• Répression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de Sardaigne


    L’État italien est connu des révolutionnaires pour être extrêmement répressif et doté de lois d'exception permanentes, parfois issues de l'ère fasciste (délit d'"association subversive") et réactivées dans les "années de plomb" 1970, tout cela dans le silence international bourgeois le plus total : qui a entendu parler (dans les "grands" médias) des quelques 25.000 arrestations qui ont frappé (et détruit) l'Autonomie prolétarienne et le mouvement communiste révolutionnaire à la fin des années 1970 ? Ni les "sinistres régimes communistes" d'Europe de l'Est, ni même l'"Espagne" de Franco ou le Portugal de Salazar quelques années auparavant n'ont pourtant fait "mieux" !

    Depuis le milieu des années 2000 (environ), cette répression s'est abattue très durement sur la très marxiste Gauche indépendantiste de Sardaigne : A Manca pro s'Indipendentzia, qui lutte depuis sa fondation en 2004 pour la Libération révolutionnaire de ce Peuple travailleur périphérisé dans le cadre d'un État italien construit au 19e siècle par et pour la bourgeoisie de la Plaine du Pô appuyée sur la monarchie piémontaise

    Cette campagne de persécution politique contre l'île natale d'Antonio Gramsci connaît à l'heure où nous écrivons des développements judiciaires importants.

    Répression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de SardaigneLe premier "dossier" est celui du cheminot et militant de la Manca Bruno Bellomonte. Le PC maoïste d'Italie a publié un article à son sujet dont ce qui suit est une traduction résumée. Bruno Bellomonte est dans le collimateur de la "justice" italienne depuis 2006 pour des faits de soi-disante "activité terroriste" ; il a même passé près de 2 ans et demi en prison avant d'être acquitté - le dossier étant absolument vide de preuves.

    Mais cela n'a pas empêché la répression pour ces soi-disants "actes terroristes" de se poursuivre par des moyens détournés, et il faut ici être très attentif à ce qui va suivre car cela donne une idée du "fascisme déguisé" qui pourrait bien, en Europe, être la forme de gouvernement du 21e siècle : suite à son arrestation, la société ferroviaire RFI qui emploie Bruno l'avait suspendu Répression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de Sardaignepuis licencié ; il avait ensuite été réintégré suite à son acquittement. Mais le voilà à présent, depuis juin dernier, à nouveau suspendu pour une durée indéterminée exactement pour les mêmes faits qu'en 2006 : une situation pire que le licenciement puisque, privé de salaire, il ne peut pas non plus prétendre au chômage ni même... chercher un autre emploi !!

    À partir du 4 février, il tentera de faire casser cette décision inique devant la Cour d'Appel de Rome. Nous lui adressons toute notre plus sincère, rouge et libérationiste-révolutionnaire solidarité dans ce qui s'annonce comme un procès éminemment politique.

    Parallèlement s'est ouverte le 19 janvier dernier la première audience d'un procès qui s'annonce fleuve : le "procès Arcadia", du nom de l'opération déclenchée en 2006 contre le mouvement sarde (c'est dans ce cadre-là que Bruno Bellomonte avait été arrêté) par le juge antiterroriste Paolo De Angelis pour des faits de "terrorisme" remontant au début des années 2000 - des symboles de l’État italien avaient été frappés au nom de l'Organisation indépendantiste révolutionnaire et des Noyaux prolétaires pour le communisme.

    Répression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de SardaigneAu terme de 8 ans de procédure et plus de 12 voire 15 ans après les "faits" incriminés, 18 personnes (dont une bonne partie militantes de la Manca) sont donc finalement renvoyées devant la Cour d'Assises de Sassari (Sardaigne) sur la base du "fameux" article 270 bis du Code pénal, qui punit "l'association à finalité de terrorisme ou de subversion de l'ordre démocratique" par des peines allant de 5 à 10 ans de réclusion pour "participation" et de 7 à 15 ans pour "promotion, constitution, direction ou financement". L’État s'est porté partie civile.

    Pour A Manca, l'opération Arcadia n'a jamais été qu'une opération de persécution politique aux dépens de l'indépendantisme sarde et de la contestation politique en général. La durée hallucinante de la procédure, le nombre de personnes arrêtées et présentées avec un énorme battage médiatique comme de "dangereux terroristes"... puis remises en liberté après avoir été reconnues totalement étrangères aux faits poursuivis démontrent cette finalité de persécution plutôt qu'une réelle conviction de la dangerosité des inculpés.

    Des manifestations de solidarité se tiennent quotidiennement aux abords du Palais de "Justice" et comme le proclame A Manca en conclusion, "la répression et les tentatives de criminaliser le mouvement indépendantiste sarde et ses militants n'arrêteront pas la lutte pour la Libération du Peuple sarde".


    Libertàde !

    Solidariedàde !

    Rivoluziòni !

    Repubrica sarda de sos Traballadores !

    Répression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de Sardaigne
    Répression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de Sardaigne
    Répression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de Sardaigne

    Répression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de SardaigneRépression de l’État policier italien contre la Gauche indépendantiste de Sardaigne


  • Commentaires

    1
    Yolo trolol
    Jeudi 29 Janvier 2015 à 17:38

    je sais pas où te contacter (si t'as un mail ou pas) du coup je me permet de te partager ce film (tu peux le dl sur le lien) qui permet de découvrir une jeune génération quasi libertaire d'indépendantistes basques (et plus globalement tout la section "documentaires" qui est remplie de perles sur tous les sujets militants)  http://forums.resistance.tk/message.php?t=19390

     

    Je rajoute juste que ce blog est très claire, ça fait un moment que je suis l'ancien, même si me considère comme anti-autoritaire et que je trouve que cautionner mao + staline, c'est pas top, et que je suis pas d'accord sur la question du parti, j'me suis énormément enrichi sur ce blog (surtout sur le maoisme "culturel", l'expérience des 70 italienne, c'est ce blog qui m'a permis de "m'ouvrir" à la question indépendantiste etc).

     

    J'avoue que le choix du noir en fond d'écran repose les yeux pour les longues lectures et le format des textes, clairs, précis, avec des choses soulignés etc... rend ultra agréable la lecture.

     

    Bref j'espère beaucoup de gens te suivent où te suivront ! 

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :