• Nouveaux communiqués de l'organisation communiste ukrainienne Borotba

    Communiqué n°4 de l'union “Borotba” et du Centre de Résistance Antifasciste 

     http://borotba.org/communique_4_of_the_borotba_union_and_centre_of_anti-fascist_resistance.html

    Le gouvernement des ultralibéraux et des nazis 

    small bg iwqnxsiizuq jpg 1 jpg 1Notre pays va faire face à une dure crise économique - clairement, il est au bord de l'effondrement économique total, de l'hyperinflation et de la paupérisation de masse. Dans ces circonstances, la classe dominante va miser sur les paramilitaires nazis en leur désignant comme une sorte de bouc émissaire les ‘moskali’ (terme péjoratif pour les Russes) et les ‘titushki’ (terme péjoratif pour les partisans de l'ancien gouvernement). Par conséquent, les ‘patriotes’ vont déchaîner une guerre totale contre ceux-ci. C'est pourquoi la lutte antifasciste doit être la première des tâches aujourd'hui.

    Récemment, le nouveau gouvernement a été présenté en Ukraine. À sa tête, le Premier ministre Iatseniouk l'a qualifié lui-même de "gouvernement kamikaze". Il restera en place jusqu'aux élections prévues pour le 25 mai. Il va simplement accepter les conditions prédatrices du FMI et immédiatement tomber victime du crash économique qui s'ensuivra. C'est une bonne raison pour que les figures-clés de l'opposition libérale-nationaliste n'entrent pas dans ce gouvernement. Cependant, comme nous l'avons déjà dit, ce gouvernement "kamikaze" est déjà totalement sous contrôle de la coalition des ultra-libéraux et des néo-nazis. Les postes de Vice-Premier ministre et un ministère ont été donné à des membres de "Svoboda" (Sych et Mochnyk). "Mieux" encore, S. Kvit, nazi assumé et ancien cadre de l'organisation nazie "Trident de Stepan Bandera" a obtenu le Ministère de l’Éducation... Lorsqu'il était à la tête de l'Académie de Kiev-Mohyla, il était cordialement détesté par tous les étudiants progressistes. Le poste de directeur adjoint du Conseil de Sécurité et de Défense Nationale a été confié au leader de l'ultranationaliste "Secteur Droit" (Pravy Sektor), A. Yarosh.

    ukraine 0220Le régime putschiste a révélé son caractère autoritaire et semi-fasciste. Des lois d'interdiction des activités du Parti communiste ont récemment été proposées au Parlement.

    Et encore plus probablement, une telle interdiction serait une couverture légale pour les activités criminelles des gangs néo-nazis, voués à tuer des communistes et à déchaîner des pogroms. Le Président de fait A. Turchynov a convoqué les journalistes et leur a indiqué la manière de couvrir ‘correctement’ les évènements. Les journalistes déloyaux au nouveau pouvoir reçoivent des menaces des gangs néo-nazis.

    Des militants armés du Secteur Droit et d'autres gangs nazis ont déferlé sur les régions du sud-est de l'Ukraine. Ils cherchent à y prendre le pouvoir par la violence, contre la volonté de la majorité de la population.

    Des provocations ont aussi eu lieu en Crimée. Nous avons vu une mobilisation de nationalistes tatars et d'islamistes radicaux[1]. Dans le même temps, des organisations nationalistes russes se préparent à déclarer le rattachement de la Crimée à la Russie. Des personnes non-identifiées se sont emparées du Parlement criméen[2]. Nous sommes convaincus que la grande majorité des Criméens sont suffisamment raisonnables et peuvent efficacement organiser la résistance aux envahisseurs fascistes [nationalistes ukrainiens] sans pour autant marcher dans les provocations et transformer la péninsule de Crimée en zone de violences ethniques.

    Par conséquent, dans ce contexte de mobilisation de masse, les activistes de ‘Borotba’ et du Centre de Résistance Antifasciste posent les mots d'ordre suivants :

    - Ne pas défendre l'ancien régime déchu mais construire l'auto-organisation populaire.

    - Ne pas attiser les conflits ethniques et linguistiques mais défendre les valeurs de l'internationalisme et de l'amitié entre les peuples.

    - L'unique solution à la crise engendrée par les oligarques, les officiels et les politiciens est de créer une société socialiste.

    Suite à l'annonce de la mobilisation antifasciste, nous avons reçu des centaines de lettres nous offrant assistance et participation active. Notre centre ne pourra hélas répondre à tout le monde en même temps, mais nous contacterons tout le monde et essayerons d'impliquer tout le monde dans notre cause commune.

    Aujourd'hui nos camarades dans toute l'Ukraine mènent l'agitation par les moyens tactiques de l'action clandestine : inscriptions sur les murs, tracts, affiches etc. Nous enverrons à toutes les personnes souhaitant nous aider tout le nécessaire pour mener l'agitation.

    Rejoignez la Lutte !

          Pays-de-l-Est 0110Pays-de-l-Est 0141



    Déclaration de ‘Borotba’ sur la récente campagne de diffamation contre les antifascistes en Ukraine

    http://borotba.org/statement_of_the_union_borotba_over_recent_smear_campaign_against_anti-fascists_in_ukraine.html

    Ainsi, nous y voilà encore une fois. Les vieilles disputes dépassées se poursuivent en Ukraine malgré l'effondrement en cours du pays. Deux de ce qu'il faut bien appeler des sectes marginales "de gauche" en Ukraine, alors que le coup d’État fasciste et la terreur d'extrême-droite font rage dans les rues, tentent d'attaquer les forces de gauche et les organisations de la résistance antifasciste [NDLR en effet... et nous qui croyions que c'était une attitude typiquement "française" !] : http://avtonomia.net/2014/03/03/statement-left-anarchist-organizations-borotba-organization [ici en français : http://tendanceclaire.npa.free.fr/contenu/autre/contre-borotba.pdf]

    Ce n'est pas la première fois et les chiens peuvent bien aboyer, la caravane passe.

    En dépit de l'inconsistance de cette déclaration contre ‘Borotba’, nous devons éclaircir certains faits. L'affirmation que "Borotba ne fait pas partie de notre mouvement" est vraie par certains aspects. Nous ne faisons pas partie de leur mouvement qui a tenté de collaborer avec les forces nazies et d'extrême-droite qui dominaient le mouvement EuroMaidan. Nous ne faisons pas partie d'un mouvement qui - comme toutes ces petites sectes - a tenté de dissimuler ses idées "de gauche" à EuroMaidan et en réalité, n'a fait qu'aider à mettre au pouvoir des nazis et rien d'autre qu'une autre clique d'oligarques acceptant les recommandations du FMI et les mesures d'austérité.

    borotba antifascistNous ne faisons pas partie d'un mouvement aujourd'hui à la remorque de sentiments cléricaux, conservateurs et réactionnaires. Les signataires de la déclaration-diffamation prétendent être anti-conservatrices tout en appuyant en même temps la protestation nationaliste, cléricale et antisémite d'EuroMaidan. Certains ont carrément donné dans l'intoxication patriotique, prêts à s'enrôler dans l'armée et ainsi à défendre la junte nazie et ses oligarques[3]. Nous sommes tout juste 100 ans après le début de la Première Guerre mondiale, et nous nous retrouvons encore une fois dans la même situation[4].

    Nous ne faisons pas partie d'un mouvement qui prend position en fonction des directives données par les ONG. Nous ne faisons pas partie d'un mouvement qui tente de dissimuler les symboles de gauche et les mots d'ordre sociaux dans la situation actuelle. Nous ne faisons pas partie d'un mouvement qui verse dans l'hystérie patriotique et nationaliste qui submerge le pays. Nous ne faisons pas partie d'un mouvement qui défend un coup d’État au profit de nazis, d'oligarques et du FMI. Nous ne faisons pas partie d'un mouvement qui essaye de diminuer le rôle des nazis à EuroMaidan ou carrément de les effacer des images alors que même les médias mainstream occidentaux montrent les paramilitaires d'extrême-droite sillonnant les rues :

    http://www.bbc.com/news/world-europe-26394980

    http://www.bbc.com/news/world-europe-26398112

    En bref, nous ne faisons pas partie d'un mouvement qui n'a rien en commun avec l'identité de gauche et antifasciste. Pour autant, nous sommes et avons toujours été une organisation de gauche et antifasciste. Nous rejetons tout autant l'ancien régime de Ianoukovitch que le nouveau gouvernement d'extrême-droite. Nous rejetons les interférences russes et occidentales dans les affaires de l'Ukraine au même titre que l'intoxication militariste patriotique répandue par le nouveau gouvernement.

    pictureNous campons fermement sur nos positions de gauche, sous les attaques des boneheads, des nationalistes d'extrême-droite du "Secteur Droit" et des paramilitaires de Svoboda. Notre local à Kiev a récemment été pillé et dévasté. Nos membres sont victimes de la violence d'extrême-droite. Des militant-e-s de ‘Borotba’ sont obligé-e-s de se cacher pour poursuivre leur lutte antifasciste. Dans une telle situation, les communiqués diffamatoires ont des relents de délation au service de l'extrême-droite.

    Sur les récents éléments de Kharkiv [ville de l'Est du pays] (1er mars 2014), nous devons aussi éclaircir les faits suivants. Il y avait un rassemblement de masse de différentes forces opposées à EuroMaidan. Les gens ont décidé de libérer l'immeuble de l'administration régionale occupé depuis quelques temps par des partisans d'EuroMaidan. Après des négociations, la grande majorité d'entre eux a accepté de quitter le bâtiment. Certains militants, pour la plupart du "Secteur Droit" mais aussi quelques libéraux, ont refusé d'obéir à la décision de la majorité des EuroMaidans et décidé de rester à l'intérieur. Les militant-e-s de ‘Borotba’ ont participé au rassemblement de masse devant l'immeuble, en menant l'agitation sur une base antifasciste et internationaliste, ce qui leur a valu les critiques de certains pro-russes présents. Le rassemblement s'est rué à l'assaut de l'immeuble après que quelqu'un ait lancé une grenade assourdissante dans la foule. Celle-ci a alors fait irruption à l'intérieur et capturé les militants du "Secteur Droit" et les quelques libéraux restés avec eux (dont le poète Serhiy Zhadan). Ont alors suivi des tentatives de lynchage par la foule surexcitée. Les militant-e-s de ‘Borotba’ ont tenté d'empêcher par tous les moyens le lynchage des EuroMaidans capturés. Ainsi, les accusations contre ‘Borotba’ sont non seulement dénuées de fondement mais aussi d'une hypocrisie totale, de la part de ceux qui ont tenté d'ignorer les lynchages d'opposants régulièrement pratiqués par les partisans d'extrême-droite d'EuroMaidan à Kiev et dans d'autres villes. Toutes les accusations contre Borotba ne sont que pure calomnie de la part d'une poignée de groupuscules et d'individus pro-nationalistes.

    Nous suivons fermement une ligne internationaliste, antifasciste et de classe comme notre position de base. Nous sommes aussi bien contre le nationalisme russe que contre son congénère ukrainien, qui ne servent l’un comme l’autre qu'à diviser les travailleurs et à faciliter le pillage du pays. Nous ne soutenons pas plus les organisations nationalistes russes que les ukrainiennes. Toute la campagne de diffamation contre notre organisation, menée par les groupes d'extrême-droite et reprise par de soi-disant groupes "de gauche", ne nous empêchera pas d'organiser la résistance antifasciste.

    No Pasaran ! 

    Ni dieux, ni maîtres, ni nations ni frontières ! 

    Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! 

    913932 157024127827019 1792219028 o

    Et nous ajouterions volontiers : À bas le gaucho-opportunisme, surtout quand il vient donner des leçons ! 

    L'Ukraine, nous l'avons déjà dit, semble malheureusement s'acheminer vers un scénario à la yougoslave-années-1990, c'est-à-dire un "billard à trois bandes" : les "cosaques" et autres nationalistes pro-russes dans le rôle des néo-tchetniks serbes, les nationalistes néo-nazis "ruthènes" de l'Ouest dans le rôle des néo-oustachis croates (avec leurs "alliés"-cocus musulmans tatars, chargés d'aller au casse-pipe en Crimée)... et entre les deux, les antifascistes et anti-nationalistes dont SEULS les plus DROITS DANS LEURS BOTTES parviendront à traverser la tempête qui s'annonce et à incarner le chemin de l'avenir ; comme le Partija Rada en Yougoslavie à l’époque !

    Que le souffle de Lénine se réveille, face à des chauvinismes ukrainiens et russes devenus fous !

    1926933 689723254383988 865436437 n1888658 672452589477767 1299474021 n

    [1] SLP précise que quelle que soit l'idéologie des représentants de cette communauté, nous sommes avant tout très inquiets de son sort possible, en tant que minorité musulmane de l'ordre de 12% de la population parmi une ultra-majorité nationaliste russe-orthodoxe.

    [2] Nous ignorons la date exacte de ce communiqué, mais l’on sait désormais qu'il s'agissait de nationalistes russes "cosaques" et "rattachistes" qui ont d'ailleurs hissé le drapeau russe sur le toit du bâtiment, précédant de quelques heures l'invasion militaire de Moscou.

    [3] Le NPA a donné la parole le mois dernier à ses cousins de l'"Opposition de Gauche" trotskyste, sur leur ligne internationale classique d'angélisme total vis-à-vis des oppositions au régimes despotiques pro-russes (cf. Syrie etc.), comme si n'existait pas aussi un bloc impérialiste "atlantique" et des expansionnismes locaux (saoudien-qatari-turc et maintenant polonais voire roumain) prêts à cautionner les pires saloperies réactionnaires (égorgeurs djihadistes et maintenant néo-nazis) pour transformer la légitime contestation en guerre de conquête à leur profit. Certes, et personne ne va le nier (ni nous ni Borotba ni même la déclaration des organisations russes communistes et de gauche), il y avait sur la place Maidan des aspirations sincèrement démocratiques et sociales, le régime Ianoukovitch (de droite, oligarcho-mafieux, bref "à la Poutine") n'étant ni l'un l'autre... Mais à un moment donné, il faut comprendre le concept d'hégémonie et lorsque l'hégémonie est réactionnaire et fasciste, il faut en tirer les conclusions qui s'imposent : on peut continuer à soutenir les aspirations populaires mais alors, pour clairement les arracher (au moins en partie) aux griffes des fascistes et de la pire droite (cf. notre position sur les "Bonnets rouges" bretons), pas en faisant comme si de rien n'était, en minimisant les forces réactionnaire et/ou en dissimulant son identité révolutionnaire en espérant que le "déclic" se fasse tout seul dans les masses. Nous-mêmes avons publié un entretien avec des antifascistes anarchistes présents sur Maidan et, si nous n'avons pas tilté sur le moment, le fait de dire tranquillement comme si de rien n'était que les nationalistes/nazis représentent "environ 30% des manifestants" nous semble assez hallucinant...

    [4] Borotba fait certainement allusion là à "l'Union sacrée" d'une grande partie de la gauche radicale de l'époque avec le militarisme impérialiste. Dans l'Empire russe, la guerre contre l'Allemagne et l'Autriche fut soutenue par une grande partie des anarchistes, des socialistes-révolutionnaires, des menchéviks et autres "populistes", Pierre Kropotkine en tête.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :