• L'"affaire" du Salon de l'Agriculture résumée en deux phrases


    Lorsque les enseignes de la grande distribution et les grands groupes capitalistes de l'agro-alimentaire gagnent (autrement dit lorsque VOUS PAYEZ pour remplir votre assiette) 100 euros...

    L'"affaire" du Salon de l'Agriculture résumée en deux phrases

    ... les petits producteurs agricoles en gagnent 8 !

    L'"affaire" du Salon de l'Agriculture résumée en deux phrasesL'"affaire" du Salon de l'Agriculture résumée en deux phrases

    L'"affaire" du Salon de l'Agriculture résumée en deux phrases   vs    L'"affaire" du Salon de l'Agriculture résumée en deux phrases

    Tout ceci (de surcroît) dans une logique ultra-productiviste qui veut qu'au jour d'aujourd'hui, dans nos pays occidentaux, près de la moitié de ces produits alimentaires qui coûtent si cher (et tant d'effort) à produire que le gain du producteur n'excède souvent pas 800 euros mensuels pour 300 heures de travail (sans parler de l'impact environnemental etc. etc.) terminent à la poubelle invendus (des poubelles que les enseignes de distribution... cadenassent où aspergent de soude caustique pour éviter que les pauvres ne viennent y récupérer de quoi se nourrir ! - le capitalisme préfère toujours jeter que de distribuer gratuitement ou à prix modique aux personnes qui en ont besoin...).

    Y a-t-il grand-chose à ajouter... sinon que nous avons là une catégorie populaire certes peu nombreuse (1 million de personnes vivent de l'agriculture en Hexagone, dont une minorité de businessmen aisés et une immense majorité de galériens) qui doit être gagnée à la cause de révolution, et non laissée aux mains du populisme FN (pour lequel d'ailleurs, encore à ce jour et selon toutes les études... elle vote nettement moins que la sacro-sainte "classouvrière" des marxistes de bibliothèque) !!

    La difficulté (dont nous sommes parfaitement conscients) est que cela implique une "autre" agriculture "raisonnée", "régulée", planifiée et que cela peut-être difficile à faire entendre par de gens habitués à travailler seuls (ou avec leurs conjoints), "libres" et "sans qu'on vienne les emmerder", jaloux de leur "indépendance" et du "fruit de leur travail", et bien sûr nourris (mais plus que les autres ?) de propagande anticommuniste peuplée de "pauvres paysans expropriés" et "réduits à la famine par le totalitarisme marxiste"...

    Des personnes qui (pour leur immense majorité) font incontestablement partie du Peuple travailleur (c'est-à-dire des personnes tirant exclusivement leurs revenus de l'emploi - par elles-mêmes ou par un employeur qui les salarie - de leur propre force de travail et non de celle d'autrui, abstraction faite des miettes de surprofits de l'exploitation du "Tiers Monde" dont la position impérialiste de l’État français permet à pratiquement tout le monde - sur son sol - de bénéficier) ; dont la dépréciation est traditionnellement dévolue à l'aile gauche (typiquement "Charlie" !) de la pensée dominante, qui s'évertue à les faire passer pour des gros beaufs arriérés et racistes, sexistes, incultes, alcooliques, pollueurs et massacreurs de pauvres bêtes ; et qui doivent comprendre (ce qu'ils ont peut-être déjà commencé à faire avec l'attaque du stand de Charal...) que leur ennemi principal n'est pas "la règlementation" ou "les charges", ces concepts poujadistes creux qui veulent tout dire et rien du tout, mais bien la LOGIQUE CAPITALISTE dont ils sont prisonniers comme nous le sommes tou-te-s.

    L'"affaire" du Salon de l'Agriculture résumée en deux phrases


  • Commentaires

    1
    Pascal
    Mardi 1er Mars 2016 à 12:18

    On ne peut pas dire qu'ils fassent dans la nuance :

    http://lesmaterialistes.com/eleveurs-figure-reactionnaire-notre-epoque

    Historiquement, ce sont plutôt les trotscards ou tout au moins certains, qui ont un problème avec la paysannerie.

    2
    Mardi 1er Mars 2016 à 14:03

    La réponse ci-dessus est simple et vaut tous les longs discours...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :