• #GiletsJaunes : dernières news


    Seine-Saint-Denis : des échauffourées à Aubervilliers et Pantin

    https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/seine-saint-denis-des-echauffourees-eclatent-a-aubervilliers-et-pantin-7795789423

    Plusieurs jeunes ont incendié des poubelles et dégradé du mobilier urbain à proximité du carrefour des Quatre Chemins, non loin de la porte de la Villette.

    Poubelles en feu, abribus brisés, et un véhicule enflammé... Des images, d'abord issues des réseaux sociaux, montrent de violents incidents aux portes de Paris ce lundi 3 décembre au matin, au niveau du carrefour des Quatre Chemins, à cheval sur les communes d'Aubervilliers et de Pantin, toutes deux situées en Seine-Saint-Denis. La station de métro Aubervilliers, sur la ligne 7, est fermée, a annoncé la RATP. Peu avant 12h30, les trains passaient toujours sans marquer l'arrêt.

    Selon une source policière, citée par l'AFP, près de 200 jeunes avaient investi la rue. Une poignée d'entre eux avaient revêtu un gilet jaune. sept personnes ont été interpellées, selon une source policière. Vers 11 heures, le calme est revenu sur les lieux.

    Devant le lycée professionnel Jean-Pierre-Timbaud, situé avenue de la République à Aubervilliers, un véhicule était en flammes, retourné, a constaté RTL à 10h30. La situation était tendue avec quelques dizaines de jeunes attroupés bloquant la rue. Si les pompiers n'ont pas pu intervenir dans un premiers temps, ils étaient en cours d'intervention à 10h45, encadrés par les forces de l'ordre. Des poubelles ont également été incendiées, du mobilier urbain dégradé et un magasin de téléphonie a été pillé.

    Plus d'une centaine de lycées bloqués en France

    Geoffrey Carvalhinho (Les Républicains), un élu municipal de Pantin contacté par RTL.fr, raconte être passé tôt ce matin sur la zone en proie aux incidents, entre 7h45 et 7h50. "Un feu est parti vers 8 heures. Il y a eu des casseurs qui criaient 'on va tout casser', Macron démission', Révolution'", relate-t-il.

    La semaine passée, des poubelles avaient été mises à feu devant le lycée Jean-Pierre-Timbaud à Aubervilliers, avait relaté Le Parisien. En fin de matinée ce lundi, le ministère de l'Éducation nationale a annoncé que plus d'une centaine de lycées étaient bloqués ce matin. Un mouvement aux revendications disparates. Les syndicats lycéens ont expliqué protester contre Parcoursup et les réformes du bac et du lycée, et l'un d'eux a évoqué son soutien aux "gilets jaunes" pacifistes.

    Pour Geoffrey Carvalhinho, cela ne fait aucun doute : "Je pense que malheureusement ce sont des jeunes casseurs" qui "veulent reproduire ce qu'ils ont vu à la télé samedi". Pour l'heure, il est prématuré de préjuger d'un quelconque lien entre les incidents.


    Et puis et puis... un se divise en deux et face à la tournure prise par les évènements, face aux jonctions sociales potentiellement explosives qui pourraient se faire, non seulement des syndicats de policiers appellent déjà à l'intervention de l'armée et Castaner dit n'avoir "aucun tabou", mais la droite du mouvement, comme le très droitier vauclusien Christophe Chalençon (lire ici : Christophe-Chalencon.pdf), voyant les choses lui échapper, propose déjà ses "solutions"... du genre finales :

    Un porte-parole des "gilets jaunes" réclame la nomination du général de Villiers comme Premier ministre

    https://www.europe1.fr/societe/un-porte-parole-des-gilets-jaunes-reclame-la-demission-du-gouvernement-et-la-nomination-du-general-de-villiers-comme-premier-ministre-3812579

    Invité de la Matinale d'Europe 1 lundi, Christophe Chalençon, porte-parole des "gilets jaunes" dans le Vaucluse, a réclamé la démission du gouvernement d’Édouard Philippe et la nomination du général de Villiers à sa place.

    EXCLUSIF

    Une remise à plat complète du système, voilà ce que réclament bon nombre de "gilets jaunes" depuis trois semaines. Christophe Chalençon, porte-parole du mouvement dans le Vaucluse, est de ceux-là. Au micro de Nikos Aliagas lundi matin sur Europe 1, il a demandé "la démission du gouvernement actuel", et est allé jusqu'à proposer le nom d'un candidat au remplacement d’Édouard Philippe.

    Le général de Villiers à Matignon. "Moi, je verrais bien un général de Villiers à la tête du gouvernement. Il a servi la France de gauche ou de droite. Aujourd'hui, c'est un homme de poigne qu'il faut à la tête du gouvernement", défend Christophe Chalençon. L'ancien chef d'état-major des armées Pierre de Villiers avait démissionné avec fracas le 19 juillet 2017 après avoir été recadré par Emmanuel Macron. Le gradé avait critiqué les économies de 850 millions d'euros réclamées aux armées, dans un contexte de restrictions budgétaires générales. Sa démission, fait sans précédent sous la Ve République, avait été la première crise majeure du quinquennat Macron. "Nous demandons à avoir un véritable commandant, c'est-à-dire une femme ou un homme qui va prendre au sérieux le devenir de la France", précise le "gilet jaune".

    Le Premier ministre en fâcheuse posture. Jugé trop ferme ou maladroit dans sa gestion d'un dossier qui s'enlise, Edouard Philippe voit sa position fragilisée ces dernières semaines. Le fiasco, vendredi après-midi, de son rendez-vous avec les porte-parole des "gilets jaunes", n'arrange pas les choses, l'exécutif ne pouvant nouer un dialogue constructif avec le mouvement. Après les violences de samedi, le locataire de Matignon a réitéré son invitation. "Nous étions invités mais nous avons demandé à ce que le rendez-vous soit repoussé à demain pour que l'on soit davantage structurés, et surtout pour peaufiner les revendications qui ne sont, à mon sens, pas assez fortes", indique Christophe Chalençon. "Nous attendons confirmation."

    En milieu de matinée lundi, Matignon a annoncé qu'une délégation de "gilets jaunes" serait reçue mardi après-midi.

    "Tout le monde survole le problème". Plus globalement, pour le représentant des "gilets jaunes", il faut bel et bien en finir avec la politique de ces "40 dernières années". En 2008, il portait déjà ce combat en se présentant aux législatives. Il réclamait la création d'assemblés citoyennes, qui fait aujourd'hui partie des revendications des "gilets jaunes". "Tout le monde survole le problème. Tout le monde veut mettre des petites rustines à une chambre à air qui est très crevée", dénonce-t-il sur notre antenne. Le porte-parole met en garde : "Aujourd'hui, le gouvernement essaie de négocier quelques poignées de cacahuètes, mais le mal est beaucoup plus profond. (…) Si aujourd'hui rien n'est fait, je pense qu'aux Européennes, nous ouvrons un large chemin à l'extrême-droite." (tiens tiens... même si lui peut difficilement être qualifié autrement, que d'extrême-droite, voilà qu'il agite lui aussi la menace du "pire" pour justifier un gouvernement d'exception !)


    Que fait actuellement de sa vie le général De Villiers ? Qui est-il, et quels intérêts sert-il ?

    Peut-on croire sérieusement qu'il ferait une autre politique... que celle des gens qui sont ses CLIENTS ?

    « J’ai créé ma société de conseil. En matière géostratégique, de management, de leadership, d’exercice de l’autorité. » Via cette structure, il travaille « un jour par semaine » pour le très huppé Boston Consulting Group (BCG).

    Son mantra, qu’il enseigne à des parterres de cadres de haut vol ? « La performance passe d’abord en remettant l’homme au centre. » Ses contrats vont de la PME jusqu’aux géants du CAC 40. Ce passage au privé n’a rien d’un reniement. « L’armée n’a pas le monopole du service. Je sers mon pays puisque ce sont des entreprises françaises », dit-il, tranquille.

    http://leparisien.fr/politique/la-nouvelle-vie-de-pierre-de-villiers-general-sans-reserve-05-08-2018-7843845.php


    Un homme entre la vie et la mort à Toulouse, une dame âgée touchée par une grenade DÉCÉDÉE à Marseille !

    http://ekladata.com/wWJ5h3qa8SJviaArZnIDoQKpN0o.png

    http://ekladata.com/B1wnMRj61ddyQYsM8RwFYRvHfxo.png



    La répression judiciaire : 



    Un syndicat de police parle de "mouvement insurrectionnel" et réclame le droit de tirer (présomption de légitime défense) :

    #GiletsJaunes : dernières news


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :