• Voici la traduction en castillan d'un article de Servir le Peuple publié il y a quelque mois : echange-de-commentaires-qui-clarifie-magistralement-ce-que-l-anticolonialisme-en-carton-veut-dire. Une traduction qui prend aujourd'hui TOUTE SON IMPORTANCE dans un contexte où la marche arrière opérée par la mouvance dite "Red Guards" aux États-Unis, sur la question anticoloniale dans ce pays critique-d-une-position-terriblement-erronee, relève selon nous d'une controverse de portée internationale ; étant donné que l'échange de commentaires sur FB traduit ici était précisément avec un individu de cette mouvance.

    Aqui a continuación, una traducción en castellano de un articulo publicado en este sitio hace unos meses echange-commentaires-clarifie-magistralement-anticolonialisme-en-carton-veut-dire. Una traducción apareciendo hoy de MERA IMPORTANCIA mientras la marcha atrás operada en EEUU por el movimiento de los dichos "Red Guards", respeto a la cuestión anticolonial en este país critique-position-terriblement-erronee, esta adquiriendo lo que calificariamos de un alcance internacional ; dado que esta discusión en Facebook reproducida a continuación involucraba un indviduo de este movimiento.


    UN INTERCAMBIO DE COMENTARIOS QUE ACLARA MAGISTRALMENTE QUÉ SIGNIFICA ANTICOLONIALISMO “DE PEGA”, “MERAMENTE DECLARATIVO”

     

    SERVIR LE PEUPLE

    16 de mayo de 2018

    [El texto es una retraducción al castellano de un texto inglés traducido, a su vez, al francés]

    “La posición de los maoístas es que las naciones oprimidas tienen DERECHO a la autodeterminación si así lo deciden. Cuando haya una República socialista en lo que ahora son los Estados Unidos, si ciertas tribus (sic) quieren la independencia de su propio territorio, la República socialista no se enfrentará a ellas como enemigos por ese territorio, sino que, por el contrario, defenderá su derecho incluso si la nación oprimida quiere ser un Estado capitalista y no socialista. Sobre la cuestión nacional, no sería (sin embargo) necesariamente correcto que los comunistas defendieran en la nación oprimida la secesión de la República socialista. Si surge el deseo de separarse, sería correcto simplemente que la República socialista lo autorice (mientras que se combatiría a cualquier otro territorio que pretendiera la secesión a favor del capitalismo)”.

    “¿Un DERECHO a la autodeterminación”... pero con la esperanza (más o menos velada) de que no se “determinen” en ese sentido? ¿O no? Todo esto me lleva a pensar en algunos trotskistas europeos partidarios de un “Estado único” en Palestina, en el entendido de que ese Estado único es sin duda la posición correcta en términos absolutos (la posición histórica de la izquierda palestina...), pero también puede significar... la actual Sudáfrica (y nadie menos que el presidente israelí Rivlin se pronunció a su favor).

    ¿Qué es exactamente la “voluntad del pueblo”? Hoy en día, probablemente menos del 10% de los negros estadounidenses quieren una República socialista de Nueva Afrika; pasa igual con los chicanos en relación con un Aztlán socialista y la reunificación con México. Pocos son quienes, miembros de las Naciones indígenas, quieren Estados independientes socialistas, ni siquiera capitalistas... y menos aún serían los trabajadores blancos que defendieran tu versión maoísta del socialismo.

    Existe una “voluntad del pueblo” en este momento en que estamos hablando... y habrá otra mañana o dentro de 30 o 50 años, que depende de la propaganda que difundamos; y esta propaganda se basa en un objetivo estratégico, una concepción del mundo, algo que pensamos (nuestra concepción comunista del mundo) que es el objetivo y la justicia popular, la reparación (por ejemplo) a un pueblo y al mismo tiempo la conmoción de los fundamentos del poder de un Estado al servicio de los monopolios imperialistas: en una palabra, el Sentido de la Historia.

    Es fácil decir “si así lo deciden, tienen derecho”, pero con la esperanza, en realidad, de que no sea así y haciendo todo lo posible para que no decidan de ese modo.

    En 1950 una minoría de los argelinos estaba a favor de la independencia. Todos ellos sufrían el yugo y las atrocidades de los colonos, pero la posición mayoritaria era conquistar los derechos cívicos y democráticos en el marco de una Argelia francesa. ¡Y el Partido “comunista” francés tenía la firme esperanza de que las cosas siguieran siendo siempre así! Las cosas cambiaron con la Guerra de Liberación, iniciada con el levantamiento del FLN el día de Todos los Santos de 1954 y que se prolongó hasta 1962, año en que ya una mayoría del 99% de los argelinos estaba a favor de la independencia y del “socialismo árabe”. Ni que decir tiene (como cabía esperar)... que el PCF comenzó oponiéndose a aquel levantamiento “reaccionario”, luego propugnó la “paz” y una “solución democrática”, a veces (no siempre...) denunció las torturas y los crímenes del ejército imperialista y, finalmente, defendió la “autodeterminación”... muy al final, cuando el propio De Gaulle se hubo adherido a esta solución.

    Estoy totalmente de acuerdo en que “la identidad no prevalece sobre la línea política” y que “si fuera así, todos los grupos sociales oprimidos tendrían ya una línea comunista perfecta, lo que no es el caso”. Soy un enemigo resuelto de la identity politics [política identitaria] y no soy partidario ni de la inacción ni del politiqueo de salón. Pero “el oportunismo identitario” no puede ser tampoco la palabra mágica con que poner punto final a todas las cuestiones que incomodan. Cuando los indígenas colonizados (¡Lambda, que no pretende ser una organización de vanguardia!) hablan de su experiencia y lo primero en que te fijas es que “Existir es resistir es el típico lema de la política identitaria de mierda y un argumento para no hacer nada”, tu noción de lo principal y de lo secundario muestra que en realidad no tienes ganas de oír a lo que esas personas tratan de decir.

    En realidad, es fácil estar al corriente de las luchas que le rodean a uno y adoptar una postura anticolonialista que se quede en agua de borrajas, apuntándose, eso sí, el tanto y dándose importancia con frases del estilo de: “el colectivo maoísta más avanzado en los Estados Unidos está hoy en Aztlán”.

    Pero las cosas son como son: la Historia enseña que el sudoeste de los Estados Unidos es parte de los Estados Unidos gracias a una guerra de agresión criminal y a un tratado imperialista desigual, tras lo cual fue salvajemente colonizado; y el Sentido de la Historia es que ese tratado desigual debe ser borrado de la página del tiempo y México reunificado. Ocurre lo mismo con todos los “tratados” suscritos con las Naciones indígenas, así como con la Nación nacida de la esclavitud de los africanos en el sureste.

    No se trata de “si el pueblo lo decide de tal modo” (la segunda parte de tu comentario es de hecho muy explícita sobre el fondo de tu pensamiento...). La gran mayoría de los latinos no lo desean a día de hoy y tú, en el fondo de tu corazón, esperas que siga siendo siempre así.

    Usted utiliza a Aztlán de cara a la galería, por razones de imagen; pero en los hechos, ¿qué ayuda en concreto le presta Usted a su lucha de liberación y por la reunificación con la madre patria?

    ¡Ah, sí! Y además: las naciones son NACIONES; no hay naciones si son europeas/blancas y “tribus” (!!) o “etnias”, de lo contrario...

    Como ya explicó el glorioso Kaypakkaya[i], existen caracteres nacionales preexistentes, como los que indicó Stalin en La Cuestión Nacional, y estos caracteres dan a luz a una nación no en el momento de la revolución burguesa o industrial, sino cuando resultan “alcanzados” por las “primeras luces del alba” del capitalismo (de manera que los kurdos son una nación y no un pueblo, como sostenía el grupo revisionista –ahora completamente fascista– “Şafak”); lo cual significa, en América, por la colonización.

    Si hablas de “tribus” no hay naciones, no hay cuestión nacional y tampoco hay derecho a la autodeterminación. Pero he de admitir que su línea blanca paternalista es especialmente sutil y astuta.

    [De hecho, toda esta palabrería y este jesuitismo intelectual significa una sola cosa: NO HABER COMPRENDIDO NADA de lo que sucedió en la URSS. ¿Hasta cuándo dura la lucha de clases? Hasta el COMUNISMO. Hasta el comunismo, durante decenios y decenios, un siglo tal vez después de la revolución socialista, la contrarrevolución, la restauración capitalista sigue siendo posible. ¿Cómo? Porque existe una BASE MATERIAL para ello, para que la vieja burguesía vuelva al poder... o que una nueva, nacida en el seno mismo del aparato del Estado socialista y del Partido dirigente, se apodere de él, defendiendo la “vía capitalista”.

    POR LO TANTO, HAY QUE QUEBRAR ESA BASE; y esa base es, en especial, la base territorial de acumulación, el Imperio de los monopolios. Y en los Estados Unidos, incluso antes de ser la primera potencia mundial imperialista, el Imperio de los monopolios es, en primer lugar,... el propio territorio federal, con sus colonias interiores. Por lo tanto, (especialmente) hay que destruirlo por medio de la autodeterminación de los pueblos colonizados. No hacerlo es garantizarse que de las entrañas mismas de la República socialista de que habla de nuestro “amigo” brotará una nueva burguesía (más o menos pseudo-“roja”) que, más o menos gradualmente, restaurará el capitalismo.

    Lenin decía ya a principios de los años 20 que el chovinismo gran ruso (la dominación nacional de los rusos sobre las otras nacionalidades), si no se le combatía correctamente, estaría entre las primeras cosas que “matarían” al socialismo soviético; y eso es lo que sucedió. Alain Sibé, de la misma manera, con la salvedad de que el PCF nunca ha estado en el poder, ve en el abandono por parte de éste de un anticolonialismo intransigente y en su apoyo a la “República una e indivisible” contra las nacionalidades negadas del propio Hexágono, una de las principales razones de su degeneración en partido burgués reformista. CQFD. Esto es lo que entendemos por estar (...o no) en el “Sentido de la Historia”, en consonancia con una visión del mundo puesta al servicio de los intereses de la victoria del comunismo, que define los objetivos de nuestra labor política.]

     


    [i] En inglés : bannedthought.net/Turkey/TKP-ML/EarlyDocs/Kaypakkaya-KurdishQuestion-1972.pdf  “Certain overly knowledgeable wiseacres claim that landlords are not considered part of a nation. What‟s more, these gentlemen even hatched the marvel that the Kurds do not yet constitute a nation due to the existence of landlords in the Kurdish region. This is a frightfully demagogic statement and a sophistry. Do the landlords not speak the same language? Do they not reside on the same land? Are they not part of the unified economic existence and spiritual formation? And besides, nations emerge not with capitalist development reaching its final limit but at the dawn of capitalism. With capitalism penetrating into a country and unifying the markets in that region to a certain degree, the communities already meeting all the other conditions are considered a nation. If it were not so, all stable communities in the backward countries and regions where capitalist development is limited could not be considered nations. In China up until the 1940s there was a rather strong state of feudal fragmentation, and according to this logic, one would have to deny the existence of nations in China previously. Until the 1917 revolution, feudalism had a strong presence in the broad countryside of Russia; this understanding would lead to rejecting the existence of nations in Russia.”

    En francés : EM-Rb1M-dCeiJVhgZObXkNCCFXI.jpg "En outre les nations n'apparaissent pas lorsque le capitalisme a atteint le stade ultime de son développement, mais à ce que l'on peut appeler l’aube du capitalisme. Lorsque le capitalisme pénètre dans un pays et y unifie les marchés dans une certaine mesure, les communautés qui possèdent les autres caractéristiques (énoncées dans "La Question Nationale" de Staline NDLR) sont alors considérées comme formant une nation. Si tel n’était pas le cas, il faudrait alors considérer que toutes les communautés stables situées dans des pays arriérés, des régions où le développement du capitalisme reste encore limité, ne sont pas des nations. Jusque dans les années 1940, il existait encore en Chine un fort morcellement féodal. Dans cette logique, il aurait alors fallu dénier l'existence de nations en Chine à cette époque. Jusqu'à la Révolution de 1917, la féodalité restait fortement implantée dans les campagnes profondes de Russie ; ce raisonnement  devrait donc conduire à rejeter l'existence de nations en Russie. En Turquie, par exemple, durant la Guerre de Libération (la guerre menée par Kemal Atatürk contre le dépeçage de la Turquie par le Traité de Sèvres en 1920 NDLR), la féodalité était beaucoup plus forte qu'aujourd'hui, il faudrait donc en conclure qu'il n'y avait pas de nations en Turquie à cette époque. En Asie, en Afrique et en Amérique latine, la féodalité existe toujours à différents degrés : il faudrait donc rejeter l'existence de nations sur ces continents."

    (Traducción parcial) “Las naciones no aparecen cuando el capitalismo alcanza la última fase de su desarrollo, sino en lo que se puede nombrar el amanecer del capitalismo. Cuando el capitalismo entra en un país y unifica allí el mercado en une cierta medida, las comunidades poseyendo ya las demás características (enunciadas en la Cuestión Nacional de Stalin) están entonces consideradas naciones. Si no fuera así, tocaría entonces considerar que cualquier comunidad estable en un país atrasado, territorios donde el desarrollo capitalista sigue limitado (enuncia a continuación ejemplos como la China de los años 40, Rusia del 1917, Turquía del 1920 y “hasta un cierto grado” África, Asia o América latina en su presente año 1972), no son naciones.” 

     

    Red de Blogs Comunistas : Un intercambio de comentarios que aclara magistralmente qué significa anticolonialismo “de pega”, “Meramente Declarativo”

    Un échange de commentaires qui clarifie magistralement ce que l'anticolonialisme "en carton", "déclaratif comme aux impôts" veut dire

    Red de Blogs Comunistas : Un intercambio de comentarios que aclara magistralmente qué significa anticolonialismo “de pega”, “Meramente Declarativo”


    votre commentaire

  • Si l'on prend la TROISIÈME définition du fascisme, celle que l'on qualifiera de "césairienne" ou "fanonienne" (dans le prolongement de la dimitrovienne en fait, basée comme elle sur la violence et la terreur) : transplanter et appliquer en Occident même, dans la conquête militaire de pays alentour ou la répression du mouvement ouvrier, les méthodes "normalement" "réservées aux Arabes, aux coolies de l'Inde et aux Nègres d'Afrique", jusqu'à la déshumanisation (peuples non-germaniques "inférieurs", "gène rouge" des révolutionnaires pour certains théoriciens franquistes, "homme criminel" etc.) ; c'est la conclusion à laquelle on est forcé d'aboutir.

    Israël est une colonie collective occidentale au Proche-Orient qui fonctionne "normalement" pour une colonie. Il n'y a point là de fascisme (encore moins de "dérive" plus ou moins récente), mais des agissements qui sont dans la nature même d'une telle chose.

    C'est le fascisme qui est "israélien" ; signifiant de lorsque de telles méthodes se trouvent appliquées en Occident même.

     

    Israël n'est pas en "dérive fasciste", c'est le fascisme qui est "israélien"


    votre commentaire

  • Ce sont celles et ceux pour qui Rojava n'a jamais été qu'un cache-sexe de leur admiration islamophobe honteuse pour Assad ("toujours mieux" que "les barbes de hipster, le Coran-unique-source-du-droit et les mariages forcés à 9 ans" LOL) qui vont être content-e-s !

    Les autres, les "rebello"-rojavistes en mode atlantiste et pro-sioniste "de gauche", seront bien sûr dévastés ; mais bon, ça fait déjà un an voire un an et demi que c'est comme ça et que la plupart ont d'ailleurs compris...

    1. L'Armée arabe syrienne (SAA) augmente ses effectifs dans la province de Hasaka, prend le contrôle des postes frontières avec la Turquie et l'Irak, ouvre des bureaux de recrutement et participe aux checkpoints avec les YPG.

    2. Les YPG qui joindront l'Armée arabe syrienne (SAA) toucheront leur solde du gouvernement syrien ainsi que les mêmes avantages pour les familles des martyrs que pour les soldats de la SAA, les périodes de combats avec ISIS sous uniforme YPG seront comptées comme service militaire SAA.

    3. Le drapeau syrien officiel remplacera toutes les signalétiques PYD/YPG, et autre ; y compris les images d'Abdullah Öcalan.

    4. Le contrôle de tous les sites pétroliers sera transféré au ministère syrien du pétrole.

    5. La langue kurde sera considérée comme langue officielle.

    6. Le poste de ministre du pétrole du gouvernement syrien sera dévolu à une personnalité kurde.

    Lire aussi :

    https://www.bastamag.net/Quel-avenir-pour-les-Kurdes-de-Syrie-menaces-d-epuration-politique-par-la


    [Est évoqué dans cet article un retrait US qui semble a priori surréaliste, mais peut-être moins qu'il y a quelques mois au regard de la possibilité que la Russie ait obtenu les "mains libres" en Syrie (le contrôle de la totalité du pays avec son laquais Assad) en échange de son accord pour le "deal du siècle" en Palestine : haha-interessant-a145713280

    Lire aussi ici le-programme-envisag-par-trump-dans-le-sinaï-pour-tuer-l-état-palestinien pour se faire une (horrible) idée de ce qui est en train de se jouer dans la région : un plan de repartage impérialiste qualifiable de véritable QUATRIÈME REICH yankee-sioniste, avec bien sûr le soutien des Européens et, donc, la complaisance de Moscou tant que ses intérêts sont un minimum préservés ; n'hésitant pas à recourir au "progressisme au service de l'ordre" ; une MONSTRUOSITÉ que les révolutionnaires du monde entier doivent affronter sans faillir... et sans tolérer dans leurs rangs le moindre opportunisme !]


    votre commentaire

  • Texte d'un militant de libération noire sur Facebook :

    Thierry Henry est l'un des plus grands footballeurs de l'histoire de France. Sur les terrains de foot il a tout gagné : Coupe du Monde, Coupe d'Europe des nations, Ligue des Champions, championnat d'Espagne...

    Sa fonction ? 'Goleador', meilleur buteur de l'équipe de France avec 51 réalisations, meilleur buteur de l'histoire d'Arsenal.

    En plus dans la vie il a l'air d'un mec posé. On ne lui connaît aucun scandale en plus de 20 ans de carrière de foot.

    Bref Thierry Henry est un grand homme.

    Après sa carrière, il a d'abord travaillé comme consultant pour la chaîne sportive anglaise Skysport.

    Puis il a voulu se rapprocher à nouveau des terrains en tant qu'entraîneur. Certainement, pour commencer, en France.

    Mais comme il a un gros nez, on a dû lui dire ce qu'on dit à tous les gros nez et comme on l'a dit à Tigana et à Kombouaré auparavant au pays des Lumières : "Ah désolé mais je crois que ça va pas être possible".

    On se rappelle qu'en son temps Claude Simonet, le patron de la FFF, avait dit clairement : "il y a trop de Noirs en équipe de France, on ne peut pas mettre en plus un sélectionneur noir".

    Voilà la conception du "vivre ensemble" des décideurs français.

    Du coup comme Henry est un mec calme, il n'a rien dit et est allé proposer ses services ailleurs... et ça marche : second entraîneur de l'équipe nationale de Belgique, les Diables Rouges qui sont aujourd'hui en demi-finale de la Coupe du Monde... face à la France.

    Et les Français de rappeler alors à Thierry Henry qu'il est français en lui subodorant à l'oreille de trahir sa fonction si possible, en piégeant les joueurs belges qui disent tous le plus grand bien de lui.

    Certains français tentent même de faire un procès en sorcellerie à Thierry Henry pour trahison, alors que c'est la France qui a trahi ses idéaux républicains envers Henry.

    Giroud qui décidément est plus décisif hors des terrains que sur les terrains vient de déclarer : "j'avoue que ça fait bizarre de l'avoir contre nous... j'aurais préféré qu'il soit avec nous". On savait que les pieds de Giroud ne fonctionnaient pas bien, on découvre qu'au niveau de la matière grise ça va pas mieux non plus.

    Parce que l'affaire Henry c'est pas bizarre, c'est du racisme.

    Voilà l'intégration à la française. Elle utilise les gros nez autant qu'elle le peut tant que ces derniers peuvent apporter de la valeur ajoutée à la France.

    Mais à l'heure de promouvoir les gros nez pour tout ce qu'ils ont fait pour "leur" patrie, la France les jette proprement comme du poisson pourri.

    Et quand le gros nez refait surface ailleurs, cette même France sans la moindre honte, indexe ce dernier, le sollicite... pour qu'il trahisse au nom de la France.

    Il n'y a rien de bon à prendre dans l'intégration. Tout est à découper en mille morceaux et à jeter à la poubelle.

    Et les gros nez de France n'ont qu'une chose à faire : respecter les lois de la France, les coutumes de la France en s'organisant entre eux de façon autonome sur le plan communautaire ; parce qu'ils vivent dans un pays ultra-communautariste, en fait dans un pays raciste.

     

    Henry, le "traître" ?


    votre commentaire

  • ... voici des nouvelles du Pinochet du Nil :

    https://www.bastamag.net/Ventes-d-armements-un-nouveau-rapport-denonce-la-cooperation-des-entreprises

    Depuis son coup d’État militaire en juillet 2013, le régime d’al-Sissi a mis en prison au moins 60 000 personnes [une personne adulte ou adolescente sur 1.000] pour des raisons politiques, dispersé des manifestations par des moyens militaires faisant des centaines de morts [la répression de l'été 2013 en a déjà fait autour de 2.000...], sans compter les exécutions extra-judiciaires [ou simplement judiciaires : centaines de condamnations à mort, comme celles de près de 700 pro-Morsi en 2014, et dizaines d'exécutions],  et les disparitions forcées (entre juillet 2013 et juin 2016, il y a eu en Égypte 2811 cas de disparitions forcées des mains des services de sécurité, indique la FIDH), et le recours systématique à la torture. [On pourrait encore parler de la refermeture de la frontière avec Gaza, au service de l'asphyxie de l'insoumise cité palestinienne par l'entité sioniste : frontiere-egyptienne-rafah-gaza]

    Cela ne semble pas (bien sûr, s'il fallait en douter) déranger l'impérialisme et le complexe militaro-industriel bleu-blanc-rouge :

    Dans le même temps, entre 2010 et 2016, les livraisons d’armes françaises vers l’Égypte sont passées d’un volume de 39,6 millions d’euros à 1,3 milliard d’euros, rappelle la FIDH. « Certaines entreprises ont vendu des armes conventionnelles à une armée responsable de la mort de centaines de civils au nom de la guerre contre le terrorisme, notamment dans le Sinaï : navires de guerre Mistral (entreprise DCNS), frégates Fremm (DCNS), corvettes (Gowind), avions de combat Rafale, véhicules blindés (Arquus), missiles air-air Mica et de croisière SCALP (MBDA), missiles air-sol 2ASM (SAGEM) », détaille le rapport.

    Pendant que les néo-menchéviks gaucho-impérialistes nous bassinent avec l'"islamofascisme" et "Hitlerdogan"...

    Mais bon, c'est d'autant moins étonnant que cela ne semble de toute façon pas déranger non plus un certain gauchisme gaucho-impérialiste, typiquement fan du protectorat impérialiste "Rojava" au Nord de la Syrie, comme ce militant lyonnais d'une organisation tristement connue :

    Pendant que les néo-menchéviks gaucho-impérialistes nous bassinent avec l'"islamofascisme" et "Hitlerdogan"...

    En Turquie, le kémaliste Muharrem Ince a renoncé à contester la victoire pourtant manifestement truquée (de 3 ou 4 points facile) d'Erdogan dès le premier tour, et donc à donner le signal du regime change pour lequel tout était pourtant dans les starting-blocks turquie-kurdistan-elections-anticipees-heure-de-verite-approche hitlerisation-erdogan.

    Probablement parce que, selon nous, il a rapidement réalisé qu'il n'avait... pas d'armée pour ce qui devait forcément prendre la tournure d'une guerre civile (entre 45 et 50% de soutien pour Erdogan, ce n'est pas rien !) ; soit qu'il n'ait pas trouvé d'officiers limogés en 2016 prêts à tuer d'autres militaires turcs, soit qu'il ait été perçu comme trop à gauche (incarnation de la volonté de rapprochement avec la gauche kurde-alévie impulsée par certaines fractions de la bourgeoisie moderniste et - surtout - de l'impérialisme occidental) par ces secteurs militaires kémalistes orthodoxes ou "gülenistes" ("islamistes" modérés-libéraux et pro-occidentaux), soit un peu des deux.

    Mais s'il l'avait fait, pourrait alors déjà régner en Turquie, derrière la façade civile de son gouvernement "social-démocrate" (toutes les dictatures militaires en Turquie, au pire après un an ou deux, ont toujours adopté une façade civile), strictement la même répression FASCISTE qu'en Égypte ; toujours contre le mouvement révolutionnaire, non-liquidateur du moins (pas à la remorque du PKK et/ou du HDP en cas d'"accords de paix" avec ceux-ci), ET donc contre les partisans d'Erdogan, "islamistes" et ultra-nationalistes (comme déjà... sous tous les régimes militaires turcs de la seconde moitié du 20e siècle, première moitié des années 1960, 1971-74 et première moitié des années 1980).

    Mais voilà, attention hein, on aurait alors (sans doute) "bon fascisme" et pas "mauvais" comme avec Erdogan ; comme il y a "bonne scission et mauvaise scission" pour reprendre les mots d'un Turc (justement) de cette mouvance LOL ; et d'aucuns viendraient sans aucun doute nous expliquer que "l'armée a repris les choses en main" pour "empêcher les masses populaires de s'occuper elles-mêmes d'Erdogan et de sa clique" !!


    6 commentaires

  • Il y a bien sûr la question de la "féodalité" entendue comme PROPRIÉTÉ, "assise", directe (sur des terres typiquement) ou "éminente", et mise au service de l'impérialisme pour encadrer et exploiter la force de travail ; autrement dit, intégrée dans l'appareil productif impérialiste. Mais ce n'est pas le sujet que nous aborderons ici.

    Dans les pays dominés par l'impérialisme, toute question politique et sociale revient en dernière analyse à : unité ou division dans la confrontation avec lui.

    À partir de là, les choses sont simples : ce qui opprime divise.

    Opprimer, surexploiter un groupe social ("ethnique", de genre, ou une "caste") au nom de principes qui auront l'argument d'être immémoriaux, va contre l'unité car 1/ les opprimés détestent leurs oppresseurs et ne se laisseront pas facilement mobiliser par eux à leurs côtés, ou plutôt sous leurs ordres, pour que leur condition pourrie ne change pas d'un iota ensuite, 2/ l'impérialisme peut carrément débarquer en se présentant comme leur sauveur, leur libérateur, et les mobiliser à son service (pratique qui remonte à l'utilisation des "intouchables" par les Anglais en Inde, contre l'Empire marathe notamment : ils y auront gagné un jour de fierté célébré chaque année, celui d'une bataille livrée aux côtés des troupes de la Compagnie coloniale britannique contre les hautes castes qui les traitaient comme des esclaves manifestations-d-une-caste-indienne-defavorisee-a-bombay... mais aussi, comme tous les Indiens, un siècle et demi de colonisation qui fera 60 millions de morts genocide-british-starved-to-death-over-60-millions-indians), et 3/ de toute façon, pour maintenir leur domination, le plus probable est que les oppresseurs eux-mêmes aillent lécher les bottes de l'impérialisme.

    C'est pour cela que les pratiques sociales, aussi ancestrales soient-elles, qui oppriment avec la dernière brutalité des groupes sociaux doivent être combattues et battues en brèche, et que la révolution anti-impérialiste présente obligatoirement (pour avancer vers la victoire) un aspect DÉMOCRATIQUE.

    PAR CONTRE, le gaucho-impérialisme occidental (au service de son maître l'impérialisme tout court) a souvent tendance à placer sous le vocable de "féodalité" des structures et des pratiques sociales anciennes qui vont à l'encontre de l'individualisme, du moi-roi... et donc par définition servent l'unité.

    L'impérialisme a toujours très bien compris les choses à ce niveau-là, et arrive toujours et encore aujourd'hui en porteur du "Progrès" et de la "Liberté" en ce sens de dissolution et d'atomisation sociale, de division de la société dominée en autant d'individus qu'elle en contient ; et comme de bien entendu, sa précieuse pour ne pas dire vitale aile gauchiste encourage et applaudit cela.

    Ici la question va donc se poser sérieusement, une question de "dosage" en quelque sorte : dans quelle mesure telle réalité sociale est un facteur d'unité anti-impérialiste contre l'individualisme et l'isolement des colonisés les uns des autres ; dans quelle mesure est-elle oppressive (sachant que toute pratique sociale repose toujours sur une part de coercition !) et au contraire un facteur de fossé entre groupes sociaux et de potentiel enrôlement du groupe opprimé comme tirailleurs de l'impérialisme ; où se situe la limite, ou le "bon dosage" entre les deux etc. etc.

    Il est bien évident que pour des pratiques consistant en de l'esclavage, par exemple, ou encore la condition des basses ou hors-castes en Inde, la question ne se pose pas ; mais pour de nombreuses structures traditionnelles ancestrales dans de nombreux pays, elle mérite de se poser.

    Il ne faut pas avoir une vision linéaire du matérialisme historique ; féodalité/"archaïsme" => "Progrès"/"Modernité" capitaliste => socialisme ; tel est le grand apport au marxisme de pensées géniales comme celle de Mariátegui Mariategui.pdf, sachant que Marx lui-même n'était pas totalement fermé aux idées que lui exprimait par exemple Vera Zassoulitch marxists.org-marx-zassoulitch et que l'on peut trouver des raisonnements allant dans ce sens chez Mao : http://ekladata.com/-5-39bNwfYd4vBK-8.png.

    Le capitalisme a consisté fondamentalement à briser les structures sociales "communautaires" et toutes les soumissions à "quelque chose de plus grand que soi" pour établir le règne de l'individu... "fort" de sa "liberté" sur le papier, et faible face au Capital. Et de cette manière... il règne sans partage depuis des siècles en Europe (depuis deux ou trois siècles totalement, on va dire), et depuis la colonisation dans les autres régions du monde qu'elle a à un moment ou à un autre colonisées. Et l'on n'a pas l'impression d'en voir le bout du tunnel...

    Doit-on alors considérer qu'il faille absolument aller en ce sens et en passer par là, au risque de ne pas en voir le bout de sitôt ; plutôt que de prendre appui sur ce qui, avant même de pouvoir être éventuellement "remodelé" en collectivisme productif, est de nature à favoriser la plus large unité populaire et nationale possible contre l'ennemi, au lieu d'individus ou des petits foyers familiaux chacun dans leur coin et ne pensant qu'à leurs propres problèmes ?

    Il est permis d'en douter... quand bien même, pour l'impérialisme et ses spécialistes en vernissage "progressiste" voire "rouge", cela ne ferait aucun doute !


    votre commentaire

  • https://redguardsla.org/2018/06/29/updated-position-on-the-chicano-nation/

    Cette position des Red Guards Los Angeles ; ou plutôt la thèse des Red Guards Austin devant laquelle elle est une capitulation historique pour le Mexique du Nord occupé et la décolonisation en Amérique du Nord en général ; est l'antithèse exacte de ce que nous avons pu développer ici (précisément ce qui y est critiqué) : Un échange de commentaires qui clarifie magistralement ce que l'anticolonialisme "en carton", "déclaratif comme aux impôts" veut dire

    L'archétype absolu du thorézisme-cheeseburger ; et l'équivalent (la "rectification" de RGLA) de si Hô Chi Minh ou Messali avaient capitulé devant Thorez, ce qui heureusement n'a pas été le cas.

    L'argument central, comme quoi prioriser la libération socialiste du Mexique du Nord occupé (Aztlán) serait "abandonner à leur sort" les autres colonies intérieures, est bien sûr proprement ridicule : cela revient à dire que lancer la guerre de libération du Vietnam en 1945, sans attendre "la révolution dans tout l'Empire" ou (dit plus clairement) que le PCF fraternaliste ne prenne le pouvoir à Paris, revenait à "abandonner" l'Algérie et le reste de l'Afrique dans leur lutte contre le même colonialisme français.

    L'histoire a bien sûr démontré le contraire, puisque cette guerre et sa glorieuse conclusion à Diên Bien Phu a été littéralement le signal du lancement de la Toussaint 54, d'une intensification de la lutte au Maroc et en Tunisie, ainsi qu'au Cameroun et en Guinée, le début d'un mouvement en Gwadloup etc. etc. C'est là une négation pure et simple de la possibilité de coordination, ou du moins de la dynamique d'émulation et de galvanisation qui peut exister entre colonies d'une même puissance ; ici l'Empire français, là l'Amérique WASP ; jusqu'à finir (même) par entraîner dans son torrent le (ou les) prolétariat(s) de la nation ou du "bloc de nations" (la question aux États-Unis est complexe et nous ne nous y lancerons pas ici, en "France" c'est clair qu'il y en a plusieurs) dominante(s), c'est-à-dire "glacis protecteur" de la bourgeoisie impérialiste (effet historiquement avéré, observable dans les années 1960 de la Révolution algérienne en "France" et de la Guerre populaire du Vietnam et des luttes de libération noire puis chicana puis portoricaine etc. aux US).

    Pour celles et ceux qui lisent l'anglais... (critique d'une position terriblement erronée)

    D'autant plus honteux que l'argumentation passe par une tokenisation (utilisation dilatoire, manipulatoire) de la Nation noire – ce serait la Black Belt, New Afrika qui serait ainsi "pénalisée"...

    BIEN SÛR que dans le cadre d'un même État, c'est-à-dire face un état-major unique de l'ennemi oppresseur, nous avons coutume de dire que les peuples sont "les doigts d'un poing uni" ; en particulier lorsque la nationalité dominante est elle aussi opprimée par l'impérialisme, comme les Turcs ou les Arabes au Proche-Orient vis-à-vis des Kurdes (dont la "cause" a déjà failli servir en 1920, et sert de fait depuis ces dernières années - ce dont ils semblent d'ailleurs commencer à se rendre compte, après des années de tonitruant soutien... - le dépeçage impérialiste de la région, raison pour laquelle Kaypakkaya insistait sur le "lien" nécessaire entre les différentes révolutions démocratiques)  ; ou lorsque la question peut vraiment se poser comme dans l’État espagnol (où les Castillans ne "dominent" pas vraiment les autres en termes de "privilège", mais une oligarchie principalement castillane avec pour quartier-général Madrid sert de garde-chiourme des peuples travailleurs de l’État pour le compte des monopoles "espagnols" et surtout nord-européens) ; SAUF QUE... ce n'est pas vraiment le cas de l'Amérique blanche, nation-glacis de la première puissance impérialiste mondiale, sans doute la plus "privilégiée" (comprendre : gorgée de miettes de bénéfices de l'exploitation des peuples à travers le monde) de la planète ; et cette notion de "poing uni" ne saurait être utilisée comme prétexte pour justifier l'"unité"... à la botte d'une telle nation (ultra-) dominante !

    BIEN SÛR qu'"aucun peuple aux États-Unis ne peut être libre tant que les États-Unis eux-mêmes ne sont pas détruits" ; personne ne dit le contraire ! L'on pourrait, en fait, dire strictement la même chose de la QUASI TOTALITÉ des peuples du monde... Aucun peuple de la sphère impériale française ne pouvait et ne peut (encore actuellement) être libre tant que "la France", le Pouvoir de Paris et de sa Bourse, n'est pas détruit. Faute de cela, la néo-colonisation y compris des pays ayant lutté le plus héroïquement (comme l'Algérie) est un phénomène que l'histoire des 40 ou 50 dernières années nous a donné l'occasion d'observer.

    Mais les choses doivent bien commencer quelque part ; déclenchant ensuite un effet domino... Et cela n'est tout simplement pas possible si les luttes de libération ne suivent pas, dans la solidarité internationaliste et éventuellement la critique mutuelle fraternelle et constructive bien sûr, leurs PROPRES AGENDAS définis par les peuples eux-mêmes ; et non par un "ensemble" incluant la nation-glacis des impérialistes. Les révolutionnaires de cette nation mènent la lutte contre leur bourgeoisie qui est la "super"-bourgeoisie de l'Empire entier ; au plus près ce qui présente un intérêt certain pour tous les peuples en lutte ; et pratiquent la solidarité internationale ; mais ne peuvent être en cela que des PORTEURS DE VALISES, et non des donneurs de directives !

    C'est bel et bien ce thorézisme d'outre-Atlantique qui doit être critiqué et combattu pour que la révolution socialiste là-bas puisse être à l'ordre du jour. La position originelle (ici abandonnée) des Red Guards Los Angeles était précisément la position juste !

    AZTLÁN LIBRE ET SOCIALISTE, RÉUNIFICATION ; RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DE NEW AFRIKA ; RÉPUBLIQUES POPULAIRES DES 574 PREMIÈRES NATIONS et RÉVOLUTION ANTICOLONIALE des Grands Lacs jusqu'au Rio Grande !

    [Les Red Guards Austin ont "accueilli" la critique et le débat idéologique en supprimant notre commentaire... ressemblant ainsi de plus en plus à un 'p''c''mlm' yankee.]

    [Le groupe RGLA s'est finalement donné la peine de répondre... pour on ne sait quelle raison soudaine, paraissant jusque là plus à l'aise et loquace devant les contestations de tendance (hélas) postmo-idpol de sa position que devant une position impeccablement communiste telle que la nôtre. Serait-ce peut-être (comme ça, au hasard), après avoir d'abord réagi par l'ignorance ou la moquerie, une prise de conscience du danger de la critique qui commence à se lever de toute part contre leur position ; la chaleur du boulet qu'ils commenceraient à sentir ?

    Voici l'article en anglais :

    https://redguardsla.org/2018/07/04/defeat-u-s-imperialism-for-the-proletariat-and-all-oppressed-nations-clarification-and-reaffirmation-on-the-chicano-national-question/

    Nous ne nous donnerons pas la peine de traduire, tant il n'est qu'une assez piètre tentative de réaffirmer et justifier par une deuxième couche leur position capitulatrice sans apporter réellement de nouvel argument autre que l'attaque ad hominem... la plus classique concernant SLP ("blog d'un seul individu sans influence dans les masses" blabla), et d'ailleurs on-ne-peut plus clairement made in France et on voit assez bien made in qui (les gens, assez nombreux cela dit, qui depuis des années ne supportent pas de voir un "mec tout seul" - ils n'en savent rien en réalité, ni nous ne savons réellement ce que cela veut dire en fait, mais pas une avant-garde autoproclamée en effet - assumer une production théorique communiste qu'ils ne parviennent pas à égaler... et qui ont donc manifestement exporté leurs "arguments", les seuls qu'ils ont face à cela, outre-Atlantique - le savoir-faire français, on vous dit !!).

    Au point de consacrer (en fait) une bonne partie de leur texte, nous nous demandons même si ce n'est pas la majorité en nombre de lignes, à reconnaître que nous avons... RAISON sur certains points qui iraient dès lors (supposément) "dans leur sens" ; allant jusqu'à reformuler leur thèse en un "pourquoi pas coordonner toutes les luttes de libération" au sein d'un même État qui n'est rien d'autre (sans "why not" !) que ce que nous prônons necessite-imperieuse-refuser-parti-francais (mais par contre, une "direction politico-militaire hautement centralisée et hiérarchisée" est effectivement hors de question en incluant la nation dominante) ; et plus globalement, laisser ressentir un assez net vacillement sur leurs bases argumentaires (autre exemple : "et en quoi un Parti communiste unique de tous les USA serait forcément un parti à majorité blanche ?"... oui, bon ben les amis, on va dire qu'on verra bien ; et au demeurant un Parti sous DIRECTION STRATÉGIQUE, idéologique, intellectuelle blanche n'implique pas forcément qu'ils y soient majoritaires).

    Cela + quelques déformations, volontaires ou dûes à notre anglais approximatif on ne sait pas, de notre propos ; comme le fait que dans nos slogans à la fin nous parlons bien de RépubliqueS populaireS des Nations indigènes et non d'une seule et unique République comme ils prétendent l'avoir compris, et ne prétendons par ailleurs aucunement à la connaissance ultra-pointue du sujet qu'ils s'efforcent (inutilement donc) de nous dénier : nous savons simplement qu'il y a 574 nations à se revendiquer comme telles et (par la force des choses) reconnues au niveau fédéral, et pour le reste la seule chose que nous pouvons affirmer avec certitude est la complexité du sujet (ne serait-ce pas, sur le principe, TOUT le territoire US qui leur a été volé et qui devrait leur être restitué ? certes, mais ensuite, se posent les questions de faisabilité...).

    Deux points qui méritent discussion :

    - Aztlán et le Mexique seraient deux choses, "deux nations" différentes et ne devraient pas être réunifiés. C'est un point qui mérite sans doute plus ample investigation, certains arguments de RGLA sont tout à fait recevables ; néanmoins ils affirment de manière assez définitive que leur position est la "ligne rouge" alors que nous sommes suffisamment informés pour savoir que des points de vue tout à fait différents existent dans les masses locales [lire par exemple ici et ici] ; qui d'ailleurs ne descendent qu'en petite minorité des Mexicains "coupés" du Mexique en 1848 : c'est surtout, depuis un gros siècle, une IMMIGRATION venue du Mexique indépendant voire d'Amérique centrale qui a ré-hispanisé la zone. Le slogan "les Mexicains ne traversent pas la frontière, c'est la frontière qui traverse le Mexique" ne peut pas signifier autre chose qu'un rejet de la légitimité de ladite frontière coloniale, et donc une certaine forme de réunification même si ce n'est pas sous la forme d'un Mexique monolithique et uniformisateur ; peut-être sous une forme de fédération-association ; et dans tous les cas bien évidemment, contrairement à ce qu'ils font mine de comprendre, pas avec le Mexique actuel TEL QU'IL EST, un régime narco-fasciste effectivement.

    - Un Aztlán (ou n'importe quelle nation opprimée) indépendant et socialiste "isolé", "entouré" par la Réaction impérialiste, serait constamment menacé, attaqué et probablement finalement écrasé. C'est un argument relativement peu convaincant. Ce qui est dépeint là n'est rien d'autre que le lot de toutes les révolutions, peu importe la taille du pays : qu'il s'agisse de la Russie bolchévique de Lénine, réduite au Nord de la Russie d'Europe, triomphant des Armées blanches et de 14 armées d'agression étrangères pour devenir l'URSS ; de cette même URSS, grande comme deux fois les États-Unis, triomphant de l'agression exterminatrice de l'Allemagne nazie en 1945 ; ou par la suite, de plus d'un tiers de la planète socialiste ou en démocratie populaire, là encore constamment attaqué en particulier dans les "nouveaux" pays (Corée, Vietnam, Cuba et ses alliés d'Amérique latine etc.) et bien souvent triomphant de ces agressions là aussi, mais finalement vaincu par cette longue guerre d'usure et surtout... le révisionnisme intérieur. Le même révisionnisme que celui de Maurice Thorez, tenant exactement le même discours aux colonies françaises : "isolés", "séparés" de la Frrrrance, vous serez écrasés, mangés par la nouvelle superpuissance US !

    Les colonies intérieures et les colonies situées outre-mer sont certes des choses différentes et beaucoup d'arguments de RGLA sonnent juste ; mais ils ne semblent absolument pas se rendre compte à quel point leurs arguments ("la nation opprimée sera isolée", "ne s'en sortira pas toute seule", "tombera dans les griffes du fascisme semi-colonial" etc.) sont en tout point similaires à ceux de Thorez en son temps et de n'importe quelle gauche coloniale aujourd'hui comme hier.]

    Pour celles et ceux qui lisent l'anglais... (critique d'une position terriblement erronée)

    Lire aussi : Y a-t-il des questions nationales aux États-Unis ? - Sur le mouvement communiste maoïste aux États-Unis

    Pour celles et ceux qui lisent l'anglais... (critique d'une position terriblement erronée)

    [English]

    Long time we've been told : "you're completly wrong, you're attributing to Austin comrades positions which aren't theirs".

    Now, as we're able to read, this RGA's position, RGLA is joining with, appears crystal clear ; as steely is our firm opposition to its views for People's War and revolution in North America : https://redguardsla.org/2018/06/29/updated-position-on-the-chicano-nation/

    We're witnessing here nothing but basical capitulation before what may be called Cheeseburger Thorezism ; and RGLA's "rectification" is nothing but Ho Chi Minh or Messali capitulating before Thorez (which fortunately, historically didn't happen).

    This is just like if instead of launching their Liberation War, Vietnam's communists under Ho Chi Minh and Giap had quietly waited for "revolution in the whole Empire" ; better said, PCF (led 1930-1964 by Maurice Thorez) power seizure in Paris ; because if not so, they would have "abandoned Algeria, Africa and every other colony into French colonialism's clutch".

    History has proven this reasoning completly wrong ; as Vietnam's Liberation War and its glorious Dien Bien Phu epilogue has on the contrary contributed in launching Algeria's All Saints Day 1954, intensify struggles in Morocco and Tunisia, Cameroon and Ture's Guinea, the rising of a movement in the Carribean and so on.

    That's basically denying any possible coordination, or even mutual emulation and galvanization among colonized people under a same oppressor rule ; here imperial France, there USA ; up to (even) carrying along the torrent the very toiling masses of the dominant Nation, that is, the protective glaze of imperialist bourgeoisie ; as we could historically witness in 1960s decade's France after Algerian Revolution or USA during Vietnam People's War).

    This is, above all, nothing but basical attempt to drive the US Maoist movement, whose internal colonies CENTRALITY is obvious, under White leadership by using these fallacious arguments.

    Old enough to read these RGA's stances and thesis RGLA states joining with, we were absolutely not "wrong" about nor "mistakenly attributing positions" to anyone, nor dreaming...

    OF COURSE we've oftenly stated oppressed peoples into a unique state, that is, facing a unique bourgeois ennemy's command, are like "the fingers of a united fist" ; especially when so-called "oppressor nations" are themselves oppressed by imperialism, as Arabs and Turks are, oppressing Kurds but these latter able to be used by imperialism against them, in some new regional imperialist share, as attempted in 1920 and... going on these last years (which RGs seem now to take conscience) ; reason why Kaypakkay insisted on the necessity to "link" all their Democratic Revolutions each other...

    BUT White America isn't really in this situation, as one of the most priviledged imperialist "protective glaze" nation in the World ; and can't be tolerated such an attempt, under such a motto and tokenizing New Afrikan people, to put all these "fingers" struggles under its thumb.

    OF COURSE "no nation/people can be free in the US until the US itself is destroyed" : nobody states the opposite ! We could say, actually, the same for about EVERY PEOPLE in the World. No people in the French Empire could and (still) can be free until its Center, "France", Paris financial power is detsroyed : we have obviously witnessed the effects of "neo-colonization", even in the countries having the most heroically fought (Algeria), while it wasn't so.

    But things must start somewhere, producing then a domino effect ; and this ONLY can be possible if the liberation struggles, into tough international solidarity and not avoiding fraternal, principled and constructive mutual criticism if necessary, are following their OWN AGENDAS defined by peoples themselves and not by a "whole" including... the protective glaze nation of the imperialist bourgeoisie. This nation's revolutionary workers are fighting in "close combat" their own bourgeoisie, ruling class of the whole, which is obviously in everyone's interest ; and practice international solidarity ; but can only do it as SUITCASE CARRIERS and not in a commandist way !

    The previous, now abandoned RGLA's position was the correct one ; and this Cheeseburger Thorezism must be harshly criticized and fought in the whole American continent.

    FREE AND SOCIALIST AZTLÁN (170-years occupied Northern Mexico), REUNIFICATION ! SOCIALIST REPUBLIC OF NEW AFRIKA, PEOPLE's REPUBLICS OF THE 574 FIRST NATIONS and REVOLUTIONARY DECOLONIZATION of the WHOLE TURTLE ISLAND !

    [Red Guards Austin have "welcomed" this criticism and ideological debate deleting our comment...]

    [RGLA collective has finally answered our criticism : defeat-u-s-imperialism-for-the-proletariat-and-all-oppressed-nations-clarification-and-reaffirmation-on-the-chicano-national-question ; finally and quite suddenly, as we've seen them until now far more talkative facing far more (sadly) pomo-idpol tendency criticisms of their position, than a steely communist and materialist line as ours.

    Would it be (maybe ?) that after first welcoming our criticism looking away, and then mocking it, they're now starting to feel some danger with this kind of criticism rising from everywhere, and feeling the cannonball's heat on their hairs ?

    Nothing special to add, as the piece appears nothing but a pathetical attempt to reaffirm and strenghten a little bit their (and Austin's) thesis ; along with insults (history's defeated trademark) and personnal attacks through rumours, nothing but classical about Servir le Peuple, we're used to and actually perfectly know who they're coming from (our domestic, made in France numerous haters not standing we, as a so-called "individual blogger" and actually, yes, certainly not a self proclaimed vanguard, we can ensure day after day an intellectual production they just aren't able to)...

    And finally, on a quite long part of their text if not a majority, a kind of half acknowledging we're RIGHT and then (supposedly) "reinforcing (their) position" ; the whole emitting a quite strong impression to see them vacillating on their bases ; up to reformulate their line dressing it as "coordinate all internal national liberation wars", which is nothing but what we've always stood for (here the article in French : sur-la-necessite-imperieuse-de-refuser), under what we (nevertheless) would call a "coordinated state-level command" and, sadly, not a "highly centralized, hierarchical political-military proletarian machinery" including massively (we're talking about some serious mass People's War in some future, aren't we ?), even if only an important minority (minority = absolutely not synonym of "no power"), dominant settler nation's members.

    One discussible point : whether or not Chicano nation would be "very different" from Mexico. RGLA raises some valuable points : an internal colony inside an imperialist country, and a semi colonial semi feudal country are very different social experiences, in forging collective consciousness. This issue certainly needs further investigation from our part, but RGLA seems quite definitive about their "different nation - no reunification" conclusion while we know many radical forces in the same Chicano nation don't think the same [read for example : 1 - 2]. Oftenly seen motto "Mexicans don't cross the border, the border crosses Mexico" can't really mean something else but a call to reunification in the sense of abolish this 1848 colonial border ; even if it doesn't mean a completly monolithic and uniform Mexican state (but perhaps some kind of federation, association). Of course, we and certainly nobody else never advocated reunification with Mexico AS IT'S NOW, a narco-fascist regime, yes.

    Another one is an isolated independent and socialist Aztlán (or other oppressed nation), "surrounded by U.S. imperialism, even more so aggravated like a fallen wasp nest", would be constantly under attack and threat and finally certainly crushed. That's not really convincing. What does it really means, a revolution would be "constantly under attack" and risk to be crushed ? That's obviously the case of any revolution in the World and in History ; be half planet socialist, there still would be "constant attack" and murderous wars here and there, especially against "new" countries (Corea, Vietnam). Soviet Russia started as a small part of Northern European Russia (that is, perhaps, as large as Aztlán). White reactionary armies and 14 foreign armies couldn't crush it, it triumphed and expanded and became USSR. Which, large as two US, was 20 years later under attack again, Hitler's total genocide war. And survived again. On the other hand... revisionnism allowed a long Western attrition war to finally crush (1990) more than one third of the planet living under socialism or people's democracy in the 1950s.

    Revisionnism like Thorez's PCF's one, telling French colonies EXACTLY THE SAME ("isolated, separated from us, US new superpower will eat you !").

    Internal colonies and offshore colonies are different, yes, and many RGLA's points sound right ; but they also seem absolutely unaware how every and any argument they're putting forward is basically similar to Thorez or any today's or yesterday's "colonial left"'s one ("the oppressed nation will be isolated", "finish as a fascist semi colonial regime" and so on).

    Well, we are not to discuss about it indefinitely. "Comrades" (as you don't consider us so...) : your revolution is yours. Do, and you and we'll see. Be sure that being proved mistaken would be, objectively, the best thing which could happen to us and the prisoner peoples of the US and (due to this hegemonic superpower's position in the World) the entire humanity in the next decades.

    We are just a certain number of people, here and there, thinking differently ; not because of some personnal hate for you (we've never met and never dealt with either), as you and your Texas friends seem used to take any criticism ; but because that's our convictions.

    We've been used, all along almost one decade, to dispute about this kind of issue with an amount of domestic organizations. We don't think, for instance, an "all-France" "highly centralized, hierarchical" Party (prevailing model until now) should lead our people's struggles for social and national liberation in Brittany, Corsica, Northern Basque Country or Occitany you've certainly never heard (and will probably laugh, knowing you) about ; we also think non-White national minorities, "imported" labour force "internal colonies" but without (unlike at yours) a large continuous territory, should autonomously organize in their ghetto areas under a BPP-like model (relying on their origin countries' anti-imperialist struggles like Great Migration-born Black communities on New Afrika and international Panafricanism), and so on.

    We think this way and you're thinking another. That's all !]


    votre commentaire

  • ... ou équipe DES PeupleS de l'Hexagone, DES prolétariatS (c'est quand même rare, les joueurs qui viennent de la bonne petite bourgeoisie, même si on essaye de les mettre en avant) et des quartiers populaires ?

    Nous ne pensons pas que l'un ou l'autre soit "acquis" : tout n'est plutôt qu'une histoire de contradiction entre les deux aspects.

    Entre d'un côté les "leurs" dans lesquels les classes populaires de banlieue ou du cul-du-monde, les "beaufs" et les "barbares" se reconnaissent ; et de l'autre, en cas de beau parcours (et bien sûr de victoire), les tentatives de récupération patriotarde-citoyenniste par le pouvoir politique comme le fameux "black-blanc-beur" de 1998.

    Une équipe qui prend bien sûr au fil du temps l'image de ces classes populaires dont elle est issue, ce qui veut dire moins de noms en -i ou en -ez et plus de Fekir ou de Mbappé ; et qui par conséquent suscite de plus en plus les réactions que l'on connaît et, fait à peu près inconnu dans les années 1980 ou encore 90 (ce qui était une spécialité française et d'ailleurs l'objet de critiques à l'époque !), l'absence totale d'indulgence et les gémonies dans la défaite, même si c'est en finale... Ce n'est jamais que les autres ont simplement été meilleurs, encore moins que le sélectionneur n'a pas (comme un certain Raymond D. en 2010) assuré son rôle au gouvernail ; c'est que "ce ne sont pas de vrais Français".

    Autrement dit : imaginons que l'EDF passe l'Uruguay (ce qui est loin d'être gagné) et se retrouve, par la suite, face à la redoutable équipe au damier oustachi, la Croatie*... Ou la Russie, ou la Suède, ou même l'Angleterre (équipe plus blanche), bref. Celles-ci ont bien sûr le droit de gagner si elles sont meilleures, à la loyale, là n'est pas la question ; mais connaissant l'engouement, ces dernières années, des fafs pour l'Europe du Nord et de l'Est comme "gardienne de la race blanche", qui au foot "gagne, c'est normal, parce qu'elle fait jouer de vrais nationaux", et donc si l'EDF perd ce sera "normal", "c'est une équipe de Noirs" : est-on si sûrs qu'il faille soutenir, par principe à moins que ce ne soit par posture comme le font beaucoup dans les milieux militants, l'équipe adverse des Bleus dans cette configuration ? Ce qui voudrait dire aux côtés de tous les fafs, espérant la défaite parce que selon eux, "comme ça à force on va ptet nous remettre un peu des Blancs sous le maillot" ?

    La question mérite d'être posée... Et à notre avis, ce serait avoir une vision un peu borgne de ce que signifie le soutien populaire à l'EDF dans les compétitions internationales.

    Les (rares) succès des Bleus dans les compétitions internationales sont l'objet de récupérations "black-blanc-beur" par le Pouvoir bourgeois, OK ; mais est-ce que rejeter, sous prétexte de ces récupérations, l'engouement populaire qui a accompagné ces succès ne revient pas (un peu) à condamner les mobilisations anticoloniales-intérieures du début des années 1980 sous prétexte qu'elles ont été récupérées par SOS Racisme ?

    Un autre élément assez central est que si l'EDF était au niveau footballistique de l'Islande, et que les équipes africaines et arabes abondaient au contraire au delà des 8e et jusqu'en finale voire au titre, la question dans les quartiers populaires ne se poserait pas : les gens soutiendraient leurs pays d'origine ou alors les équipes africaines ou arabes qui restent. Les classes populaires d'origine portugaise l'ont bien fait, sans hésitation, à l'Euro 2016 alors que l'adversaire final du Portugal pour le trophée était... la France (des supporters fêtant la victoire de Ronaldo et ses coéquipiers ont par la suite subi des agressions).

    Mais comme il est rare que ces équipes passent les 8e, et ce (osons le dire) de manière largement magouillée par la FIFA, payée ou arbitre payé ou accords infâmes comme entre l'Allemagne et l'Autriche contre l'Algérie en 1982 ; si les Bleus vont (eux) au delà alors les gens vont soutenir non pas "la Fraaaance", mais le ou les joueur(s) qu'ils sentent les représenter à leurs yeux (même si politiquement ils ne "revendiquent" pas beaucoup et sont plutôt lisses).

    On a bien vu, pour prendre l'exemple contraire, qu'en 2002 lorsque la France a été sortie et le Sénégal a un peu continué, les classes populaires colonisées-intérieures ont clairement reporté leur soutien sur les Lions de la Téranga.


    [* Nous y sommes à présent : l’Équipe de France jouera contre la Croatie en finale pour remporter la Coupe du Monde... Et l'on voit effectivement des gens aller UN PEU LOIN dans le soutien de principe à l'équipe opposée aux Bleus ; car en l'occurrence la Croatie n'est pas seulement une équipe sans Noirs, musulmans etc. (normal pour un pays sans passé colonial, plutôt d'émigration que d'immigration) sur laquelle les défenseurs de la race blanche projetteraient leurs fantasmes, mais également une équipe dont beaucoup de joueurs assument ouvertement des positions politiques fascistes :

    https://larepublica.es/2018/07/08/la-seleccion-croata-futbol-sigue-enalteciendo-fascismo-rusia/ (en castillan)

    http://ekladata.com/P1qPwqO849do709X50ZQE6xQ0xU.png

    Ce qui n'a rien d'illogique car en réalité, ce "pays" n'est rien d'autre que la concrétisation d'un projet politique fondamentalement réactionnaire, dont il n'existe pas vraiment de variante "de gauche" même modérée ; un projet politique qui consiste depuis 1918 en un fer de lance de l'Allemagne et de l'Autriche (qui venait alors de perdre cette possession à l'issue de la Première Guerre mondiale) contre l'unité des Slaves du Sud autrement nommée Yougoslavie, dont la Croatie n'est en réalité qu'une région caractérisée par la religion catholique et l'histoire (royaume médiéval, puis possession autrichienne et non ottomane), parlant selon les endroits trois des quatre (légères) variantes dialectales du "serbo-croate" (lui même très peu différent du slovène et du macédonien) sans aucun rapport avec les limites des territoires qu'elle revendique ; un instrument de ces impérialismes pour dominer la région balkanique comme cela fut fait pendant la Seconde Guerre mondiale avec les tristement célèbres Oustachis, dont les atrocités choquaient jusqu'aux SS eux-mêmes ; et encore à nouveau depuis la réactivation nationaliste et les guerres d'indépendance de 1990-92...

    Il n'y a pas d'identité "nationale" croate autre qu'une allégeance à ce projet politique ultra-réactionnaire et il ne faut donc pas s'étonner des faits et gestes des joueurs (soutien aux nazis ukrainiens de Kiev, chants appelant à "brûler Belgrade", saluts et slogans oustachis adressés aux supporters etc.), dont le "patriotisme" est évidemment un critère important de sélection. Un-e Croate sérieusement "de gauche", ou a fortiori révolutionnaire comme nos camarades de la Crvena Akcija, ne peut évidemment être qu'en faveur de la restauration d'une Yougoslavie fédérative socialiste (ou au "pire" dira-t-on, pour les socedems, d'une abolition des frontières et des nationalismes dans le cadre de l'Europe).

    En plus de pouvoir projeter leurs fantasmes sur une sélection white only et qui "elle, ne fait pas jouer des nationaux de papier", l'extrême-droite BBR sait qu'elle a affaire à de véritables "frères" d'idées politiques !

    Il serait donc bien de réfléchir un peu à deux fois avant de soutenir n'importe quelle équipe opposée aux Bleus ; ce qui n'empêche en rien de critiquer ce qu'il y a à critiquer dans ces "grands moments de communion nationale" qu'un beau parcours tous les 10 ou 12 ans met à l'ordre du jour ("qu'est-ce qu'on est un grand pays", "allez" nos enfants de prolos à qui on sucre en même temps les derniers acquis sociaux, "allez" nos "blacks" et "beurs" que tout le monde adore quand ils gagnent des coupes mais se font tuer par les flics tous les mois, etc. etc.).]

     

    Équipe de France...


    votre commentaire

  • http://lequotidienalgerie.org/2018/06/29/lislamisme-est-il-la-forme-musulmane-de-la-theologie-de-la-liberation/

    "Pendant la période de la guerre froide, les groupes et les penseurs islamiques étaient souvent en concurrence avec leur principal rival idéologique, le marxisme, avec lequel ils partageaient des positions anticapitalistes, populistes et de justice sociale. Nous l’avons vu dans les idées socialistes de Mahmoud Taha au Soudan, l’anticapitalisme de Sayyid Qutb, la gauche islamique de Hassan Hanafi en Égypte, le marxisme économique d’Ali Shariati en Iran, ou la perspective distributionniste de Mohamed Bakr Al-Sadr en Irak. Ainsi, alors que l’islamisme des années 1980 et 1990 se caractérisait par une sorte de populisme de gauche, nous observons aujourd’hui une tendance au populisme néolibéral parmi les islamistes et les post-islamistes — par exemple, dans la pensée de figures comme Mahmoud Ahmadinejad en Iran, Kheirat Al-Shater, dirigeant des Frères musulmans égyptiens, Recep Tayyip Erdoğan en Turquie, ou les « salafistes Costa » qui ne s’intéressent ni à la redistribution ni à la protection sociale, mais à la « prospérité » par l’entrepreneuriat individuel. Cela représente un changement significatif vers ce que l’on pourrait appeler le « néo-islamisme » de notre époque néolibérale."

    C'est bien vu. C'est vrai que l'affrontement marxistes-islamistes au temps de la Guerre froide était en fait moins une question d'antagonisme total de vision du monde, que plutôt une concurrence sur le même créneau... Avec pour seul vrai clivage peut-être croyance/incroyance, voire un indépendantisme (des islamistes) vis à vis de l'URSS que l'on trouvait aussi chez les groupes pro-chinois.

    Les Frères Musulmans avaient ainsi commencé par être des alliés de Nasser et Néguib, on l'oublie souvent. Ils avaient soutenu leur coup d'État contre la monarchie laquais de l'Empire britannique. La rupture ne s'est pas vraiment faite sur un rapport différent à l'impérialisme occidental (les uns et les autres avaient combattu côte à côté les Anglais sur le Canal de Suez), mais plutôt sur le rapprochement à partir de 1954 avec l'URSS "athée" et (selon leur point de vue) "ennemie des musulmans".

    Ceci étant RÉCUPÉRÉ par l'impérialisme occidental dans une optique anti-soviétique, COMME c'est arrivé à des groupes 'chinois' ou 'albanais' parmi lesquels on peut citer l'UNITA en Angola, les maos afghans qui ont combattu aux côtés des islamistes d'ailleurs, ou le PCRV contre Sankara au Burkina.

    Ensuite bien sûr, eh bien il y a eu reflux général de la révolution mondiale et COMME l'immense majorité des groupes cocos, glissement vers la social-démocratie voire le social-libéralisme de 'ruissellement' qui serait la position que l'on pourrait prêter aujourd'hui aux Frères ou à Erdogan.

    Encore une fois sur la question de l'"islamisme"

    Lire aussi : http://ekladata.com/aMWtD4biDmduz0KwuECvsQC_eus/2008_12_Dot.pdf


    votre commentaire


  • Question : le gars là, avec ses lunettes à grosses montures carrées de démochrétien P2iste, il a pensé à une psychanalyse de Salvini, Berlusconi ou Grillo ?

    Non parce que "Marine Le Pen, la Marianne, la représentante de la France", on dit ça on dit rien mais ça nous fait un peu penser à un travail de commande pour le bloc Lega-M5S (qui a eu du contentieux avec Macron, qui a soutenu la tentative de coup de force présidentiel contre la nomination - finalement abandonnée - de l'europhobe Paolo Savona à l'Économie), quand même.

    Faut arrêter avec ces conneries en vrai.

    On s'en fout que Macron soit psychopathe, narcissique ou autre : il est un ennemi de classe, le chef d'état-major de la bourgeoisie qui en temps de crise "ne recule devant aucun crime", et ça nous suffit amplement.

    Ces trucs, ça sous-entend limite qu'il pourrait y avoir des ennemis de classe "sains d'esprit" donc "bons".

    "Il n'aime pas la France" : pareil, ça ne veut rien dire et ça a tendance à signer qui est derrière ce coup de com' politique.

    Les bourgeois AIMENT bien sûr la France, et ne L'AIMENT PAS comme Nom d'autre chose que de leur Pouvoir de classe, appareil politico-militaire et idéologique à leur service, donc intérêts de classe oui.

    Les prolétaires peuvent aimer "leur pays", "la terre où ils sont nés" au sens d'amour pour ce qu'on appellerait en castillan "su gente", leur peuple prolétaire comme eux qui les entoure (même si nous préférerions bien sûr qu'ils aiment leur pays et peuple réel, comme l'Occitanie par exemple, et non "la France", comme leur amour pour "su gente" se traduit encore hélas dans la grande majorité des cas).

    Bref, tout ça n'a aucun sens.

    Macron n'a pas fait que vivre dans un "sentiment enfantin d'omnipotence" : il l'a accompli, il a réussi, atteint les plus hauts sommets de la société... pour notre malheur.

    Et il faudrait peut-être que pour LE SIEN, quelques nouveaux Lénine fassent la même chose.

    Ce que dit ce bonhomme peut être vu comme la critique d'une "gagne" qu'il serait justement bien que les prolétaires aient (pour la révolution bien sûr, pas pour la réussite personnelle individualiste)*.

    Mais peut-être que ça l'arrange justement qu'ils ne l'aient pas. Quant à ce que des gens comme Macron l'aient, c'est tout naturel de leur point de vue de classe et ça ne mange pas de pain de les critiquer après...

    Bon allez, cassons le suspense : Adriano Segatori est bien psychiatre et psychanalyste, mais surtout, chroniqueur régulier de Destra.it... Un site d'extrême-droite, effectivement : http://www.slate.fr/story/145347/macron-psychopathe-extreme-droite

    Cette vidéo date en fait de l'avant débat de l'élection présidentielle et le spécialiste avait été chargé de coacher Marine Le Pen en vue de celui-ci. À cette époque les démocrates américains avaient déjà attaqué Trump à travers des expertises de psychiatres comme celle-ci, pour mettre en avant l'argument de sa "psychopathie" (de nature à justifier une procédure de destitution au Congrès).


    [* Il est certes vrai que le lycéen qui l'a appelé "Manu" avait 15 ans, et que cela dénote donc un tempérament puéril de sa part que de réagir comme il l'a fait sous l'œil des caméras... mais au fond, il n'a pas TOTALEMENT tort au sens où il est bien vrai que ceux qui voudraient faire la révolution dans ce pays feraient bien de se mettre au BOULOT, à ÉTUDIER, PENSER, CRÉER ; et arrêter de croire qu'interpeller les politiciens bourgeois sur un ton "populo", chanter l'Internationale ou encore réciter ses mantras "classiques" (même le père lambertiste de Schiappa en est capable, histoire de dire...) suffit à faire la révolution...]


    votre commentaire

  • https://french.almanar.com.lb/945485

    "Une proposition aurait été faite par les Etats-Unis à la Russie en lien avec la situation au Moyen-Orient, a révélé le journal libanais al-Akhbar. Elle stipule que Moscou facilite la conclusion du Deal du siècle en échange de quoi elle aurait les pleins pouvoirs sur la Syrie.

    « Les Américains ont proposé aux Russes de faire évoluer l’entente sur la Syrie et de se baser sur elle pour la conclusion d’un accord régional élargi, en fonction duquel une hégémonie russe sans rival serait accordée en Syrie en échange de la facilitation de l’action de l’axe américano-israélo-golfique en Palestine », a révélé une source arabe informée pour le quotidien libanais.

    Moscou devrait donc œuvrer pour persuader le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

    Depuis que l’administration de Trump a décidé de reconnaitre Jérusalem comme la capitale de l’entité sioniste et d’y transférer son ambassade, le dirigeant palestinien a rompu ses contacts avec les dirigeants américains et israéliens.
    Ce qui a compliqué la tâche du haut-conseiller du président américain Jared Kushner et de son émissaire pour le M-O Jeyson Greenblat .

    Moscou n’a pas encore parlé de cette proposition ni donné sa réponse. Selon Al-Akhbar, les Russes gardent de bons liens avec la branche soviétique du mouvement de Fatah et dont M. Abbas est un pilier.

    Le vice-chef du bureau politique du Hamas Moussa Abou Marzouk a assuré pour al-Akhbar que les Russes se sont engagés lors de sa visite à Moscou de rejeter le projet de Trump et de contrecarrer le Deal du siècle.

    D’après al-Akhbar, l’entente avec les Russes sur l’élargissement du cadre du Deal du siècle et le partage de l’hégémonie au Moyen-Orient est plus plausible que jamais. Mais pas avant d’accomplir l’opération de purification de l’administration américaine de son pôle militaire hostile à Moscou. C’est dans ce contexte qu’a eu lieu le remplacement du secrétaire d’État pour la sécurité nationale Herbert Mc Master par John Bolton. Pour ce dernier, le renversement du pouvoir en Iran occupe la priorité. Pour ce faire, il prône la neutralisation de la Russie via une entente avec elle sur la Syrie.

    Ces révélations et les analyses qui vont avec interviennent au moment où un sommet a finalement été décidé entre les deux présidents américain et russe le 15 juillet prochain à Helsinki. C’est surement là-bas que les décision seront prises aussi bien sur le Deal du siècle que sur le statut de la Syrie."

    Rojava... encore (une fois de plus) dans le baba ?

    Lire ou relire :

    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/l-annee-2018-commence-fort-au-proche-et-moyen-orient-a135432600

    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/le-nouveau-sykes-picot-du-centenaire-a132732648

    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/encore-un-commentaire-facebook-bien-explicatif-qui-permettra-a-ceux-qu-a135541702

     

    Haha... intéressant


    votre commentaire

  • Une intéressante étude qui aborde, centrée sur un moment historique bien particulier, celui de la montée en puissance de la droite radicale nationaliste française avant, pendant et au sortir de l'Affaire Dreyfus, lors du débat sur la séparation de l’Église et de l’État etc. (années 1890-1900), la question à la lumière de ce contexte de la persistance et de la prégnance d'un discours ANTI-MÉRIDIONAL dans l’État français ; discours également, comme cela est dit dans le texte et prouvable par de nombreuses citations (lire ici a-propos-du-racisme-anti-occitan même si nous ne partageons pas la terminologie de "racisme" pour ce qui est de l'oppression nationale), déjà présent bien avant cette époque et même encore après.

    Un discours, comme vous allez pouvoir le voir, souvent et même étroitement lié à la caractéristique la plus ancrée dans les mémoires de ce mouvement de l'époque : l'antisémitisme... Ce qui n'est en soi pas illogique lorsque l'on sait, comme nous avons déjà pu l'aborder ici, que la politique anti-juive française est étroitement liée à la Conquête de notre Occitanie et que les toutes premières mesures (expulsions, port de la rouelle) ont été prises dans son contexte, vu que c'était là que la grande majorité des Juifs du nouveau Royaume de France (et non plus "des Francs de l'Ouest") vivaient et faisaient du pays une véritable "Andalus du Nord" à briser, comme celle du Sud (un peu plus tard) pour les rois très-catholiques de Castille, afin d'asseoir fermement l’État-"nation" moderne du roi-lieutenant-de-Dieu-sur-terre... il-y-a-800-ans-la-rouelle-premiere-etoile-jaune

    Et évidemment, dans le contexte plus précis de l'époque, indissociable également de l'anti-socialisme, de la "peur du rouge" étant donné que tant le socialisme révolutionnaire que la gauche républicaine réformiste avaient depuis déjà un demi-siècle AMNCHw.png dans notre "Midi" leur bastion.

    Un discours, de manière plus générale, forcé d'émerger épisodiquement en dépit de toutes les assimilations dans une identité "française" (et blanche), dans des contextes de crise et de sentiment de désintégration de l’État-"nation" ; puisque l'Occitanie et sa Conquête en ont été respectivement la victime sacrificielle et l'acte fondateur, et depuis lors, pour reprendre le terme de Gramsci sur une Italie née beaucoup plus tard, ce que l'on peut appeler sa "question méridionale" ou son "Sud socio-politique" ; le "socle" d'un État français d'abord constitué ainsi avant de devenir le centre de l'Empire, donc du pouvoir colonial-raciste (apres-8-segles, lire aussi ici : interview-de-l-odpo-pourquoi-feter-le-25-juin).

    Et un discours aux conséquences pas forcément toujours bénignes lorsqu'il pouvait déboucher par exemple, dans un épisode sur lequel se conclut l'article et que nous avons déjà évoqué par le passé la-faute-au-midi, sur la stigmatisation médiatique des soldats "méridionaux" devant les débâcles militaires de l'été 1914 et l'exécution "pour l'exemple" de centaines d'entre eux...

    Il ne s'agit bien sûr pas de nous "comparer", dans un esprit qui serait (finalement) postmo-identitaire et non matérialiste et scientifique, à ce qui n'est pas comparable : lorsque notre traitement, celui de nos grandes révoltes par exemple comme celle des Croquants ou des Camisards (ou la révolte de 1675 en Bretagne, ou les conquêtes meurtrières de la Franche-Comté ou de la Lorraine 1 - 2), pouvait être comparable à ce que l'on appelle aujourd'hui colonialisme, les peuples colonisés subissaient quant à eux l'esclavage et/ou des politiques génocidaires ; et lorsque leur condition a évolué vers ce qu'elle a été au 20e siècle, la nôtre a elle aussi évolué vers les "Droits de l'Homme" BLANC, bref...

    Mais il n'en est pas moins possible de dire, à l'unisson de Saïd Bouamama, que dans le long processus de construction de l’État-nation comme (nécessaire) centre et "camp de base" de l'Empire, "la colonisation a d'abord été intérieure" : la-logique-coloniale-francaise-des-basques-aux-algeriens-de-la-colonisation-interieure-a-la-colonisation-exterieure ; et ce, avec des réminiscences que l'on peut retrouver jusqu'à une époque très récente (écrits de Céline autour de 1940, voire propos de hauts fonctionnaires face aux Bretons, Occitans du Larzac ou des CAV, nationalistes corses ou basques dans les années 1970 ou 80).

    On notera bien sûr, comme dans toute pensée fondamentalement réactionnaire et anti-matérialiste, des incohérences ; ainsi l'anti-protestantisme qui va naturellement de pair avec l'anti-méridionalisme, le "Midi" ayant été le bastion historique du protestantisme hexagonal, mais qui ne peut s'empêcher à plus d'une reprise de louer les qualités... protestantes de l'Europe de Nord ou de l'Alsace perdue, voire de regretter comme Renan qu'"à cause de la Provence"... "et du Languedoc" (!) la France ne le soit pas purement et simplement devenue (or c'étaient bel et bien le Languedoc, la Provence du Sud de l'actuelle Drôme ou du Lubéron - vaudois - et la Gascogne d'Henri IV qui auraient éventuellement pu l'y conduire...). Mais il faut dire que c'est là (encore) une "exception française" que d'avoir vu son "Sud" socio-politique devenir le bastion de la Réforme, et non comme de manière générale le "Nord" centre le plus dynamique du développement capitaliste.

    D'ailleurs, comme de bien entendu, la moitié nord de l'Hexagone ne constitue pas plus une prétendue "Nation française" que l'Hexagone dans sa totalité, et l'on en voit s'esquisser la conscience chez les auteurs cités : le Nord comme l'Hexagone entier sont bien compris comme un ensemble de peuples distincts, censés être dans un "équilibre" presque "biologique" qui est ce que l'on appelle "la France" et fonde le "génie français" ; et la perte de l'Alsace-Moselle aurait "rompu" cet équilibre, mutilé et affaibli le Nord celto-germanique au profit du Midi "dissolvant", "ventre mou", méditerranéen presque "oriental"... Délire fasciste dans un sens ; mais dans un autre, au fond, perception bien sentie de ce qu'est la fRance comme Empire du Capital parisien dans lequel toutes les "provinces" ont effectivement leur place attribuée et leur rôle économique précis, formant en effet un "équilibre", ou une complémentarité que la perte d'une rend difficile de rétablir.

    L'on pourrait aussi être frappé, dès les premières lignes, par l'évocation de Maurras... provençal comme la Provence et félibre de son état ; mais c'est que la pensée assez spécifique de celui-ci, monarchiste orléaniste et décentralisateur presque fédéraliste plutôt que partisan d'un "césarisme" présidentiel, de préférence avec un militaire (comme Boulanger) à sa tête (donc bonapartiste, en essence, comme Delafosse à ses débuts), et farouchement centraliste, était finalement assez atypique parmi ses congénères de la droite radicale nationaliste ; et en faisait quelque part, comme nous avons pu l'expliquer par le passé... notre Dieudonné : une réponse à la question de comment souder notre nationalité minoritaire et reléguée, par ailleurs terre de socialisme de combat où l'on roulait les drapeaux tricolores aux frontons des mairies pour ne laisser flotter que le rouge, à la France ; dans un contexte de course à la guerre impérialiste ; contre des ennemis-"complots" fantasmatiques intérieurs (Juifs, francs-maçons) et extérieurs (Allemagne, Anglo-Saxons) dieudonne-soral-ou-le-maurrassisme-pour-les-non-blancs (le texte, page 8, aborde également cette question à travers la "défense" par Maurras du Midi "réel" devant l'un de ses contempteurs, Delafosse). L'identification de la figure de Maurras, à lui seul, à la droite extrême des années 1890-1940 (sans même parler de l'antisémitisme... qui ne se limitait pas du tout à cette droite extrême et était même presque un lieu commun, y compris chez les plus républicains des républicains et nombre de dreyfusards), c'est clairement cela : l'équivalent de quelqu'un qui dans un siècle, réduirait tout le "populisme" et la mobilisation réactionnaire de masse des années 2000-2010 à Dieudonné et Soral...

    Bref, bonne lecture...

     

    La haine du Midi : l’antiméridionalisme dans la France de la Belle Époque


    votre commentaire

  • ... de toute façon concentrés au Kurdistan-Dersim et dans les grandes villes de l'Ouest (les quartiers kurdes et alévis surtout).

    La clé est dans la conquête idéologique révolutionnaire de la Turquie karatürk, "noire", "profonde" et "arriérée", votant historiquement Menderes puis Demirel puis Özal et enfin AKP ; et dans la réalisation (enfin) d'un bloc historique de libération avec elle.

    La clé n'est pas dans les scores du HDP...


    votre commentaire

  • ... (et avec les fraudes qu'il y a eu, allez les connaître !), les cartes des résultats montrent quoi qu'il en soit et très clairement trois TurquieS :

    - La marmaro-égéenne "turque blanche" à l'Ouest... nettement submergée toutefois, autour d'Istanbul (Marmara), par l'immigration anatolienne pro-Erdogan ; mais toujours bien implantée en Égée et en Thrace (Turquie d'Europe) où les rapatriés des Balkans ont remplacé les Grecs chassés dans les années 1920 ; et qui a placé en tête le candidat kémaliste Muharrem Ince (ainsi que le Dersim-"Tunceli" alévi et historiquement kémaliste à la présidentielle, le candidat HDP Demirtaş y réalisant le score honorable mais néanmoins très inférieur de 21%, en revanche le HDP rafle largement la mise aux législatives avec 51%) ;

    - L'anatolienne donc, "turque noire", sur les 3/4 du pays en jaune, pro-AKP ;

    - Et enfin la kurdo-alévie au Sud-Est (Bakur et Dersim), en violet, pro-HDP.

    La première et la troisième sont en guerre contre la seconde (Muharrem Ince ayant été ouvertement choisi par le CHP comme symbole de cette alliance, ayant refusé de voter la levée de l'immunité des députés HDP en 2016) ; ce qui est un MONUMENT D'OPPORTUNISME au regard de la grande histoire révolutionnaire du Sud-Est, entre Guerre populaire communiste et lutte de libération kurde, grande et tragique sous la répression sanguinaire de la Turquie "blanche" moderniste (kémaliste) durant 80 ans kaypakkaya-kemalisme.pdf ; la Turquie "noire" étant alors son exécutrice de basses œuvres fermement encadrée par la grande propriété et les partis de Demirel puis Özal (et le MHP, les "Loups Gris" désormais alliés capitaux d'Erdogan), avant de prendre son envol solitaire et son "indépendance" avec la victoire de l'AKP en 2002, aboutissement de 30 ans de lutte de Necmettin Erbakan... qu-est-ce-que-l-akp

    Les élections ne sont qu'un aspect possible de cette guerre, qui en trouvera d'autres dès lors qu'il s'est avéré impossible de dégager le désormais omnipotent Erdogan par cette voie et que son challenger Ince n'a pas voulu assumer, ou pas "senti" le rapport de force pour lancer une contestation "révolution colorée" des résultats, aussi entachés de fraude soient-ils muharrem-ince-reconnait-sa-defaite.

    Marqué par une politique "orientaliste" (ou "asiatiste") depuis le début, et encore plus depuis le claquage de porte au nez par l'Union européenne dans la seconde moitié des années 2000, Erdogan, après la brouille évidente dûe à son engagement en Syrie contre le régime Assad, vient de retrouver une place nette dans un camp impérialiste en recevant ses premières félicitations de Vladimir Poutine lui-même et de tout ce que la planète peut compter de pro-impérialisme russe : Viktor Orban (Hongrie), Nicolas Maduro (Venezuela), le régime iranien... presidentielle-en-turquie-le-silence-embarrasse-des-occidentaux

    Dans la contradiction inter-impérialiste qui est le troisième moteur de l'histoire contemporaine avec la lutte des classes et la lutte des peuples et nations dominées contre l'impérialisme, le bloc occidental-atlantique ne compte certainement pas en rester là ; pour reprendre le plein contrôle de ce pays pivot stratégique de tout temps.

    Puissent les forces révolutionnaires, communistes, qui ont dans toute l'Anatolie et le Kurdistan du Nord (Bakur) une longue et glorieuse histoire de lutte, vaincre l'opportunisme liquidateur et ne pas s'engager en lamentables Jules Guesde, en tristes tirailleurs dans cette guerre qui n'est pas celle des peuples ; mais trouver au contraire les clés pour la transformer en la seule qui vaille, la guerre révolutionnaire contre le monde capitaliste et impérialiste.

     

    Turquie : quels que soient les résultats réels...

    Turquie : quels que soient les résultats réels...


    votre commentaire

  • ... contestée (et très probablement effectivement truquée) :

    https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/06/24/elections-en-turquie-l-opposition-denonce-des-tentatives-de-fraude_5320502_3214.html

    Déjà félicitée par Poutine, Orban, bref que la "crème" quoi LOL.

    Le "champion" de l'opposition, Muharrem Ince (CHP kémaliste) dont la personnalité populaire a totalement écrasé celle dont on attendait la "surprise", Meral Akşener, l'empêchant par effet tourbillon de gagner les déçus de l'erdoganisme et de l'ultra-nationalisme MHP (elle dépasse à peine les 7%...), devrait s'exprimer dans la journée ; avec manifestement du "dossier" très sérieux et étayé quant à de (très probables et même certaines, au vu des derniers sondages juste avant l'élection) fraudes notamment dans le Sud-Est kurde sous état d'exception.

    Wait & see...


    votre commentaire

  • L'on peut dire en un sens que ces termes recouvrent deux notions, deux définitions partiellement liées :

    - Une communauté de problèmes qui consiste en un territoire : le Sud de l'Hexagone ; problèmes (dûs à la construction de la France, comme base d'accumulation "centrale" du Capital parisien "coiffant" la "pyramide" bourgeoise hexagonale, en centres et périphéries) qui y sont communs à tout le monde même si certains groupes peuvent en voir d'autres propres à eux se surajouter (comme le racisme) ; ainsi tous les ghettos sont des ghettos, mais ceux d'Occitània (Félix Pyat à Marseille, l'Ariane à Nice, le Petit Bard à Montpellier, Jean Perrin à Nîmes etc. et d'autres encore : ces-quartiers-ou-plus-de-la-moitie-de-la-population-est-pauvre) sont statistiquement connus comme les plus pauvres de l’État français.

    C'est plus ou moins ce qu'Alain Sibé appellerait le "peuple social et politique" Sibe.pdf.

    - Il y a, comme l'appelaient les maos des années 68, un "prolétariat multinational d'Hexagone" ; et dans le Sud dudit Hexagone, dans l'aire géographique définie par les linguistes comme occitane (où l'on parlait un dialecte occitan avant la généralisation du français au 20e siècle), mais aussi au-delà (région lyonnaise, région parisienne etc.) du fait de l'émigration de travail, il y a un Peuple occitan qui est une composante de ce prolétariat multinational, avec la particularité d'être le peuple autochtone de l'aire géographique précitée (ayant pu être intégré, au cours des siècles, par une certaine immigration "de proximité" comme les Piémontais en Provence), et qui lutte en tant que peuple aux côtés des autres qui composent eux aussi le prolétariat multinational, dans ce qui a parfois pu être appelé un "internationalisme domestique" destiné à abattre l'oppresseur commun, l'État capitaliste-impérialiste bleu-blanc-rouge.

    Cette définition rejoindrait plutôt celle du peuple "premier" (pòble començet) de Sibé.

    Qu'est-ce que l'Occitanie, que sont les Occitans ?


    votre commentaire

  • [Et cela n'est-il pas, au fond, applicable à tous les pays occidentaux ; n'est-il pas ce que l'on appelle, parfois, le FASCISME MODERNE - voire carrément post-moderne (l'expression "fascisme moderne" vient de la Gauche prolétarienne des années 1970, la Guerre froide, la Chine de Mao, "l'heure des brasiers", "le fond de l'air est rouge", bref l'eau a coulé sous les ponts...), genre, bien capable de nous mettre une femme métisse lesbienne comme porte-parole ou sergent-recruteur ou icône (y compris involontaire) de l'une ou l'autre de ses saloperies ?!! (on a déjà bien une féministe fille de lamberto qui cite Marx à tort et à travers et se fait reprendre par papa, LOL ! on pourrait même dans un sens citer Ivana Hoffmann, tuée au Rojava début 2015 et mise en avant à son cadavre défendant sans doute pour exalter l'engagement rojaviste comme "révolution intersectionnelle totale" face à la "barbarie patriarcale islamo-fasciste" aux dépens des milliers d'autres tué-e-s de cette effroyable guerre, dans les rangs rojavistes... ET EN FACE, sous les bombes de la coalition, parmi la population "pro-Daesh" "Raqqa, cette ville de réacs comme Lyon"... ou en tout cas prise entre deux feux, avec au bout du compte un tiers de la Syrie sous protectorat impérialiste occidental...)]


    “Le fascisme américain est sa propre création sui generis. Il n'est pas explicitement antisémite comme pouvait l'être le nazisme [on pourrait même dire qu'il n'est... rien, pas même raciste, et surtout pas fasciste, officiellement !], mais il partage avec lui bon nombre de caractéristiques.

    Il autorise même, parfois, des personnes noires ou brunes à agir comme ses porte-paroles. Le sheriff David Clarke en est un bon exemple, comme l'est le gouverneur Bobby Jindal.

    Ce qui le définit uniquement est le concept d'identité nationale et d'exceptionnalisme américain, principalement exprimé à travers une militarisation toujours croissante. Il révise les atrocités du passé américain, ou produit des justifications pour elles, y compris et tout particulièrement pour les horreurs de l'époque actuelle.

    On peut le voir aisément dans la justification des bombardements atomiques sur le Japon ("préservation de vies américaines"), de la période de l'esclavage ("tout le monde le faisait à l'époque", ou tenter d'en minimiser les crimes), ou encore de l'actuelle "Guerre contre la Terreur" ("c'est notre boulot de faire la police dans le monde et de combattre les terroristes !").

    En particulier, le fascisme américain dans son étape actuelle justifie ses atrocités par la guerre contre trois principaux ennemis, raciaux ou politiques :

    1) Le soi-disant "extrémisme islamique". Cibler et traiter les musulmans (voire les sikhs...) comme des terroristes.

    2) Les gangs et les "criminels". Les cibles sont ici les personnes noires ou latines. Ceci inclut aussi bien les maras que les "extrémistes identitaires noirs", et les traite comme des ennemis combattants sur un champ de bataille. La soi-disant lutte contre les gangs et la criminalité est aussi ce qui justifie la solution militaire au "problème de l'immigration illégale".

    3) Le communisme et l'anarchisme. Ceci couvre un champ très large. Ce combat est principalement mené par les groupes suprématistes blancs et les polices locales. Mais déjà le FBI et le DHS commencent à être impliqués, ciblant des organisateurs, lançant des charges pénales ridicules contre eux, et les enfermant dans des batailles judiciaires qui les empêchent de mener leurs luttes.

    Il existe un ensemble d'ouvrages destinés aux militaires d'infanterie, rédigés par un vétéran du Vietnam du nom d'H.J. Poole. Son discours est que les États-Unis sont actuellement face à un nouveau type de guerre, une "Guerre de 4e Génération", et ses ouvrages ne contiennent pas seulement des solutions tactiques pour vaincre cette "nouvelle menace", mais aussi un très haut niveau d'endoctrinement politique fasciste. Il détaille longuement chacun des trois "ennemis de l'Amérique" et quelles stratégiques le gouvernement, les militaires et les citoyens doivent adopter pour les vaincre. Ces ouvrages exercent une grande influence sur les forces armées et cela peut être vu dans les récents efforts du régime Trump pour "stopper l'immigration illégale", entre autres choses.

    Lorsque vous voyez un rassemblement pro-Trump dont les participants acclament le bombardement de pays musulmans, l'enfermement de prisonniers politiques de gauche ou la rétention des immigrants, vous devez savoir que toutes ces personnes sont des fascistes américains.

    Non, cela n'a pas commencé avec Trump et ne finira pas avec lui. À moins que nous ne fassions quelque chose.

    C'est pourquoi il nous faut parvenir à construire un puissant front uni rassemblant tous les éléments émancipateurs de la société, avec une direction révolutionnaire cohérente.

    La seule façon de mettre fin à cela est de nous engager dans une transformation fondamentale de la société par tous les moyens que nous avons entre les mains.”

    Un militant communiste local.

    Lire aussi :

    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/sur-le-mouvement-communiste-maoiste-aux-etats-unis-a135737730

    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/y-a-t-il-des-questions-nationales-aux-etats-unis-a136959878

    Sur la situation fasciste aux États-Unis

    Sur la situation fasciste aux États-Unis


    votre commentaire

  • Si l'on voulait résumer (à l'extrême) l'esprit de cet article de Slate : Poutine est kiffé par des millions de petits "beaufs" blancs (et même quelques non-blancs) de toutes les périphéries cambouiseuses d'Europe comme un mec qui "tient tête" (forcément, en tant que rival impérialiste...) à l'hyperpuissance US, aux "élites" libérales et européistes, à la "mondialisation" (tout ceci étant largement déconnecté de la réalité, précisons-le), ainsi qu'à un certain "progressisme" perçu comme élitiste et donneur de leçons aux "sans dents" ; et aussi, il faut hélas bien le dire, à "l'islaaaaam" dont on leur injecte quotidiennement une dose de psychose.

    Et Erdogan... eh bien joue le même rôle, bénéficie du même réflexe dans la communauté musulmane (sauf pour ce qui est de "l'islaaam" évidemment, enfin si mais en négatif : comme héros anti-islamophobe). La Chine ne bénéficie pas de ce type de réflexe car elle a mauvaise réputation dans les pays d'Afrique et d'ailleurs, et l'écho remonte dans les communautés indigènes d'Occident (cela dit une réalité est aussi que sans Chine pas d'Erdogan, tous les pays "émergents" ne sont pas potes entre eux - on peut légitimement douter qu'Erdogan apprécie le sort des Ouïghours... - mais se "portent" les uns les autres dans le grand phénomène d'émergence).

    Des réflexes dans les deux cas à combattre, sans l'ombre d'un doute... mais pour combattre, il faut d'abord expliquer et comprendre. Ce qui passe par repenser complètement notre façon d'être "de gauche" / révolutionnaires.

    Ce qui ne peut passer, à notre sens, par jouer la carte d'un truc tel que le HDP ; aussi conforme aux canons et kiffé (fut-ce en invisibilisant des éléments populaires moins "kiffant"...) par une gauche radicale occidentale toujours prompte à voler au secours de ce qui lui ressemble, dans les valises de la NED quand ce n'est pas carrément sous la queue d'un bombardier de l'OTAN [lire turquie-kurdistan-elections-anticipees voila-ca-y-est erdogan-est-un-fasciste] ; une "gauche" "radicale" qui n'est en réalité plus que longue et permanente décomposition, perdition, et même en définitive... police politique contre l'émergence de son propre sein (de quel autre ?) d'une véritable grille d'analyse révolutionnaire du monde analyse-retrospective-fascisme-anti-politique 1 - 2 - 3 - 4.


    http://www.slate.fr/story/163169/nombreux-jeunes-musulmans-franco-maghrebins-erdogan-leader-juste

     


    [Échange autour d'un intéressant article (fortement pro-HDP) d'un trotskyste d'origine turque :

    http://reflexions-echanges-insoumis.org/turquie-une-election-comme-un-cambriolage-durant-un-incendie/

    "en comptant sur le climat propice au nationalisme créé par l’opération militaire en Syrie avant que l’incendie économique et social ne s’étende trop" : et avant que les opérations en Syrie ne deviennent un Vietnam turc, aussi. C'est à mon sens une raison très claire de cette anticipation surprise des élections. Le lâchage par les impérialistes d'Afrin, et maintenant de Manbij n'est pas forcément un pur "cadeau" à Erdogan, ou du moins est peut-être un cadeau empoisonné et il semblerait que lui-même ne soit pas dupe.

    "Il faut relever que loin de se distancier du discours chauvin d’Erdogan, une grande partie des partis dits d’opposition participent au consensus nationaliste turc et anti-kurde" : hormis le HDP, bien entendu. Un parti ouvertement kurdophile est un parti mort aux élections en Turquie (sauf au Bakur et au Dersim).

    Mais... il était une fois en Colombie un monsieur au moins aussi anti-guérillas qu'Aksener n'est nationaliste et anti-kurde, et sans doute plus que ne l'est Ince. Et pourtant, fort de cette position de "faucon" en tant que Ministre de la Défense, une fois Président, Juan Manuel Santos a conduit les négociations et finalement les accords de paix que l'on connaît. Car depuis la "Fin de l'Histoire", dès lors que les forces révolutionnaires sont suffisamment affaiblies et/ou que l'opportunisme a suffisamment triomphé en leur sein, les accords de paix sont aussi une stratégie centrale de la contre-révolution. On l'a vu en Palestine, dans toute l'Amérique centrale, au Népal etc. etc. Il y a presque 15 ans que le PKK ne prône plus l'indépendance du Bakur mais sa "démocratisation", ce qui pourrait simplement vouloir dire que les municipalités HDP ne soient plus sous tutelle, et je ne vois pas ce qui empêcherait Ince ou même Aksener d'y accéder, au contraire ils seraient politiquement infiniment plus solides pour le faire qu'Erdogan (qui a dû totalement y renoncer dès lors que son pouvoir ne tenait plus qu'aux Loups Gris).

    D'ailleurs Erdogan lui-même pendant des années (avant la rupture avec les gülenistes, puis Gül et d'autres encore) a négocié en ce sens. Mieux, Saleh Muslim (le chef du PYD, le PKK de Syrie) se rendait encore en 2012-2013 régulièrement à Ankara, autrement dit, à cette époque Rojava avait d'un tout d'un deal : allez faire votre confédéralisme démocratique et décalquer du "barbare" en Syrie ; et contentez vous de ce qu'on vous accordera, comme par exemple le droit pour un parti de gauche kurde de gérer des municipalités, côté "turc" (Bakur). Le deal a été rompu quand les contradictions ont éclaté entre Rojava et les propres forces supplétives d'Erdogan en Syrie, puis avec le soutien toujours plus massif des Occidentaux à Rojava au détriment de l'ASL, puis la perte "à cause du HDP" de la majorité absolue aux élections de 2015, etc. etc.

    Donc à présent c'est mort, oui, Erdogan n'ayant plus d'autre allié possible que le MHP ("Loups Gris", extrême-droite ultra-nationaliste) qui ne veut pas en entendre parler. Mais si les négociations reprennent et aboutissent avec un éventuel nouveau régime... tu imagines la gauche occidentale (et bobo locale) en folie ? C'est fini. La Turquie n'est "plus fasciste". C'est la "Libération". Peu importe que ce soit tout sauf une révolution et que ce nouveau régime soit tout simplement... les gens qui ont dirigé le pays pendant 80 ans.

    "le CHP ainsi que la fondatrice du Iyi Parti, Meral Aksener, ont soutenu ces dernières années des mesures antidémocratiques visant en premier lieu les députés du HDP" : le CHP a tout de même désigné, contre son président actuel, comme candidat à la présidentielle Muharrem Ince qui a justement voté CONTRE cette levée de l'immunité parlementaire des députés HDP. Ce qui pourrait être interprété comme un premier signe d'ouverture dans le sens d'une "solution politique", pour s'assurer de reports HDP massifs sur lui en cas (très probable) de second tour.

    Parmi les innombrables trucs bizarres de cette élection, d'ailleurs, en plus de la précipitation à l'anticiper : le leader du HDP, Demirtas, est en taule... et peut être candidat. En Espagne "démocratique", quand des gens en taule ou en fuite veulent être présidents de la Catalogne, Madrid dit non et c'est non. Dans le très complexe État turc et ses innombrables États dans l’État, Erdogan est-il vraiment autant en position de force qu'il ne le paraît et que la Constitution qu'il s'est taillée sur mesure lui promet de l'être si il est réélu ?

    Enfin bon on pourrait effectivement en discuter 10 plombes sans arriver à être d'accord LOL (bon n'exagérons rien, je suis quand même d'accord avec les deux tiers de ton article).

    OK, le HDP est la force la plus "à gauche" si l'on prend les critères, les valeurs de ce qui en Europe fonde historiquement la gauche.

    Mais en admettant qu'il arrive au pouvoir (il en est loin pour le moment, sauf au niveau local au Bakur)... je ne vois pas, STRUCTURELLEMENT comment il peut faire autre chose que du Syriza, au delà de la (vague) ressemblance physique entre les deux leaders.

    Mais ça tout le monde dans la gauche occidentale s'en fout de toute façon. Qui s'est jamais VRAIMENT intéressé à la politique économique intérieure en Turquie ? Pas grand monde en vérité (à part quelques uns comme toi). Le seul clivage qui les intéresse, c'est laïcité / pas laïcité. Que la politique d'Erdogan ait été libérale et "ruissellement" (et soit confrontée maintenant à la même crise que tous les "émergents"), allez, quelques uns l'ont vu et pioché comme argument-renfort contre l'horrible islamiiiiste. Mais la capacité de ceux capables de le renverser à mener une AUTRE politique, pour 80 millions de travailleurs de toutes les nationalités de l’État, alors que le parti qui incarnait l'espoir en Grèce ne l'a pas pu, tout le monde s'en fout. On aura jamais droit à ce débat-là.

    Erdogan a été le représentant d'une bourgeoisie turque "noire" issue de la Turquie profonde, point.

    Il faut parfois se méfier d'un emploi trop schématique des grands concepts, et comprendre par exemple que le néo- ou ultra-libéralisme AKP, et özalien avant lui, a aussi pu signifier briser le monopole capitaliste bureaucratique d’État (ou subventionné) de l'oligarchie "blanche" marmaro-égéenne ou rapat' des Balkans.

    Sauf que cette classe qu'il représentait était par nature éphémère, en naissant elle portait en elle sa propre fin à brève échéance : en s'embourgeoisant à Istanbul (dont Erdogan a commencé comme maire, pas d'un bled paumé de Cappadoce !), Ankara et autres grandes villes du Nord-Ouest, la nouvelle bourgeoisie turque noire intègre elle-même à terme la "métropole mondialisée", et tourne le dos à l'austérité "calviniste" sunnite de l'AKP. Si ça ne donne pas des kémalistes ou des libéraux séculiers, c'est du moins le cœur du fameux phénomène "güleniste".

    Il y a même eu une bourgeoisie kurde, du Sud-Est, qui s'est reconnue d'abord dans Özal puis a voté Erdogan pendant des années. Mais sa jeunesse aujourd'hui s'en détourne et rejoint le projet progressiste petit-bourgeois du HDP.

    Son piédestal de sable disparaît. Par sa fuite en avant autocratique à travers un référendum truqué, il s'enferme en position d'assiégé et retire ses tentacules d'une partie croissante du corps social.

    Évidemment la grande masse laborieuse, ouvrière et paysanne "turque noire" existe toujours. Mais l'étape est maintenant à ce qu'elle comprenne qu'elle n'a rien à attendre des parvenus issus de ses rangs.]

    Sur la fascination de toute une jeunesse populaire musulmane pour Recep Tayyip Erdogan


    1 commentaire

  • Comment, loin des petites postures anti-Gramsci "c'est le maître à penser du révisionnisme eurocommuniste gnagnagna" à deux balles, se voulant ultra-radicales, le Parti communiste du Pérou gonzalo-pcp-guerre-populaire-perou s'est totalement inspiré de sa vision dans l'"étape zéro" de sa Guerre populaire (années 1970, avant le déclenchement en 1980), pour conquérir des positions idéologiques et de masse.


    https://revolutionary-initiative.com/2014/06/02/gramsci-gonzalo-considerations-on-conquering-combat-positions-within-the-inner-wall-of-hegemony/


    par Kenny Lake, communiste canadien

    À travers son article “Vers la Guerre de Positions : Gramsci en continuité et rupture avec le marxisme-léninisme”, le camarade Amil a initié le processus — qui ne s'était que trop fait attendre dans le mouvement communiste international — d'arracher enfin Gramsci aux griffes de l'académisme progressiste bourgeois, pour remettre ses développements théoriques au service de la stratégie révolutionnaire.

    Que considérer Gramsci à cette lumière ait pris autant de temps, reflète essentiellement deux problématiques. La première est la bien réelle et apparemment infinie capacité de l'académisme progressiste bourgeois à effectivement distordre sa théorie de l'hégémonie au service d'une vision étroite et platement réformiste, aidé en cela par la nécessaire auto-censure du dirigeant communiste italien écrivant depuis le fond d'une cellule de prison fasciste. La seconde est le doctrinarisme, et le circuit intellectuel fermé qui a tendu à caractériser le mouvement communiste international (MCI) au cours des dernières décennies écoulées.

    Dans l'intérêt de s'attaquer à cette seconde problématique, et de développer des réflexions stratégiques pour la révolution, je vais tenter dans cet essai d'examiner la notion gramscienne de guerre de positions à la lumière des récentes expériences de lancement d'une Guerre populaire.

    Tandis que dans le MCI a été dépensée beaucoup d'énergie... et peu d'intellect à défendre la nécessité stratégique de la Guerre populaire prolongée (GPP), les tentatives d'étudier et comprendre comment les Guerres populaires des dernières décennies ont pu être initiées ont plutôt été rares. Le résultat en a été que ces appels-slogans, pontifiants à la GPP n'ont été dans la totalité des cas suivis... d'aucun déclenchement de celle-ci que ce soit.

    Gramsci, tout comme Mao d'ailleurs, insistait sur le rôle décisif du facteur SUBJECTIF pour mener à bien la révolution. Il attirait l'attention sur la nécessité d'une force communiste construite patiemment et de longue haleine, consistant en des cadres intellectuels pointus* et une large base organisée de masse, “qui puisse être envoyée sur le champ de bataille lorsque la situation y est favorable”. Plutôt que de voir a possibilité de la révolution émerger, pour l'essentiel, de développements dans la situation objective (crise économique ou autres), Gramsci voyait la construction du facteur subjectif comme la clé pour créer ladite "situation favorable" à la prise du pouvoir, qui selon ses mots, “ne peut être favorable que si et autant qu'une telle force [le facteur subjectif] existe, et déborde d'esprit combattif”.

    La question à laquelle nous communistes sommes confrontés est donc de comment développer ce facteur subjectif tel que Gramsci soutient qu'il est nécessaire. Ceci requiert d'affronter le Pouvoir bourgeois non seulement en tant qu'appareil répressif, mais aussi en tant qu'appareil d'hégémonie intellectuelle et culturelle — ce qu'Althusser appelait l'appareil idéologique d’État. C'est là un aspect crucial de la guerre de positions, qui consiste autant à accumuler un nombre croissant de personnes révolutionnaires qu'à les préparer à diriger la société après la révolution. En systématisant la théorie de l'hégémonie de Gramsci, Althusser note que même lorsqu'il n'y a aucun espace pour la lutte des classes exploitées dans l'appareil répressif, la résistance de celles-ci “peuvent trouver dans l'appareil idéologique d’État des occasions et des moyens de s'exprimer, soit par l'utilisation de ses propres contradictions, soit en conquérant des positions de combat en son sein par la lutte”.

    L'avant-Jour du Déclenchement au Pérou

    Un élément passablement ignoré dans le MCI est la méthode employée par le professeur Abimael Gúzman pour accumuler et organiser des forces révolutionnaires avant le déclenchement de la Guerre populaire au Pérou en 1980. Gúzman, désormais connu de nous sous le nom de Président Gonzalo, avait été titularisé professeur de philosophie à l'Université nationale de San Cristóbal de Huamanga à Ayacucho en 1962. Cette université, nouvellement rouverte, s'inscrivait dans le programme de modernisation nationaliste du gouvernement péruvien, qui attachait une importance cruciale à l'éducation. Tant les partis de gauche électoralistes que les juntes militaires des années 1968-80 voyaient la création d'universités et plus largement l'éducation comme un moyen de gérer l'instabilité et la paupérisation des régions périphériques. Au Pérou, le pouvoir politique et le développement économique tendaient à être concentrés dans quelques grandes villes mariategui-regionalisme-centralisme, à commencer bien sûr par la tentaculaire capitale Lima. La région d'Ayacucho était un exemple archétypique de négligence par le pouvoir central, et sa population indigène de langue quechua n'était pas facilement intégrable dans les structures hégémoniques de la société péruvienne. Pour ceux qui étaient au Centre du Pouvoir, l'expansion de l'éducation vers la périphérie était un moyen d'incorporer cette population sous l'hégémonie idéologique de la bourgeoisie. En cela elle était finalement un élément de continuation, par la classe dominante blanche et métisse, de la mission jadis abandonnée par les conquistadors espagnols de "civiliser" les masses indigènes.

    Gramsci & Gonzalo : Considérations sur la conquête de positions de combat dans l'antre même de l'hégémonie

    La toute nouvelle université offrait donc à Gúzman et ses camarades l'opportunité de pouvoir progressivement l'utiliser comme un centre de recrutement pour le Sentier Lumineux. La promesse d'une éducation était vue par les jeunes paysans comme une opportunité pour s'élever socialement eux-mêmes et aider leurs communautés à le faire, mais une fois diplômés la vaste majorité d'entre eux se retrouvaient dans la même pauvreté et incapacité de faire quoi que ce soit pour les leurs.

    [Lire à ce sujet : Indiens.pdf]

    Cette inhérente contradiction structurelle — que Gramsci aurait qualifiée d'organique, et non conjoncturelle — fournissait un ample terreau sur lequel le Sentier pouvait attirer des recrues dont les espoirs placés en le système et ses fausses promesses d'éducation avaient été anéantis. Les séances exaltées de lecture philosophique de Gúzman, dans lesquelles il offrait une explication matérialiste historique des contradictions auxquelles les étudiants paysans indigènes étaient confrontés et reliait celles-ci aux plus larges antagonismes du capitalisme à l'échelle mondiale, attiraient les recrues initiales qui pourraient bientôt mener le travail de terrain pour préparer le déclenchement de la GPP.

    Gúzman a organisé ces jeunes étudiants révolutionnaires passionnés afin de recenser les communautés pauvres et organiser leurs résidents. Le journaliste Gustavo Gorriti décrit les efforts de Gúzman à l'université en ces termes :

    Son objectif était clair : utiliser l'université pour recruter, éduquer, organiser, et assurer le développement de cadres communistes. Il y avait créé une école de formation d'instituteurs largement supervisée par le Parti ou des sympathisants. Ces étudiants devenus les premières recrues offraient un vecteur idéal pour nouer le lien avec les petites bourgades et les communautés. Beaucoup rentreraient chez eux et y mèneraient le travail de terrain pour la révolution.

    Les efforts de Gúzman à l'Université nationale de San Cristóbal de Huamanga n'ont donc pas eu pour résultat qu'une simple influence idéologique communiste générale. Au sein même d'un appareil idéologique d’État encore incomplètement formé et éloigné des centres du pouvoir, les communistes réussirent à prendre pied et par la suite, pour reprendre les mots d'Althusser, “conquérir une position de combat”. Gorriti décrit l'Université de Huamanga comme étant virtuellement sous le contrôle du Sentier à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Celui-ci était impliqué dans le plus routinier quotidien des étudiants, incluant le gîte et le couvert, la gestion administrative, et la plus grande part de la direction du Parti y enseignait dans les amphithéâtres. Ainsi, une combinaison de contrôle organisationnel et d'influence idéologique a pu offrir au Parti sa militance. Stratégiquement et tactiquement, le sain irrespect de Gúzman pour les procédures de la politique bourgeoise permirent au Sentier de profiter au maximum de toutes les situations. Gorriti explique ainsi qu'il utilisait son contrôle administratif pour purger ses adversaires idéologiques de l'université, et le citant : “soit vous utilisez le pouvoir, soit il est utilisé contre vous”.

    Plus tard, Gúzman sut percevoir la façon dont l'ambition de l’État bourgeois péruvien d'envoyer un nombre croissant d'instituteurs dans les périphéries pouvait être utilisé contre lui. Les instituteurs formés par le Sentier à l'école de formation de l'Université de Huamanga étaient en effet envoyés en poste dans les bourgades et les villages de la campagne, offrant ainsi un vecteur crucial pour organiser les paysans tout autour d'Ayacucho. Le Sentier avait conscience de l'importance de positions d'autorité pour influencer et gagner la population à sa cause, et sut ainsi tirer avantage du respect des paysans d'Ayacucho pour les instituteurs envoyés dans leurs communautés. Par ailleurs, les étudiants avaient déjà mené le travail d'investigation de terrain et établi des liens avec les masses. Tout ceci lui permit de lancer la Guerre populaire avec des cadres formés, une solide base de masse et une organisation clandestine.

    Ce contrôle de l'Université de Huamanga était néanmoins précaire, et prit fin au milieu des années 1970 pour une large part du fait d'organisations de gauche rivales reprenant la main [NDLR c'est aussi l'époque où la junte "progressiste" dirigeant le pays depuis 1968 démet le réformateur Velasco à sa tête et amorce son virage "à droite toute", rejoint le Plan Condor etc. et fait rédiger une nouvelle Constitution pour rendre le pouvoir à la bourgeoisie néolibérale civile]. Le but des communistes n'est toutefois pas de camper sur quelques positions acquises dans l'appareil idéologique bourgeois, mais plutôt de mettre efficacement à profit les plus ou moins éphémères moments où ces positions peuvent être utilisées pour accumuler des forces pour la révolution. Faire ceci doit forcément, tôt ou tard, signifier perdre ces positions ; mais avoir entre temps gagné en organisation révolutionnaire ; tandis que la première option (camper sur les positions acquises) ne peut conduire qu'à devenir un appendice "de gauche" de l'hégémonie bourgeoise, ce dont notre époque peut fournir pléthore d'exemples.

    Pour autant, même après avoir lancé la Guerre populaire, le Sentier a continué d'utiliser toutes les opportunités d'infiltrer l'appareil idéologique d’État et plus largement de créer une contre-hégémonie durable. Le journaliste Michael Smith nous indique ainsi que “dans les toutes dernières années de la présidence García [1989–1990], [il] a pu placer une centaine d'instituteurs à lui dans les bidonvilles isolés autour de l'autoroute centrale” de Lima. L'ex-procureure Gabriela Tarazona-Sevillano relève que “les enfants sont une préoccupation majeure des efforts d'endoctrinement (sic) de l'insurrection, ce qui lui donne l'opportunité de préparer la prochaine génération de cadres et illustre sa vision de long terme”.

    Implications

    L’expérience du Parti communiste du Pérou dans la construction préparatoire au lancement de sa Guerre populaire, montre la façon dont infiltrer et utiliser l'appareil idéologique de la bourgeoisie est une méthode cruciale pour accumuler des forces révolutionnaires. De fait, trois des quatre Guerres populaires à travers le monde à avoir obtenu un appui de masse substantiel et être devenues une menace conséquente pour le Pouvoir bourgeois au cours des dernières décennies, ont construit au moins quelques unes de leurs forces initiales au sein d'institutions éducatives bourgeoises. Jose Maria Sison a ainsi enseigné à l'Université des Philippines dans les années 1960 et recruté une large part de la direction initiale du CPP parmi ses étudiants, tandis que Prachanda et d'autres membres dirigeants du Parti communiste maoïste du Népal étaient enseignants dans les districts où la Guerre populaire a commencé.

    La situation à l'Université de Huamanga dans les années 1960 était peut-être un cas exceptionnellement favorable et ne peut pas être dupliquée à l'infini, mais elle nous offre néanmoins plusieurs enseignements de toute première importance.

    Premièrement, Althusser avait totalement raison de souligner le caractère hautement contradictoire de l'appareil idéologique d’État. Une façon dont ce caractère contradictoire s'exprime est par exemple lorsque les classes dominantes cherchent à créer de nouvelles institutions, et n'ont pas fermement établi au préalable comment celles-ci doivent fonctionner ou formé le personnel pour ce faire. L'Université de Huamanga dans les années 1960 était très exactement une telle institution, que le Sentier a ainsi pu infiltrer et même pour un temps contrôler. Son éloignement des centres du pouvoir péruvien avait fait que l’État, comme d'ailleurs les autres organisations de gauche radicale qui tendaient à concentrer leurs efforts sur Lima, n'avaient que peu conscience et de toute façon peu de moyens d'action face à cette prise de contrôle.

    La description d'Althusser de la nature contradictoire de cet appareil idéologique met en évidence le fait que l'hégémonie doit être constamment remodelée et ré-établie dans le tourbillon du mouvement de développement constant du capitalisme. Bien que nous puissions identifier certaines lignes directrices centrales de la philosophie bourgeoise ayant persisté à travers les temps, le fait est qu'il n'y a pas d'idéologie dominante immuable et figée dispensée aux masses par l'appareil idéologique d’État ; mais au contraire des discours constamment changeants, forgés et reforgés en fonctions des nécessités auxquelles la classe dominante fait face.

    Ceci a permis, de manière croissante, d'incorporer des "contestations" de l'ordre bourgeois au cœur même de l'exercice de son hégémonie ; ainsi par exemple, la révolte culturelle des années 1960 aux États-Unis a pu être largement cooptée et incorporée dans la culture dominante capitaliste [à ce sujet lire ici : analyse-retrospective-historique-fascisme-anti-politique et suivre les liens].

    Ou encore, dans leur excellent ouvrage sur l'histoire du Black Panther Party, Joshua Bloom et Waldo Martin expliquent que les concessions de la classe dominante blanche ont été en réalité bien plus fatales aux Panthers que la répression. Tandis que des départements de Black Studies étaient créés dans toutes les universités des États-Unis, que le développement de la discrimination positive, les emplois publics et l'augmentation des élus noirs donnaient aux classes moyennes noires un plus grand accès à des positions de pouvoir au début des années 1970 (sous Nixon, rien de moins !), les Panthers perdaient peu à peu leurs alliés de classe moyenne en même temps que leur appui de masse. Là où la répression avait échoué à les détruire, et leur avait en fait au contraire donné plus de stature que jamais, les concessions et la cooptation ont fonctionné [ce que, concrètement, Derbent appelle "enfoncer ses tentacules dans le corps social", alors que la répression exacerbée signifie en fait les en retirer, et "s'installer en position d'assiégé"]

    Beaucoup d'entre nous ont ainsi pu voir dans cette capacité grandissante du capitalisme à intégrer ses contestataires dans son hégémonie, le synonyme d'une impuissance de toute opposition à lui. Cette vision unilatérale, borgne, généralement exclusivement focalisée sur les classes moyennes qui sont beaucoup plus susceptibles de bénéficier de concessions et cooptations, échoue à considérer l'autre aspect de la contradiction : que c'est précisément parce que l'hégémonie bourgeoise doit être perpétuellement remodelée, qu'existent pour les communistes des fenêtres de tir pour conquérir des positions de combat dans ses institutions idéologiques. En réalité, c'est à ces croisées des chemins où les contenus et les formes de l'hégémonie doivent être ré-établies que la forteresse idéologique du système est la plus pénétrable. Il est intéressant de remarquer ici que la période durant laquelle le Sentier prépare, lance et étend sa Guerre populaire dans les années 1970 et 80 correspond en grande partie à des gouvernements de gauche [junte de Velasco, présidence d'Alan García] mettant en œuvre des réformes sociales [autrement dit, une période où le "système" péruvien était dans un processus de réformes, modernisation, refondation profonde].

    Gramsci & Gonzalo : Considérations sur la conquête de positions de combat dans l'antre même de l'hégémonie

    Deuxièmement, et en rapport avec ce précédent point : c'est lorsque l'anarchie du capital et les tentatives de la classe dominante de restructurer la société placent des secteurs entiers des masses populaires dans des états transitoires au regard de leur position sociale, que les conditions sont souvent les plus propices pour que ces secteurs soient réceptifs à une contre-hégémonie idéologique communiste. À l'Université de Huamanga, de jeunes paysans étaient conduits à espérer un meilleur avenir grâce à l'éducation, mais les réalités des rapports sociaux capitalistes [racistes et coloniaux au Pérou, NDLR] conduisaient ces espérances à être déçues. Néanmoins, l'expérience universitaire devait modifier profondément leur position sociale, sinon de classe, et leur perspective, offrant à l'idéologie communiste une opportunité des les gagner à elle. De même, les plus puissantes bases urbaines de soutien au Parti se trouvaient parmi les occupants des bidonvilles, qui étaient pour la plus grande part des paysans de la périphérie engagés dans un processus de prolétarisation et d'urbanisation, avec son lot de misère et de déshérence. C'est précisément dans ces états transitoires que le Sentier a pu trouver la plus grande réceptivité à sa propagande. La politologue Cynthia McClintoch a ainsi pu déclarer que :

    Les militants types du Sentier Lumineux sont des fils ou filles de paysans des montagnes, parmi les premiers membres de leurs familles à terminer l'école secondaire et éventuellement accéder à l'université ; voyant ensuite leurs espoirs bloqués et frustrés par les inégalités de la société péruvienne, et mal à l'aise aussi bien dans le monde traditionnel andin de leurs parents que dans le monde urbain occidentalisé.

    Périodiquement, ces deux facteurs combinés comme ils l'étaient au Pérou produisent un cocktail hautement explosif que les classes dominantes peinent à contrôler. C'est de ce type de situations que les communistes doivent activement chercher, par un long et patient travail politique, à tirer avantage.

    Troisièmement, les efforts pour utiliser l'appareil idéologique bourgeois au service de l'accumulation de forces révolutionnaires ne peuvent pas être couronnés de succès s'ils sont déployés par des individus isolés, mais doivent au contraire s'inscrire dans une stratégie globale sous direction communiste, stratégiquement et tactiquement connectée à la construction du facteur subjectif pour prendre le pouvoir politique. Nombreuses ont été les tentatives infructueuses, de la part d'intellectuels radicaux, d'utiliser leurs positions institutionnelles à l'université afin de fabriquer leur propre conception de l'intellectuel organique* à partir de leurs étudiants de classes populaires. Le Birmingham Center for Cultural Studies a été l'une de ces tentatives, et si le matériel scientifique et les analyses qu'il a produits sont de haute qualité et peuvent avoir un certain impact positif sur les étudiants universitaires, sa déconnexion de toute stratégie et organisation révolutionnaire rend sa contestation de l'ordre capitaliste négligeable. De manière générale, de nombreux activistes radicaux et révolutionnaires aux États-Unis se sont tournés, au cours des dernières décennies, vers des activités culturelles et éducatives dans les communautés opprimées. Eussent ces activités été menées dans le but de servir la construction d'une organisation révolutionnaire et non comme fin en soi, et assumé l'antagonisme avec l’État bourgeois, elles auraient pu donner quelque chose de qualitativement très différent ; mais en restant comme elles le sont engoncées dans le présent, elles n'ont représenté en définitive qu'un repli sur le réformisme.

    Faute de s'inscrire dans une stratégie révolutionnaire globale, et de connexion des personnes impliquées avec une avant-garde communiste et (surtout) les larges masses populaires qui forment la colonne vertébrale de toute révolution, toute tentative de pénétrer au cœur de la forteresse idéologique dominante est vouée à l'échec.

    Le travail du Sentier à l'Université de Huamanga a toujours été considéré comme un moyen pour une fin ; laquelle n'a jamais été de conserver des positions d'enseignement ou administratives ou de maintenir les opprimés dans les étroites limites du présent, mais d'utiliser ces positions pour recruter des cadres et grâce à eux organiser la base de masse nécessaire pour lancer la Guerre populaire.

    Infiltrer l'appareil idéologique de la bourgeoisie nécessite une perspective prolongée et un dévouement militant qui se focalise sur les contradictions organiques (structurelles) et non simplement sur de l'agitation et de la construction mouvementiste, ou le déplacement de forces d'une situation conjoncturelle à une autre.

    Ceci implique une reconfiguration de la stratégie, des tactiques, et du déploiement concret des communistes comme point de départ d'un nouveau MCI post-contre-révolution en Chine.

    Gramsci & Gonzalo : Considérations sur la conquête de positions de combat dans l'antre même de l'hégémonie

    * Par intellectuels organiques, Gramsci faisait clairement référence aux masses populaires formées au marxisme et organisées par une avant-garde communiste, et non à quelque fantasme petit-bourgeois d'"opprimé.E.s" sans direction ni organisation indépendante finissant incorporés comme éléments oppositionnels dans les institutions bourgeoises. Gramsci prônait également une plus profonde formation des communistes, y compris et surtout de la base de masse, afin de pouvoir tenir la barre du processus révolutionnaire de transformation de la société.

    Lire aussi :

    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/gramsci-et-la-theorie-de-la-guerre-populaire-en-pays-capitaliste-tres-1ere-part

    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/gramsci-et-la-theorie-de-la-guerre-populaire-en-pays-capitaliste-tres-2e-part

    http://servirlepeupleservirlepeuple.eklablog.com/encore-une-fois-sur-la-question-de-gramsci-de-ses-theses-societe-civil-a139371192


    votre commentaire

  • (bon, Fourest n'est pas au Kurdistan, mais au Maroc sur le tournage de son film sur Rojava dont nous avons déjà parlé...)

    Impérialisme "progressiste"... ou même pas


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires