• Un point (final ?) sur la situation en Syrie et au Moyen-Orient


    - Il faut peut-être tout d'abord commencer par réaffirmer quelques points par rapport à cette position sur Rojava qui peut de prime abord sembler saugrenue de notre part, nous qui militons pour la libération révolutionnaire socialiste du Peuple occitan et de tous les peuples opprimés de l'État français et d'ailleurs. Les choses sont assez synthétiquement expliquées ici : quelques-considerations-sur-le-confederalisme-democratique-et-la-question-nationale

    Le PKK d'Öcalan n'est pas une organisation qui lutte pour, mais qui a au contraire TOTALEMENT LIQUIDÉ l'indépendance socialiste du Kurdistan vis-à-vis de l'État fasciste (centraliste négateur calqué sur la France) turc, ce que nous soutiendrions bien évidemment même si nous préférerions encore plus, comme nos camarades du TKP/ML, une révolution démocratique dans tout l'État qui offrirait ensuite à chaque peuple l'autodétermination. Le PKK est une organisation LIQUIDATRICE de cela ; libre à quiconque, breton ou pas, de se bercer d'illusions contraires mais c'est ainsi.

    Sa lutte ne prend plus sens, à l'arrivée, que comme instrument de l'impérialisme pour déstabiliser ou se tailler une part des États qui se partagent les terres kurdes, dans la gigantesque guerre de repartage impérialiste qui secoue actuellement le Moyen-Orient. recapitulatif-articles-sur-rojava

    - Le retrait américain (et forcément occidental dans la foulée). C'est une question qui fait l'objet de déclarations contradictoires depuis la fin de l'année dernière, y compris de la part de Trump lui-même (roi incontesté de la volte-face). Mais il faut déjà savoir de quel retrait on parle ! Il n'est en réalité, apparemment, nullement question de retrait au sens d'"abandon" de la région par le bloc occidental ; mais plutôt d'un désengagement au sens d'éviter un sinistre bodycount à l'irakienne... À mesure que les dernières poches de la menace Daesh se réduisent, les effectifs (déjà essentiellement des forces d'élite, de toute façon) ont effectivement vocation à être retirés. La question d'un déploiement de troupes arabes a été évoquée et la Jordanie, l'Arabie saoudite et surtout l'Égypte de Sissi (en assez bon termes avec le régime d'Assad, ce qui serait un "plus") approchées en ce sens ; des voix discordantes faisant cependant parfois valoir que ces troupes n'apporteraient pas vraiment de valeur ajoutée aux aguerries FDS, et que tous ces pays ont déjà leurs capacités militaires  lourdement engagées par ailleurs (Yémen, Sinaï etc.). la-croix.com/Syrie-Etats-Unis-voudraient-remplacer-militaires-force-arabe

    À Manbij il n'y a eu absolument nul retrait occidental mais, longuement négocié avec Erdogan, un repli des YPG/J de l'autre côté de l'Euphrate (déjà largement entamé  bien avant l'accord de début juin) et l'autorisation de patrouilles turques dans le secteur ; les forces spéciales US et françaises sont toujours bien là, aux côtés des FDS arabes locales sans les Kurdes. challenges.fr/syrie-milice-kurde-ypg-va-retirer-ses-conseillers-de-manbij

    french.xinhuanet.com/patrouilles-conjointes-turquie-etats-unis

    Concrètement, l'Occident veut bien sûr éviter le "bourbier" (si coûteux politiquement) pour ses troupes, mais n'est absolument pas sur la voie d'un "retrait" signifiant abandon total de ses intérêts.

    - L'axe géopolitique tant de Trump que de Macron semble en fait marqué par un paradoxe : une confrontation croissante avec l'Iran (où les "ultras" à la Ahmadinejad pourraient bien prochainement reprendre le pouvoir aux "modérés" en place depuis 2013), et même avec des régimes trop "non-alignés" comme celui d'Erdogan ou encore le Qatar (éviction de Tillerson qui tendait à le "protéger" apparemment-tillerson-s-est-fait-virer) ; mais en même temps une volonté de ménager la Russie, ce qui pourrait bien déboucher sur quelque chose comme "mains libres" en Syrie pour Poutine contre "mains libres" en Palestine et alentour pour Trump et sa clique d'ultra-sionistes et de fondamentalistes chrétiens millénaristes, avec leur VRP local Netanyahou... haha-interessant-russie-deal-du-siecle-palestine

    middleeasteye.net/sissi-detient-la-cle-du-programme-envisage-par-trump-dans-le-sinai-pour-tuer-l-etat-palestinien

    Aussi proche (contrairement aux délires des "anti-impérialistes" poutinolâtres, soraliens et autres) d'Israël qu'elle ne l'est de Téhéran, la Russie travaille aussi à résoudre un autre paramètre essentiel du conflit, qui est la terreur des sionistes devant l'installation massive de forces militaires iraniennes et du Hezbollah à leurs portes (Golan) ; en quête d'un modus vivendi certes laborieux à trouver : actuj.com/presence-iranienne-en-syrie-ce-que-change-l-accord-entre-russes-et-israel - lejdd.fr/russie-intermediaire-conflit-entre-israel-et-liran - orientxxi.info/syrie-subtil-jeu-d-equilibre-russie-entre-israel-et-iran - jforum.fr/israel-ne-croit-plus-moscou-sur-le-retrait-iranien-du-sud-syrien

    - De là sans doute, plus qu'un quelconque "abandon occidental face à Erdogan", la raison de l'accord en voie de finalisation pour la restitution de Rojava à l'autorité de Damas termes-exacts-accord-conclu-forces-kurdes-regime-syrien. Un accord qui en contrepartie de cette restitution, outre quelques concessions à la langue et à la culture kurde, prévoit surtout... l'attribution du Ministère du Pétrole à un Kurde du PYD ou proche. Ce qui, avec les liens étroits tissés au cours des années de guerre contre Daesh, signifie QUOI pour le bloc impérialiste occidental d'après vous ??! Nous, à part une COGESTION russo-occidentale de fait des gisements syriens, on ne voit pas bien...

    Mais bien sûr, nous avons là ("enfin" !) l'accord "anti-impérialiste" Rojava-régime (contre "Hitlerdogan", s'il vous plaît !) qui pourra être brandi comme argument par le dernier carré de rojavistes internationaux, pour continuer à nous fourguer en contrebande tout leur opportunisme gaucho-impérialiste dans l'analyse internationale, leur lutte contre l'idéologie et les devoirs révolutionnaires de notre époque etc. etc. (tant pis pour les libertaires planant à 10.000, et les gauchistes atlanto-sionistes cocus).

     

    Un point (final ?) sur la situation en Syrie et au Moyen-Orient


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :