• Pour information...


    Le Front National n'a une nouvelle fois pas dépassé son niveau de voix de 2012 :


                         Pour information...Pour information...


    Un peu plus de 6 millions contre 6,42 [et 4,1 au premier tour et 5,1 au second des départementales du début de l'année ; et 4,7 aux européennes de 2014 (pour ne prendre que des scrutins où il était présent et donc "votable" partout ou presque)].

    C'est surtout le total des droites non-FN (6,88 millions) et des "gauches" (7,8) qui est impressionamment bas par rapport à la présidentielle il y a 3 ans et demi (13,67 et 15,7 millions respectivement)...

    Et pour rappel, en 2002 (premier "séisme politiiiiiiique") :


    Pour information...

    (Le Pen récupérant au second tour les 667.000 voix de Mégret au premier...)


    Soit seulement un demi-million de voix de progression en 13 ans (900.000 pour la fifille en 2012)... en comptant qu'il y a 4 millions d'inscrits sur les listes électorales (presque 5 millions en 2012) en plus !

    Le "peuple frontiste" n'est pas beaucoup plus pléthorique qu'auparavant ; ce qu'il est c'est MOBILISÉ et il l'est évidemment tout particulièrement depuis les attentats du 13 novembre - mais ceci laisse aussi présager qu'il n'a pas beaucoup de réserves, un demi-million de voix tout au plus, allez 700.000 grand maximum.

    Nous n'en dirons pas plus pour le moment et ne nous exprimerons qu'à l'issue du second tour (car telle est la leçon que nous avons tirée des deux derniers scrutins à deux tours, municipales et départementales - nous avons déjà pour ce premier tour attendu les chiffres définitifs car ce sont eux qu'il faut analyser).

    Nous ne voulons pas nous lancer dans des pronostics. Mais ce que nous pouvons déjà vous dire c'est regardez bien les résultats dimanche, comparez à ce qui était annoncé (déroute totale pour le PS, raz-de-marée de droite, deux régions au moins pour le FN)... et on en reparle.

    En comptant en anciennes régions (et non en "super" nouvelles), l'on pourrait être assez loin d'une déroute pour le PS au pouvoir de l'ordre de celle de 1992 (seuls le Nord-Pas-de-Calais et le Limousin avaient alors été conservés). D'ores et déjà l'équivalent de 4 ou 5 (Bretagne, Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin, sans doute Corse à moins que les autonomistes ne créent la surprise) sont acquises et c'est l'hypothèse la plus  basse...

    L'on pourrait alors (nous luttons contre nous-mêmes pour ne pas nous lancer dans des pronostics, mais rien à faire ça sort...) observer une sorte de retournement du "à qui profite le crime ?" que nous avions analysé aux municipales ; retournement déjà un peu observé aux départementales où le nombre de départements perdus par la "gauche" n'était déjà pas l'hypothèse la plus haute.

    Dans les régions (Nord-Picardie et PACA) "promises" au Front, où les listes PS se sont retirées, la droite Républicains-UDI devrait remporter la mise car les réserves de voix lepénistes sont à notre avis insuffisantes pour atteindre la barre des 50% (il en faudrait, en se basant sur le nombre de votants au premier tour, plus de 250.000 dans la première et 200.000 dans la seconde or nous pensons que le "plein" a déjà été fait). Mais même en Île-de-France et en Rhône-Alpes-Auvergne, les deux "poumons" économiques de l'Hexagone où elle caracole en tête, c'est loin d'être gagné face à un "peuple de gauche" mobilisé comme jamais (après 3 ans et demi de présidence Hollande calamiteuse) il ne le serait "simplement" face à la droite "classique". Et la seule "super-région" gagnée par le FN pourrait bien n'être aucune des deux "promises" mais plutôt le "Grand Est" Champagne-Alsace-Lorraine où le candidat PS s'est maintenu contre les ordres de Solférino - Florian Philippot, qui conduit la liste, verrait alors sa position "bétonnée" face à sa grande rivale interne, Marion Maréchal.

    Nous avons longtemps dit, en dépit du mantra récité par celle-ci depuis 30 ans ("le FN sert la gauuuche !!"), que la montée du Front National profitait en réalité à la droite ; plus exactement qu'elle était le "dommage collatéral" "malencontreux" d'une droitisation idéologique de la société profitant en premier lieu à la droite "républicaine" "classique" et en second lieu seulement à lui-même, avec d'importants ou du moins assez corrects mécanismes de report de voix au second tour lorsque la liste ou le/la candidat(e) FN, même en se maintenant, n'était pas en mesure de l'emporter ; des victoires assurées en cas d'élimination de la "gauche" etc. etc. Mais la tendance semble à présent se renverser.

    Nous avons dit (en substance) de Nicolas Sarkozy qu'il en avait été, entre 2002 et 2012, avec ses discours écrits par Patrick Buisson (et qui ne semblaient pas déranger outre mesure, à l'époque, ceux que l'on qualifie aujourd'hui de "modérés"/"centristes"), en quelques sorte le "sas" ou le "passeur" entre une société "française" où Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle était un "traumatisme national" et une autre, celle d'aujourd'hui, où la présence du FN en tête de tous les scrutins est devenue la "norme" et ne fait plus bondir personne.

    Mais à présent qu'il a joué ce rôle, les choses semblent désormais se retourner contre lui et sa famille politique (le prétendu "nouvel électeur FN" type est d'abord et avant tout, le plus souvent, un ancien électeur de Sarkozy en 2007 !) et il pourrait bien possiblement vivre ses derniers jours à la tête de l'UMP rebaptisée "Les Républicains" ; tandis que Juppé (élu local qui connaît le terrain), feignant de courber l'échine sous la consigne de "ni-ni", ricane en réalité dans son col de veste en savourant ce qu'il avait prévu et se sait déjà candidat désigné à la présidentielle de 2017 (où il éliminerait très certainement Hollande au premier tour puis écraserait Le Pen au deuxième, seul à droite à pouvoir faire les deux choses de manière aussi certaine).

    Wait and see...

    Pour information...


    [Nous ne ferons pas non plus de longs commentaires, par rapport à cette carte, sur la prétendue corrélation entre affreuse-abominable conscience "identitaire régionaliste" (ou "communautariste), ou au contraire "sentiment français" "assumant l'héritage démocratique national", et vote frontiste...]


    PS - pour celles et ceux qui ont du mal à saisir la différence entre nos défenseurs de "la Républiiiiique" et le FN, voilà de quoi... la comprendre encore moins :


    Latifa Ibn Ziaten huée à l’Assemblée nationale : «C’était très agressif»

    Plusieurs témoins racontent à BuzzFeed que la mère d’une des victimes de Mohamed Merah a été huée lors d’une conférence du groupe socialiste sur la laïcité. Une jeune fille voilée aurait également été «prise à partie».


    Humiliation, porte arrachée : perquisition chez un militant anti-Daech, sa maman handicapée et un bébé


    Des camps pour les Fichés S : Manuel Valls demande l’avis du Conseil d’État

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/12/09/le-gouvernement-envisage-des-centres-de-retention-pour-les-personnes-fichees-s_4827979_3224.html

    La France réfléchit-elle à un Guantanamo pour les «fichés S»?


    [Et puis MàJ importante (septembre 2016) : les révélations du fasciste Eric Zemmour, dans son ouvrage Un quinquennat pour rien, sur l'existence d'une "Opération Ronces" "dans les cartons" des militaires pour un jour reprendre "à l'israélienne" le contrôle de "ces terres devenues étrangères sur notre propre sol" : http://ekladata.com/AZVt7MJr_N1KszhwoU0g696ZfNY@638x204.jpg...]


     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :