• Il y a 70 ans, Hiroshima et Nagasaki - le plus grand crime contre l'humanité "à la seconde" de tous les temps


    Il y a 70 ans, Hiroshima et Nagasaki - le plus grand crime contre l'humanité "à la seconde" de tous les tempsIl y a 70 ans, Hiroshima et Nagasaki - le plus grand crime contre l'humanité "à la seconde" de tous les temps[Les différences dans les bilans humains viennent du fait que l'on peut compter seulement les victimes "instantanées" des deux bombardements mais aussi celles des retombées radioactives pendant des années après.]


    Eh oui, il ne faut jamais cesser de le rappeler : en ce tragique début d'août 1945, le "monde libre" qui succédait au "monde civilisé" d'avant-guerre (et qui ne cesse depuis de donner des leçons et de pourfendre le "terrorisme" et le "totalitarisme" à travers le monde) voyait le jour en tuant plus d'êtres humains en une poignée de secondes qu'aucun acte "terroriste" (même le 11 Septembre 2001) et même aucune chambre à gaz ni aucun Einsatzgruppe nazi (sans même parler des "affreux totalitarismes communistes" présentés comme les "jumeaux du nazisme"...) ne l'avait jamais fait jusqu'alors et ne l'a jamais fait depuis. Ceci afin de (prétendument) obtenir la capitulation sans conditions d'un ennemi déjà à terre ; mais aussi et surtout de montrer qui était le "patron" du nouveau monde qui naissait face à une URSS indiscutablement grand vainqueur de la guerre contre les régimes fascistes (au prix de la vie de 20 millions de ses héroïques citoyens).

    L'on peut aussi légitimement se demander, même si l'Allemagne et l'Europe occupée par elle (dont l’État français) avaient aussi subi de terribles bombardements, si une telle chose aurait pu être envisagée contre des Blancs... Hitler, s'il avait eu la bombe à temps, n'aurait peut-être pas hésité (soit contre Londres soit contre Moscou soit contre les deux). Mais c'était Hitler... et c'est précisément pour cela qu'il est entré dans l'Histoire comme la "Figure absolue du Mal" : pour avoir osé importer et appliquer indistinctement en Europe même les méthodes criminelles jusque-là réservées aux "sauvages" des colonies et "moralement prohibées" sur le Vieux Continent (à moins qu'il ne s'agisse vraiment de la pire "populace partageuse" comme lors de la Commune de Paris, ou d'un peu d'"Afrique en Europe" comme lors de l'annexion du Royaume de Naples par la nouvelle Italie unifiée).

    En carbonisant un ramassis de "chiens jaunes" (c'était le terme commun de la propagande de guerre... tandis que les nippo-américains étaient parqués dans des camps d'internement) qui, au-delà de toutes les atrocités impérialistes qu'ils avaient pu commettre (et que les communistes d'Asie - à commencer par ceux de Chine - avaient combattues valeureusement), avaient surtout commis aux yeux de l'Occident le "crime" impardonnable de se dresser contre lui, la "nouvelle Rome" US (succédant à Londres et Paris déconfits) remettait en quelque sorte le monde impérialiste occidentalo-centré "à l'endroit"...

    À lire, un article HYPER-INTÉRESSANT par rapport au mythe qui relativise ces deux crimes innommables en affirmant qu'ils auraient mis un "point final" à la Seconde Guerre mondiale :

    Ce n'est pas la bombe atomique qui a poussé le Japon à capituler

    Il y a 70 ans, Hiroshima et Nagasaki - le plus grand crime contre l'humanité "à la seconde" de tous les temps


  • Commentaires

    1
    Pascal
    Mercredi 12 Août 2015 à 10:22
    Le documentaire sur Arte va plus loin : les services de renseignement japonais savaient ce qui allait se passer mais n'auraient pas jugé utile d'intercepter les bombardier américains.
    Sur le front Ouest, Dresde (dans la future RDA) a été complètement rasée tandis que les usines Krupp (à l'ouest) n'ont pas été bombardées. Ce ne serait pas innocent...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :