• Si c'est Zemmour qui le dit...


    Si c'est Zemmour qui le dit...

    (dans son dernier ouvrage Un quinquennat pour rien, paru le 1er septembre chez Albin Michel)

     


  • Commentaires

    2
    Pascal
    Mardi 1er Novembre 2016 à 14:18

    Plus que louche ! On ne peut exclure une provocation fasciste mais le contenu du tract fait penser au PIR. Pour ses auteurs, il paraît clair que la lutte des classes est devenue raciale. 

    http://www.millebabords.org/spip.php?article30041

    http://www.millebabords.org/IMG/jpg/flyer_racialiste.jpg

    J'ai connu un futur militant du PIR d'origine algérienne qui se disait communiste et qui sans aller jusque là, considérait les travailleurs "de souche" comme une sorte d'aristocratie ouvrière à faible conscience de classe. Il était d'accord pour dire que le racisme divisait les travailleurs au profit de la classe dirigeante mais semblait penser que la plupart des travailleurs d'origine européenne y collaboraient plus ou moins consciemment. Depuis, les choses se sont "radicalisées".

    La référence à la "république laïcarde" est pour le moins ambiguë.

    3
    Mercredi 2 Novembre 2016 à 17:06

    Non non, pas de provocation fasciste, juste la réaction de ras-le-bal d'un certain nombre de personnes victimes du racisme devant une réunion prétendument "libertaire" qualifiant leur lutte autonome de premiers concernés de "racialisme", et invitant ledit racialisme à... "go home" ("rentrer chez lui"... c'est de gauche ça t'es sûr ??)

    Je suis assez pour ne pas dire totalement d'accord avec l'analyse de ton militant du PIR, encore que pour une minorité de travailleurs "de souche" (euro-descendants on va dire) ce ne soit sans doute pas le cas, et que cette "faible conscience de classe" synonyme de blanchité, qui est une CONSTRUCTION SOCIALE et non le simple fait d'être blanc en taux de mélanine, puisse se déconstruire... DOIVE se déconstruire même (condition d'une conscience politique pleinement révolutionnaire).

    En substance : pour maîtriser l'agitation sociale qui le secouait, l'Occident a mis ses prolétaires face aux "sauvages" du vaste monde colonisé, les a arrosés de quelques miettes de l'exploitation de celui-ci (de "surprofit" impérialiste, comme disait Lénine), et en a fait des "Blancs", autrement dit des têtes de cons qui n'iront jamais plus loin que l'horizon de l'économisme (les revendications pécuniaires qui seront financées, là encore, par les "surprofits"). Devenir un véritable révolutionnaire communiste, internationaliste, anti-impérialiste etc. etc. implique donc de déconstruire idéologiquement ce "Blanc" que le capitalisme a fait de nous. Et y a du pain sur la planche !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :