• #Punchline sur un article des "Matérialistes" - #Daesh et #Semi-féodalité


    http://lesmaterialistes.com/sujet-polemique-etat-islamique-oublie-feodalisme

    Ils ont raison de dire qu'il y en a marre de cette analyse "vieille ML" de l'"islamisme" comme "complot"...

    Mais tout s'effondre patatatra sur la "question de la féodalité" : la féodalité dans les pays dominés N'EXISTE PAS, la semi-féodalité dans les pays dominés NE SIGNIFIE PAS l'existence d'un mode de production féodal au sens strict.

    Elle signifie l'existence de relations sociales avec des traits féodaux, SUBORDONNÉES au capitalisme bureaucratique-comprador lui même subordonné aux monopoles impérialistes : pays-semi-coloniaux-semi-feodaux-et-capitalisme-quelques-clarification-a118044696

    C'est rigolo parce qu'ils critiquent Sison et l'ILPS alors qu'historiquement, ce sont ces derniers qui portent internationalement le premier point de vue erroné (d'où leur conception d'une étape "nationale démocratique" et leur défense des régimes qui à leurs yeux vont en ce sens).

    L'analyse de SLP permet à notre "humble" avis de bien mieux saisir les choses : les "islamistes" sont l'expression d'un CAPITALISME D'EN BAS, de l'économie de marché qui se développe spontanément depuis les "entrailles" de la vie sociale quotidienne, a fortiori dans des pays où l'esprit marchand est pour ainsi dire millénaire ; et qui entre en contradiction avec le capitalisme "d'en haut" directement impulsé, piloté et au service de l'impérialisme.

    Contrairement au capitalisme bureaucratique-comprador "d'en haut", ce capitalisme "spontané" "d'en bas" ne permet pas au surproduit (plus-value "sur-accaparée") de "remonter" correctement jusqu'aux monopoles impérialistes - qui le combattent donc en conséquence, dans leur perspective de domination totale des économies du "Sud".

    C'est L'IDÉOLOGIE de (certains de) ces groupes qui présente des caractères on va dire "médiévaux", comme pouvait d'ailleurs le faire l'idéologie de l'entreprise impérialiste anti-occidentale du Japon shōwa durant la Seconde Guerre mondiale ; si bien que les qualifier des "féodaux" sans voir leur grande modernité, c'est prendre l'apparence pour l'essence.

    Quant à la différence entre "soutenir", comme le font les maoïstes indiens, des groupes qui défendent sous une bannière "islamiste" la minorité musulmane face à l’État fasciste hindutva, ou encore la lutte (en Palestine, au Liban ou en Afghanistan) du Hamas ou du JIP, des talibans ou du Hezbollah (qui fait maintenant de la merde en Syrie, mais bon) ; et des trips comme Al Qaïda ou l'EI... c'est en réalité très simple : les premiers sont dans une démarche NATIONALE (ou d'autodéfense de minorité persécutée en Inde, où les musulmans sont de surcroît considérés comme des salauds de dalit qui ont voulu échapper au système des castes) ; les seconds sont dans une démarche IMPÉRIALE.

    Car là est un dernier paramètre, mais d'un CERTAIN "islamisme" seulement : il y a des États (en particulier pétroliers) où tellement de pognon s'est accumulé et suraccumulé au fil du temps, que maintenant ils cherchent à se créer un "petit empire" pour pouvoir investir et valoriser ce pognon. C'est le cas du Qatar qui soutient les forces liées aux Frères musulmans (en fait, il est devenu pour les FM l'équivalent du Cuba des années 1960 pour les luttes révolutionnaires anti-impérialistes) et a entretenu une relation ambigüe avec AQ via Al Jazeera. C'est le cas de groupements de capitaux privés de la péninsule arabique qui financent aujourd'hui le djihadisme (les États hors Qatar jouant plutôt un profil de bons élèves de l'impérialisme, soutenant par exemple le coup d’État fasciste anti-FM en Égypte). C'est le cas de la Turquie, dans une démarche "néo-ottomane" avec Erdogan (pouvant se servir de l'EI contre les Kurdes), c'était aussi un peu le jeu du Pakistan en Afghanistan. Et c'est aussi le cas de l'Iran en s'appuyant sur le chiisme, ce qui explique qu'il fallait soutenir le Hezbollah au Liban face à Israël (résistance nationale) mais pas en Syrie où il joue un rôle d'agent du "petit impérialisme régional" (expansionnisme) iranien.

    Si l'EI était simplement un groupe affrontant l'impérialisme (fut-ce l'impérialisme russe !) et ses laquais en Irak et en Syrie, cela pourrait peut-être tactiquement aller. Mais 1°/ déjà à l'époque de la résistance en Irak, n'avoir servi qu'à péter le front pan-irakien sunnite-chiite qui avait commencé à se constituer en 2004, 2°/ servir un projet impérial de "Califat" pour que les pétro-dollars suraccumulés du Golfe puisse s'y investir et valoriser, 3°/ seconder le néo-ottomanisme turc pour en finir avec les Kurdes (avec la ligne révolutionnaire chez les Kurdes du moins) ; ça fait franchement beaucoup. Mais ça s'explique assez simplement par le fait de ne pas être une résistance nationale sous drapeau religieux (parce que la population du pays serait ultra-majoritairement religieuse), mais les soldats d'un projet IMPÉRIAL financé par des groupements de capitaux très éloignés du pays-champ de bataille (qui est en fait une proie et dont ils n'ont rien à foutre de l'intérêt).

    Voilà la raison pour laquelle la résistance palestinienne doit être soutenue sans si et sans mais et (surtout) sans "tri", ce qui importe n'étant "pas ce qu'ils pensent, mais ce qu'ils font" ; tandis qu'il n'est pas possible de soutenir un groupe comme Daesh, mais au contraire un devoir de soutenir les Kurdes de Rojava et les groupes arabes alliés qui le combattent (sans faire non plus partie du problème comme Assad et son maître Poutine, l'impérialisme occidental et ses agents arabes, le régime fantoche et corrompu de Bagdad, le régime kurde "autonome" d'Irak etc. etc.).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :