• Une petite histoire sympatoche qui vaut le coup d'être racontée


     

    Le 28 août 1944, Nice est libérée par la Résistance qui, dans toute la région, est dominée par les FTP. La Wehrmacht se replie en direction de l'Italie, évacuant au passage la principauté de Monaco.

    Le prince d'alors, Louis II, s'est réfugié dans une de ses lointaines résidences. Les notables monégasques, mouillés avec les occupants, ont disparu. Le pouvoir est à prendre. Les FTP à dominante communiste contrôlent militairement le secteur.

    Le secrétaire de la section du PC de Monaco prévient alors la direction régionale fraîchement installée à Nice : il compte proclamer la république, au nom du Parti communiste monégasque (sic). Surpris, les dirigeants communistes niçois dépêchent sur place un secrétaire fédéral du Parti qui dissuade ses camarades monégasques de toute velléité putschiste et fait adopter une position de principe : Monaco c'est la France ! 

    Alertée à son tour, la direction nationale du PCF recommande de ne prendre aucune initiative: ni annexion, ni surtout, de "république populaire" sous la houlette d'un PC local constitué de croupiers de casino et d'ouvriers des sardineries.

    Le préfet de région, Raymond Aubrac*, se chargera de la suite : le rétablissement des Grimaldi, à la condition que Louis II abdique en faveur de son petit-fils, Rainier. Celui-ci trouvera  -entre autres-  sur le Rocher une nouvelle richesse : un émetteur et des studios de radio (future RMC) installés pour les besoins de la propagande allemande.

    G.K.

    Une petite histoire sympatoche qui vaut le coup d'être racontée

    * Aubrac, cette vieille charogne, taupe de Barbie et grand technocrate de la Rrrrrrépublique et de la dissolution du communisme hexagonal dans une vague 'gauche' (rrrrrépublicaine).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Aubrac

    Enfin bon déjà avant ça, on avait pu voir la pusillanimité du PCF et ses penchants tricolores.

    Monaco n'est pas que le fameux Rocher de 1,5 km² et les demeures luxueuses etc. etc., car à tous ces rupins il faut bien que quelqu'un torche le cul. C'est le cœur d'un pays de langues et culture nissardo-ligures (12 - 3) ; soit resté semi-indépendant donc (la Principauté : son statut en fait en quelque sorte, pour faire court, le dernier protectorat français existant au monde), soit annexé en 1860-61 (Menton et Roquebrune, qui avaient fait sécession de la Principauté en 1848, pays de La Turbie - Beausoleil - Cap d'Ail qui formaient une seule et même commune jusqu'au début du 20e siècle, etc.) ; et qui non, N'EST PAS "LA FRANCE".

    [Faits totalement oubliés aujourd'hui : en février 1871 et dans les mois précédents, soit à peine plus de 10 ans après le rattachement à la France par référendum truqué et dans un contexte d'effondrement de l’État face à la victoire prussienne et de montée des Communes, le jeune département des Alpes-Maritimes connaissait des troubles et donnait une écrasante majorité aux élections législatives à des candidats autonomistes voire carrément séparatistes ou rattachistes à l'Italie - dont ni plus ni moins que Garibaldi himself...]


  • Commentaires

    3
    Vendredi 21 Septembre à 16:34

    Ben écoute, trouve nous un autre mec, en 1943, arrêté par la police de Vichy, "rapproché" de la Gestapo de Barbie, JUIF... et relâché au bout de quelques semaines ; et on en reparle !

    Qu'un type dans ce cas de figure n'ait pas été, a minima, nous n'allons pas parler de le liquider, mais considéré suspect et tenu à l'écart de centres de décision aussi importants qu'une réunion avec Moulin, ne prouve rien d'autre que l'angélisme pathétique et la naïveté de la Résistance bourgeoise comparée à la discipline de fer de la clandestinité révolutionnaire communiste.

    À notre (toujours très humble) avis c'est plutôt Hardy qui a été injustement accusé, par la gauche républicaine à laquelle se rattachait Aubrac et soucieuse de le défendre, parce que c'était le mec de droite, ami du royco Bénouville, "intrus" (à ses yeux) dans le mouvement. Pour protéger la grande icône de gauche.

    Alors certes il aurait lui aussi été arrêté peu avant et étrangement relâché, puis s'est invité en dernière minute à la réunion (aurait été invité en dernière minute sur l'insistance de Bénouville... peut-être simplement pour y renforcer le camp conservateur, s'agissant lors de cette réunion de désigner non moins que le chef de l'Armée secrète intérieure !) ; puis a réussi à s'échapper peu après l'arrestation dans des conditions étranges.

    Mais déjà, quelle serait (une seule, unique... rien qu'une seule) la raison de penser qu'un type aussi retors que Barbie n'aurait eu QU'UNE SEULE taupe ? Peut-être qu'Aubrac ET Hardy l'étaient, chacun dans un rôle, ou simplement, chacun pour les réunions dont l'autre serait tenu à l'écart (et là il se trouve qu'au dernier moment les deux auraient été réunis). La gauche ayant bien sûr pris le parti de charger à fond l'un des deux, celui qui n'était pas des siens, pour laver l'autre de tout soupçon.

    Ensuite, il ne s'est certes pas échappé tout de suite après Caluire, mais quand même, peu de temps après dans une évasion assez "filmique".

    En tout cas, la source de tout ça n'est ni plus ni moins que Barbie lui-même. C'est à dire, qu'il faudrait imaginer qu'un vieillard de 80 piges voué à finir sa vie en taule, n'aurait eu que ça à foutre d'inventer des craques comme ça. Pourquoi, si il voulait simplement mentir pour salir, n'a-t-il pas frappé (beaucoup) plus haut que ce finalement obscur technocrate ; pourquoi pas un symbole de la France comme De Gaulle lui-même ? Dire que Moulin avait été lâché par De Gaulle par exemple ? Bref.

    On peut comprendre que la gauche (à bas la gauche, vive le communisme !) ait ses mythes et ses vaches sacrées. Mais à un moment donné, la thèse de l'innocence d'Aubrac implique des raisonnements qui tiennent bien moins que l'inverse.

    2
    Pascal
    Jeudi 20 Septembre à 13:43
    Il y a eu un parti communiste marxiste-léniniste de Saint Marin.
    1
    Pascal
    Jeudi 20 Septembre à 13:36
    Qu'Aubrac ait été une taupe de Barbie n'a pas été prouvé. C'est Hardy qui a été soupçonné à tort ou à raison. Il est possible que la Gestapo ait réussi à repérer les résistants sans que personne n'ait trahi. Le PCF a revendiqué la Sarre, rien d'étonnant à ce qu'il ait revendiqué Monaco. Le monégasque comme le niçois se rattache à l'occitan (provençal). Le dialecte ligurien serait relativement proche du provençal.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :