• [Occitània] Nouvelle organisation


    Es per tot açò que l’Organizacion Democratica del Pòple Occitan (ODPO) es nascuda lo 1er de mai 2018. Es una organizacion qui luta per l’independéncia e lo socialisme e on l’objectiu es la constitucion de la Republica Populara d’Occitània au servici dels interés del pòple. L’ODPO es l’eretièra de la longa luta de resisténcia del pòple occitan cap a la volontat d’assimilacion de l’Estat Francés començada i a 800 ans. Es l’eretièra de nombrosas lutas popularas e lutas menadas per la classa obrèra e tribalhadora en Tèrra d’Òc.

    L'Organisacion Democratica del Pòble Occitan est née ce 1er mai 2018. Elle est une organisation révolutionnaire qui lutte pour l’indépendance et le socialisme, dont l’objectif est la constitution de la République Populaire d’Occitanie au service des intérêts du peuple. L’ODPO est l’héritière de la longue lutte de résistance du peuple occitan face à la volonté d’assimilation de l’État français commencée il y a 800 ans.

    Nous relayons le communiqué de lancement ci-dessous.

    Plus d'infos sur www.odpo.org

    [Occitània] Nouvelle organisation

    L’Occitània n’est pas une invention de l’occitanisme, ni de quelques intellectuels en manque d’occupation. C’est un produit de l’histoire. La communauté ethnique occitane* a une existence objective qui doit être détachée de la désignation d’« Occitanie ».

    -A.Sibé, « Occitanisme politic, rompaduras », p.21

    La conquête de l’Occitanie centrale lors de la croisade de 1209 est notre grande catastrophe nationale mais a marqué la première affirmation proto-nationale occitane. Elle a marqué le début de la fin de notre indépendance politique. Cette  conquête sanglante a été le début de notre soumission politique, économique, culturelle, mentale à l’État français. Elle a permis son apparition en tant qu’État moderne. Elle nous a empêché, à nous occitans, de nous développer librement. Elle a bloqué notre construction et notre épanouissement en tant que nation. Pire, elle a engendré un profond retard économique et social qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Malgré cela, le peuple occitan n’a jamais cessé de lutter et de se défendre avec héroïsme. De la lutte armée contre l’invasion française aux luttes anti-centralistes, en passant par les révoltes hérétiques, les jacqueries jusqu’au maquis du Limousin, au renouveau littéraire, à la création des Calandretas, le cœur de notre peuple est rebelle et insoumis, et il bat toujours !

    La conquête de l’Occitanie n’est pas seulement un fait historique, mais a de nombreuses répercussions au quotidien dans nos vies.

    Les Occitans ne sont pas une minorité nationale mais une nation sans État.

    Il y a bien une Nation occitane. Les Occitans ont tous les traits d’une nation, c’est-à-dire d’une communauté humaine stable, historiquement constituée, née sur la base d’une communauté de langue, de territoire, de vie économique et de formation psychique qui se traduit dans une communauté de culture. La Nation occitane s’est enrichie des apports extérieurs au fil des siècles et cela continue de nos jours. Malgré notre dénationalisation (il y a encore 100 ans tout le peuple parlait occitan) ses traits nationaux existent toujours : la langue continue d’exister et de vivre, la culture occitane est vivante à travers la musique, la danse, la littérature, la cuisine, le sport etc, les patronymes et la toponymie attestent de notre territoire ancien, notre démographie, nos pratiques matrimoniales attestent d’une psyché collective (faible taux de natalité, famille plurinucléaire), des traits socio-économiques sont communs à toute l’Occitanie (désindustrialisation et donc faible classe ouvrière, surreprésentation des petits et moyens paysans, des professions intermédiaires et libérales, fort taux de pauvreté, vieillissement de la population etc.).

    Le Peuple occitan est constitué d’hommes et de femmes nés ici ou venus d’ailleurs. Il est constitué des classes populaires et exploitées, d’ouvriers, d’employés, de petits et moyens paysans, d’étudiants, d’artisans, aussi d’intellectuels, de professions libérales, et de quelques éléments de la bourgeoisie. De par notre position géographique et notre soumission à un État impérialiste notre peuple est multi-ethnique. Les minorités nationales issues des ex-territoires coloniaux français ou de l’immigration ibérique forment avec le Peuple occitan une communauté d’intérêts objectifs : celui de la fin du système politique et idéologique nommé France.

    La désindustrialisation et le sous-développement, la métropolisation et l’héliotropisme font de l’Occitanie une terre où les masses populaires vivent de plus en plus mal. La crise mondiale du système impérialiste avec l’explosion du chômage, la destruction des services publics, la dislocation des liens sociaux rendent encore plus terribles l’augmentation des inégalités sociales, la pauvreté, la misère sociale et culturelle. La pression démographique nord/sud en hexagone, le phénomène de métropolisation directement lié à l’impérialisme aggrave la crise générale. La société occitane est en cours de dislocation, le système capitaliste encourage les instincts les plus vils. Notre terre est devenue la maison de retraite et la zone de bronzage de l’Europe. Nous ne voulons pas de ça, nous voulons la dignité et donc le pouvoir pour les classes travailleuses. Cela passe par l’industrialisation et le contrôle populaire de nos richesses. Les contours géographiques de l’Occitanie sont aussi ceux des classes exploitées ; ils seront ceux de leur libération.

    Nos bases théoriques se trouvent dans le marxisme, le matérialisme et l’histoire du mouvement ouvrier et révolutionnaire.

    Nous nous plaçons dans le mouvement révolutionnaire de libération nationale et sociale du peuple. Notre militance va passer par la mobilisation des masses pour faire croître la conscience nationale et sociale sur le terrain de lutte pour le pouvoir révolutionnaire : le socialisme.

    Notre organisation revendique quatre objectifs avec la ferme intention de les réaliser :

    INDÉPENDANCE, SOCIALISME, RÉUNIFICATION ET RÉOCCITANISATION

    INDÉPENDANCE

    L’indépendance n’est pas un but mais un moyen. Nous nous plaçons dans l’optique de dépasser qualitativement l’occitanisme issu de la seconde guerre mondiale. Cet occitanisme qui a accepté l’idéologie dominante de la bourgeoisie française comme sienne, c’est-à-dire le mensonge quotidiennement répété de l’État-nation France… Cet occitanisme qui s’est mis à la remorque de la gauche française nationaliste et chauvine. Cette soumission nous a mené où nous en sommes, à l’inexistence d’un mouvement occitaniste politique fort et donc à un occitanisme culturel en pleine crise. En crise, car dépendant de la gauche social-démocrate ou du révisionnisme lui-même moribond. Cette gauche (qui va jusqu’à l’extrême gauche) n’a jamais réussi à faire de rupture avec l’idéologie dominante. Aucun mouvement ne parle du droit à l’indépendance des nombreuses nations dominées de l’État français , ou sinon de manière sélective.

    Face à cela nous devons assumer et porter un projet de rupture qui ne peut passer que par l’affirmation de la souveraineté nationale. Cette rupture idéologique centrale est une nécessité face au terrorisme intellectuel qui veut faire de nous des nationalistes de domination. Seul un État indépendant de la France impérialiste pourra assurer notre libre développement. Cet État nous le voyons comme le défenseur de la souveraineté populaire et nationale. Nous le voyons comme l’instrument au service de la classe ouvrière et des classes dominées, au service du socialisme et de la renationalisation de l’Occitanie.

    Nous défendrons la légitimité historique et politique d’un État national.

    SOCIALISME

    L’État indépendant ne peut avoir comme base que le système socialiste. Le socialisme est la socialisation (la mise en commun) de tous les outils de production. C’est le moment où le peuple se saisit des biens de la bourgeoisie impérialiste et commence à détruire le système capitaliste. C’est dans cette période que le peuple saisit les grands médias, les banques, les grandes surfaces, les entreprises monopolistiques, etc. Nous mettons en place une économie faîte pour les besoins du peuple, nous supprimons le salariat, nous développons le plus possible le système de troc planifié. C’est une réorganisation totale de la société sur de nouvelles bases. C’est donc aussi une révolution culturelle : notre façon de penser, notre vision de la vie évolue lors de cet immense moment de bouleversement.

    L’État socialiste et la mobilisation populaire révolutionnaire va nous donner les moyens de vaincre le patriarcat et de mener une véritable politique féministe. De même, nous allons par la planification assurer le contrôle de nos ressources et de notre biosphère, seule condition pour régler la crise écologique.

    RÉUNIFICATION ET UNITÉ

    Nous luttons pour la réunification des occitans des États français, espagnols, italiens dans le même territoire. Pour cela nos frères et sœurs du val d’Aran et des Valadas peuvent créer et organiser notre organisation sur leur territoire.

    Nous luttons pour l’unité de l’Occitanie dans sa pluralité. Contrairement aux sécessionnistes linguistiques (dont la résurgence passagère est due à la crise actuelle de l’occitanisme), les occitanistes sont les vrais défenseurs des gascons, provençaux, limousins, auvergnats, languedociens. La division est toujours l’apanage de ceux qui nous dominent pour mieux nous asservir. C’est la Conquête qui a empêcher l’unification nationale et créé la division en province/région française. Nous luttons aussi contre la concentration autour de l’axe Toulouse-Montpellier que certains occitanistes voudraient imposer au mouvement. Nous devons comme partout soutenir le centralisme démocratique. Il faut un mouvement uni émergeant de la base et non concentré.

    RÉOCCITANISATION

    La domination de l’Occitanie commencée avec notre conquête il y a environ 800 ans continue au quotidien avec la politique de l’État impérialiste français. Notre lutte se situe contre la politique objective de déracinement, de domination, d’assimilation que les États conquérants (français, espagnol, italien) ont planifiée, contre l’ethnocide de la communauté occitanophone. Contre la substitution et la disparition systématique de l’occitan nous militons pour la ré-occitanisation de l’Occitanie entière pour que notre peuple soit à nouveau libre et conscient.

    Programme minimum pour une République populaire occitane.

    1. Mise en place d’un État indépendant : la République populaire occitane, un État fédéral et socialiste sous la forme d’une démocratie populaire. À tous les niveaux (central, régional, communal, de zone, d’unité productive, d’entreprise, d’école, d’institution, etc.) tout le pouvoir (législatif, exécutif, judiciaire, économique, militaire, de police, culturel, d’instruction, etc.) appartient à une unique Amassada (assemblée) composé de Jurats (délégués) élus et révocables à tout moment et sans exception par leurs électeurs. Chaque Amassada nommera et révoquera ses organes de travail.

    2. Démantèlement des monopoles impérialistes (Dassault, Carrefour, Renault, Danone, Total, Areva, etc). Réorganisation de la production dans l’idée de fournir un travail à toutes et tous. Industrialisation de l’Occitanie pour subvenir à nos besoins matériels, dans le sens de produire ce qu’on a besoin. Planification nationale de l’utilisation des ressources, de l’entretien et de la création des ressources naturelles, de la production de chaque unité productive, de la répartition des produits et des échanges avec les autres pays.

    3. Collectivisation de la grande propriété foncière agricole, saisie et répartition des logements vacants, secondaires et de ceux de la bourgeoisie. Garantie pour chaque foyer d’avoir un logement, baisse forte et plafonnement des loyers par rapport au salaire. Annulation des dettes des classes populaires, des petits et moyens paysans.

    4.  Ré-orientation de l’agriculture vers une production de proximité et saine. Développement d’une vie sociale et de la production en harmonie avec la biosphère. Régulation et réduction de la production de viande, développement de l’élevage extensif et réduction de l’élevage intensif. Reconsidération de la place des animaux et augmentation de leurs droits. Interdiction de la fracturation hydraulique ou autre technique portant atteinte à la santé de l’humain et à l’intégrité sur le long terme de son environnement. Gestion durable de l’usage de l’eau potable ; arrêt de son usage dans les opérations industrielles.

    5. Mise en place du processus de dé-métropolisation, visant sur le long terme à mettre fin à la division ville/campagne. Développement des transports pour avoir un réseau équilibré entre ville et campagne. Développement des zones rurales (niveau économique, social, culturel).

    6. Démantèlement de l’armée, de la police et de la justice. Remplacement de ces instruments par des organismes populaires contrôlés par les assemblées. Rupture avec toutes les instances supranationales (OTAN, UE, ONU, FMI, etc.)

    7. Développement des services publics : transports, santé, éducation, culture… Gratuité des services publics. Mobilisation pour élever le niveau culturel des masses. Mobilisation des masses afin de les former politiquement à la gestion et à la défense de la république.

    8.  Re-nationalisation de l’Occitània. Politique de mobilisation des masses autour de la langue et de la culture occitane. Obligation d’apprendre l’occitan à l’école. Encouragement à la création en occitan. Re-nationalisation des patronymes, des noms de villes et de lieux. Officialisation des langues des peuples sans État (langues roms, tamazight…) et du poitevin saintongeais. Autonomie politique culturelle en faveur des minorités nationales (issues des ex-colonies françaises, portugaise, juive etc).

    9. Lutte contre le patriarcat. Congé rémunéré pour maternité, paternité et soin des enfants. Lutte contre les violences faîtes aux femmes ( obstétricales, sexuelles etc.). Mobilisation pour l’éducation anti sexiste des hommes et des femmes. Protection et droits accrus pour les enfants. Lutte contre l’homophobie et la transphobie, respect et affirmation des droits LGBT.

    10.  Démantèlement du nucléaire. Politique pour baisser notre consommation d’énergie. Priorisation de la recherche de nouvelles technologies liées a la production et aux économies d’énergies. Déconcentration de la production d’énergie via le développement de sources renouvelables localisées et adaptées à l’endroit, comme le micro-hydroélectrique ou la géothermie.

    11. Politique internationaliste active en soutien aux luttes révolutionnaires et anti-impérialistes dans le monde. 


      Plus d'informations sur www.odpo.org

    OC  -> 

    L’Occitània n’est pas une invention de l’occitanisme, ni de quelques intellectuels en manque d’occupation. C’est un produit de l’histoire. La communauté ethnique occitane a une existence objective qui doit être détachée de la désignation d’« Occitanie ».

    -A.Sibé, « Occitanisme politic, rompaduras », p.21

    La conquista de l’Occitania centrau au parat de la crotzada de 1209 qu’ei la nosta gran catastròfa nacionau mes que marquè la purmèra affirmacion proto-nationau occitana. Que marquè lo debut de la fin de la nosta independéncia politica. Aquera conquista sangnosa qu’estó lo debut de la nosta sosmetuda politica, economica, culturau, mentau a l’Estat francés. Que permetó la soa apparicion come Estat modèrne. Que’ns hasó empach, a nosauts occitans e occitanas, au noste desvolopament libre. Que bloquè la nosta construccion e la nosta espelida com nacion. Pire, que creè un retard economic e sociau pregond qui’s persegueish uei lo dia. A maugrat d’aquò, lo pòple occitan ne s’ei pas jamei estancat de lutar e de defenè’s dab eroïsme. De la luta armada contre l’invasion francesa dinc a las lutas anti-centralistas, en passant per las susmautas ereticas, las jacmerias dinc au maquis deu Lemosin, a la renaishença literària, a la creaccion de las Calandretas, lo còr deu noste pòple qu’ei rebèlle e insosmetut, e be bat tostemps !

    La conquista de l’Occitania n’ei pas shens que un hèit istoric, mes qu’a numerosas repercussions tot dia en la nosta vita.

    Los occitans ne son pas une minoritat nationau mes ua nacion shens estat.

    Que i a ua nacion occitana. Los occitans qu’an tots los trèits d’ua nacion, qu’ei a diser d’ua comunautat umana establa, istoricament constituida, vaduda sus la basa d’ua comunautat de langue, de territoire, de vie économique et de formation psychique qui se traduit dans une communautat de cultura. La nacion occitana que s’ei enriquesida deus appòrts exteriors au briu deus ans e açò que contunha uei. A maugrat de la denacionalizacion (100 ans a tot lo pòple parlava occitan) los trèits nacionaus qu’existeishen enqüèra : la lenga que contunha d’existir e de viver, la cultura occitana qu’ei viu a truvers la musica, la dança, la literatura, la cosina, l’ esport etc. Los patronimes e la toponimia que muishan l’ancienetat deu noste territòria, la demografia, las practicas matrimoniaus qu’atestan d’ua psique colectiva (fèble taus de vaduda, familhas pluri-nucleàrias), trèits socio-economics que son comuns a tota l’Occitania (desindustrializacion e donc fèbla classa obrèra, suberrepresentacion de lapetita e mejana paisaneria, de las professions intermediàrias et liberaus, un hòrt taus de praubèr, envielhidade la populacion, etc).

    Lo pòple occitan qu’ei constituit de hemnas e d’òmis vaduts açi o vienuts d’aulhors. Qu’ei composat de classas popularas e espleitadas, d’obrèrs, d’emplegats, de petits e mejans paisans, d’estudiants, d’artesans, d’intelectuaus tanben, professions liberaus, e de quauques elements de la borguesia. Pr’amor de la nosta posicion geografica e de la sosmetuda a un Estat imperialiste, lo pòple qu’ei multi-ethnic. Las minoritats nationaus vadudas de las ex-colonias francesas o de l’immigracion iberica que fòrman dab lo pòple occitan ua comunautat d’interés objectius : la de la fin deu sistèmi politic e ideologic aperat « França ».

    La desindustrializacion e lo maudesvolopament, la metropolizacion e l’eliotropisme que hèn de l’Occitania ua tèrra on las massas popularas que viven mei anar mei mau. La crisi mondiau deu sistemi imperialiste dab l’explosion deu caumatge, la destruccion deus servicis publics, la dislocacion deus ligams sociaus que hèn tarriblas l’augmentacion de las inegalitats sociaus, lo praubèr, la misèra sociau e culturau. La pression demografica nòrd/sud en exagòne, lo fenomène de metropolisacion directament ligada a l’imperialisme qu’agrava la crisi generau. La societat occitana qu’ei en cors de dislocacion, lo sistèmi capitaliste qu’encoratge los instincts deus mespresius. La nosta tèrra qu’ei vaduda la maison de retirada e la zòna de bronzatge de l’Euròpa. Ne volem pas d’aquò, que volem la dignitat e donc lo poder entà las classas tribalhairas. Aquò que passa per l’industrializacion e lo contre-ròtle popular de las nostas riquessas. Los contorns geografics de l’Occitania que son tanben los de las classas espleitadas ; que seràn los de la loa liberacion.

    Las nostas basas teoricas que’s tròban en lo marxisme, le matérialisme et l’histoire du mouvement ouvrier et révolutionnaire.

    Que’ns plaçam en lo moviment revolucionari de liberacion nacionau e sociau deu pòple. La nosta militança que va passar per la mobilisacion de las massas entà har créisher la consciença nacionau e sociau suu terrenh de luta entau poder revolucionari : lo socialisme.

    La nosta organizacion que revendica quate objectius dab l’intencion de realizar-las.

    INDEPENDENCIA, SOCIALISME, REUNIFICACION E REOCCITANIZACION

    INDEPENDENCIA 

    L’independéncia n’ei pas un but mes un mejan. Que volem despassar qualitativement l’occitanisme gesit après la dusau guèrra mondiau. Aqueth occitanisme qui a acceptat l’ideologia dominanta de la borguesia francesa, qu’ei a díser la mensonja de tot dia repetada de l’Estat-nacion France… Aqueth occitanisme qui s’ei hicat a la remòrca de l’esquèrra francesa nationalista e patriotèra. Aquera sosmetuda que ns’a miats on n’èm, a l’inexistença d’un moviment occitaniste poilticament hòrt e donc a un occitanisme culturau en crisi.. En crisi, pr’amor qu’ei dependent de l’esquèrra socio-democrata o deu revisionisme. Aquera esquèrra (qui va dinc a l’esquèrra estrema) ne s’i escad pas jamei a har rompedurasdab l’ideologia dominanta. Nat moviment parla deu dret à l’independença de las numerosas nombreuses nacions dominadas de l’Estat frances , o lavetz de manera selectiva.

    Cap ad açò que debem assumir e portar un projècte de rompeduras qui ne pòt pas passar que per l’afirmacion de la sobiranitat nacionau. Aquera rompedura ideologica centrau qu’ei

    ua necessitat cap au terrorisme intelectuau qui vòu har de nos nacionalistes de dominacion.. Sol un Estat independent de la França imperialista que’ns poderà assurar d’un desvolopament libre.. Aqueth Estat que’u com lo defensor de la sobiranitat populara e nacionau. Que’u vedem com l’instrument au servici de la classa obrèra e de las classas dominanadas, au servici deu socialisme e de l’arrenacionalizacion de l’Occitania.

    Que defeneram la legitimitat istorica e politica d’un estat nacionau.

    SOCIALISME

    L’Estat independent que dèu aver com basa lo sistèmi socialiste. Lo socialisme qu’ei la socializacion (la mesa en comun) de tots los utís de produccion. Qu’ei lo moment on lo pòple e gaha los bens de la borguesia imperialista e comença a destrusir lo sistèmi capitaliste. Qu’ei en aqueth periòde que lo pòple e gaha los grans mediàs, las bancas, las grans susfàcias, las enterpresas monopolisticas, etc. Que hicam en plaça ua economia hèita e taus besonhs deu pòple ; que suprimim lo salariat, que desvolopam lo mei possible lo sistèmi de tròc adiat. Qu’ei ua reorganizacion totau de la societatsus navèras basas. Qu’ei donc tanben ua revolucion culturau : la nosta faiçon de pensar, la nosta vision de la vita qu’evolua au parat d’aqueth imense moment de cambiament.

    L’Estat socialiste e la mobilisacion populara revolucionària que’ns va balhar los mejans de vincer lo patriarcat e de miar ua vertadera politica feminista. Per la planification que vam tanben assegurar lo coontra-ròtle de las ressorgas e de la bioesfèra, unica condicion entà reglar la crisi ecologia.

    REUNIFICACION E UNITAT

    Que lutam per la reunificacion deus occitans deus Estats francés, espanhòue italian en lo medish territòri.Entad açò los hrairs e sòrs de la Val d’Aran e de las Valadas que pòden crear e desvolopar l’organizacion suu noste territòri.

    Que lutam entà l’unitat de l’Occitania en sa pluralitat. Au contre deus secessionistes linguistics (qui tornan en pr’amor de la crisi de l’occitanisme), los occitanistes que son los vertadèrs defensors deus gascons, provençaus, lemosins, auvernhats e lengadocians. La division qu’ei tostemps l’apanatge deus qui’ns dominan. Qu’ei la Conquèsta qui a hèit empach a l’unificacion nationau e crear la division en provincia/region francesa. Que lutam tanben contra la concentracion a l’entorn de l’axe Tolosa-Montpelhier que daubuns e volerén impausar au moviment occitaniste. Que debem sostiéner lo centralisme democratic. Que cau un moviment unit e non concentrat.

    REOCCITANIZACION

    La dominacion de l’Occitania commençada dab la conquèsta 800 ans a, que contunha dia per dia dab la politica de l’Estat imperialiste francés. La nosta luta qu’ei contre la politica objectiva de desrasigament, de dominacion, d’assimilacion que los Estats (français, espagnol, italien) an planificat, contre l’etnocide de la comunautat occitanofòna. Contre la substitucion e la disparicion sistematica de l’occitan que lutam per la ré-occitanizacion de l’Occitania sancèra entà que lo noste pòple sia libre e conscient.

     

    * Comme nous nous attendons - mais avec délectation en réalité... on se PIRise LOL ! - aux grands cris et réactions outrées par rapport à cette notion de "communauté ethnique", voici la définition du Peuple occitan donnée par Alan Sibé lui-même dans son ouvrage :

    [Occitània] Nouvelle organisation


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :