "contribution" au débat LOL (fallait que ça sorte, au bout d'un moment) :

    Dernières nouvelles #Efrin

    Dernières nouvelles #Efrin


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :