• Petite réflexion estivale - sur la nécessité impérieuse de refuser un Parti "français"


    "Toute la supercherie de ta théorie consiste en ce mauvais parallèle historique que tu fais en ce qui concerne la Russie révolutionnaire et la France d'aujourd'hui. Les nombreuses nationalités exploités, opprimées dans leur droits par le tsarisme sont pour toi comparables avec la Bretagne, l'Occitanie et l'Alsace." (extrait d'un mail reçu il y a un bout de temps déjà)


    Eh bien nous dirions même que dans un sens, en "France", C'EST PIRE... L'Empire russe opprimait les nationalités de manière beaucoup plus violente, sanglante, mais n'était pas négateur. C'est justement le concept d'un Empire, où des territoires et des Peuples sont réunis (et opprimés) sous l'égide d'une Couronne, mais sans prétention à constituer un "État-nation" (un peu comme l'Autriche-Hongrie à la même époque... ou le Royaume-Uni et son Commonwealth aujourd'hui !).

    Les Tchétchènes et les Ouzbeks étaient opprimés (par des fonctionnaires russes ou des vendus russifiés locaux), mais personne n'allait leur dire "vous êtes des Russes" (ou alors le phénomène était extrêmement embryonnaire, de même qu'il s'esquissait dans ce qu'il restait de l'Empire ottoman, prélude au turquisme kémaliste qui lui est clairement un clone du "modèle français"). On leur demandait simplement de "respecter" leur "protecteur" qu'était le Tsar...

    L’État français, lui, est fondé depuis 200 ans sur la NÉGATION de sa plurinationalité réelle et sur le discours qu'il n'y a "que des Français en France" (même si pendant un bon bout de temps, il a fallu du boulot et une sacrée répression pour que ça "rentre dans le crâne" d'approximativement 70% de la population d'Hexagone + Corse, et encore aujourd'hui avec les millions de prolétaires issu-e-s de l'"ex" Empire colonial qui forment les "colonies intérieures"). Bien sûr par "que des Français en France" il faut comprendre "que des bons petits soldats du Capital tricolore sur la base d'accumulation première de celui-ci", mais (et c'est là le formidable tour de passe-passe !) la chose a même réussi à être massivement admise comme "progressiste" et "émancipatrice" par toute une frange de la "gauche" et du mouvement ouvrier...

    Mais bon, tout cela pour dire que c'est ainsi que fonctionne, dans l’État français, l'encagement et l'exploitation-oppression deS PeupleS travailleurS : à coup de "vous n'êtes que des Français, citoyens de la République", et non d'un "devoir de fidélité" envers un souverain.

    C'est la raison pour laquelle un Parti "français" ou "de France" est selon nous une voie erronée, qui conduit à la REPRODUCTION de cette négation au service de la domination politique et économique de la région parisienne - siège du Grand Capital - sur nos territoires et populations périphériques (et de la même manière, du "privilège blanc" sur les racisé-e-s !) ; et donc à impossibiliser l'abolition de l'exploitation du Travail par le Capital elle-même. De manière encore plus certaine que dans l'Empire russe où finalement le principe de réalité, c'est-à-dire de Partis nationaux-réels, s'est imposé assez facilement (encore que sans doute assez imparfaitement, et bien que par la suite l'étiquette "soviétique" ait pu servir à "couvrir" une nouvelle domination russe et même une assez forte russification par endroit) puisque l'évidence de la plurinationalité n'avait jamais été vraiment niée même par l'Empire lui-même. [La question ne s'est jamais réellement posée dans l'Empire austro-hongrois, du fait de son éclatement en un multitude d’États dès 1919 ; en revanche elle a pu le faire fortement et même brutalement au Royaume-Uni, avec les velléités de Parti écossais indépendant et indépendantiste de John MacLean vigoureusement combattues par la direction anglaise du CPGB, ou encore dans l’État espagnol.]

    C'est la raison pour laquelle il nous faut sérieusement PENSER la manière dont un "commandement" révolutionnaire unifié peut (certes) se mettre en place face à un commandement bourgeois (certes) unifié (l’État), mais SUR LA BASE et uniquement sur la base de mouvements révolutionnaires organisés qui émanent des "Peuples nationaux" réels, sans oublier (encore et toujours) les Peuples "colonisés intérieurs" "issus de l'immigration", de manière autonome/autocentrée et dans la réappropriation d'eux-mêmes (car qu'est-ce que la révolution, en fin de compte, si ce n'est la réappropriation de soi-même par les travailleurs, les exploité-e-s et les opprimé-e-s de tous les pays).

    Appelons cela "Parti confédéral" ou "fédération de Partis" si l'on veut ; la formule définitive reste à penser collectivement et démocratiquement* ; mais c'est en dernière analyse la seule manière de rompre culturellement et d'en finir avec le "mythe citoyen français" ou encore la "colorblindness" (vis-à-vis des non-Blancs racisés), autrement dit la négation des différences pour mieux maintenir et reproduire les inégalités. Car après tout (sinon) il faudrait peut-être demander un jour, à ceux et celles qui nous opposent cela, pourquoi ils/elles prônent un Parti "du prolétariat" ou "de la classe ouvrière" et non un Parti "des gens", "tous frères humains sauf qu'il serait vraiment temps d'en finir avec l'Argent et la logique du profit qui pourrit la vie à tou-te-s"... Ben oui quoi, c'est quoi ces divisions, ces barrières comme ça entre les gens ?

    Et c'est donc pour ces raisons, après en être arrivés à cette conclusion, qu'il faut désormais oser dire haut et fort notre opposition à tous les "2.0" du grand (et finalement seul et unique) "modèle" du siècle dernier, le PCF avec un grand F ; à toutes ces propositions de nouveau Parti communiste français dont les sections locales "tiendraient compte" (à des degrés divers, selon de la rigidité jacobine de la direction centrale...) des "problématiques, notamment particularistes" de chaque "région". Oser dire clairement aux affirmateurs des réalités nationales (voire carrément aux militant-e-s de luttes de libération) qui "trempent" dans ce genre de chose qu'ils/elles se FOURVOIENT et finiront comme des dindons de la farce (si ce n'est pas comme des traîtres...). Il est impossible (schizophrénique, pour tout dire...) de prétendre défendre les "luttes de libération" et autres "questions nationales" au sein d'une structure FRANÇAISE où toutes les décisions sont prises, tout le "cadre" est fixé à un niveau "central"... français.

    Et si nous restons résolument ouvert-e-s aux militant-e-s sincères et eux/elles-mêmes ouvert-e-s de ce type d'organisations "françaises" ou "de France", nous devons aussi CONTRER impitoyablement les basses manœuvres permanentes de ces directions jacobines qui en préservant LA FRANCE (sous des épaisseurs diverses de maquillage "universaliste", "internationaliste", "y a qu'la classe qui compte" ou "les prolétaires n'ont pas de patrie") préservent le RÂTELIER auquel toute une gigantesque masse petite-bourgeoise et même populaire bouffe ou (du moins) espère (plus ou moins consciemment) bouffer un jour. [Et à ce niveau-là, celles qui avancent masquées sous une "grosse dose" de "tenir compte" et de "soutien" aux "luttes nationales" et décoloniales (mais attention, bien sûr, toujours "bien dans le cadre" d'un projet qui reste un Parti français) ne sont certainement pas les moins dangereuses...]


    * Le PCbUS avait de fait une structure fédérale, de par l'existence d'un Parti communiste pour chacune des Républiques soviétiques fédérées ; toutefois la RSFS de Russie n'avait pas de PC propre, ses communistes étant directement affiliés au Parti "global"... ce qui tendait à signifier que la Russie était en quelque sorte la "norme", la direction "naturelle" de l'Union, et non une simple nationalité parmi les autres (conception s'affirmant - par exemple - en musique dans les paroles de l'hymne soviétique composé en 1943 : "Union indestructible de républiques libres/ réunies pour toujours par la Grande Russie"). Ceci peut être perçu comme un signe annonciateur de l'hégémonisme grand-russe qui (entre autres problématiques) devait corrompre et pourrir de l'intérieur l'expérience socialiste soviétique, tel que le pressentait déjà Lénine peu avant sa mort.

    Plus récent, situé en outre au cœur même de la première puissance impérialiste mondiale, un autre modèle d'"internationalisme domestique" (internationalisme à l'intérieur de et face à un même État capitaliste-impérialiste) qui pourrait nous inspirer serait la Rainbow Coalition (ici en anglais) impulsée par Fred Hampton du Black Panther Party... en imaginant autant de "Young Patriots Organization" ou de "White Panthers" qu'il y a de nationalités "autochtones" réelles dans l’État-"nation" français (refus catégorique de reproduire le centralisme parisien ; refus que les problématiques spécifiques de nos territoires périphérisés et de nos Peuples niés soient simplement "prises en compte" par des organisations hexagonales dirigées depuis le Quartier Latin...). La répression impitoyable déchaînée contre cette coalition par le FBI de J. E. Hoover (programme COINTELPRO) semble devoir suffire à démontrer en tant que telle - a posteriori - la menace ressentie par le système US, non seulement devant le réveil révolutionnaire des minorités raciales pratiquement exclues de l'espèce humaine depuis des siècles mais aussi de voir ce réveil rejoint par des jeunes blancs de classe populaire (et de régions périphériques - Appalaches, Arkansas, Michigan, Nord-Ouest), a priori forgés dans le racisme et le "petit privilège" blanc depuis leur naissance - et non par les habituels fils et filles de bourgeois "libéraux"/"progressistes"... toujours et éternellement aussi paternalistes et "récupérables" à terme.

    Tout ceci sans oublier, bien sûr, les organisations autonomes de genre (femmes, LGBT) pour chacune des composantes de ce vaste mouvement...


    L'on pourra également se procurer et lire ce bouquin de Laurent Lévy (père des adolescentes voilées dont l'"affaire" avait directement conduit à la loi d'apartheid de 2004, et signataire de l'Appel des Indigènes en janvier 2005), "La gauche", les Noirs et les Arabes (chez La Fabrique), et en étendre la logique à nos situations nationalitaires-réelles et périphériques, nonobstant que l'oppression subie soit nettement moins brutale que celle des racisé-e-s, car c'est de manière générale que se pose ce problème d'affirmation de soi (jugée) "intempestive" et "irrationnelle" (cf. la citation en début d'article, ou encore - du même gugusse - "j'imagine le mur auquel tu vas te heurter si tu tente de faire la propagande parmi les ouvriers d'un Parti qui reviendrait à leurs yeux à la création d'un Parti régional"...), voire "manipulée" (non pas, pour le coup, par des "intégristes musulmans" mais peut-être par des "fascistes identitaires"...), et invitée "au mieux" à "se placer sous le parapluie protecteur de la gauche" (ou de l'extrême-gauche, du "Grand Parti" - comme on l'a vu ici - FRANÇAIS et "tenant compte" de nos problématiques).

    De même qu'un Blanc ne peut le faire vis-à-vis de non-Blancs victimes d'un racisme structurel et d'un "indigénat métropolitain" qu'il ne subit pas, ou un homme cishétéro vis-à-vis de femmes ou de LGBTQI, en quoi des gens de Paris, d'Angers, de Lyon ou même de Bretagne ou d'Alsace seraient-ils fondés à décider de ce qui est "intempestif" et "irrationnel" ou pas au bord de la Méditerranée ou aux pieds des Pyrénées ? Voilà, on-ne-peut mieux expliqué, ce qui ne MARCHE PAS en Hexagone depuis des générations et des générations ; et dont la cause est peut-être effectivement à chercher du côté de cette culture dominante "étatiste et élitiste (d'une) République réelle également héritière d’une histoire coloniale (et jacobine-francisatrice !) qui détermine nombre de ses pratiques et des représentations qu’elle contribue à reproduire"...


    Petite réflexion estivale (sur la nécessité impérieuse de refuser un Parti "français")

    Petite réflexion estivale (sur la nécessité impérieuse de refuser un Parti "français")


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :