• Extraits de discussions FB - sur les évènements actuels à Efrin, la question de Rojava et la libération nationale d'un point de vue léniniste en général


    "Efrin est échangé contre le mainland de Rojava avec les Américains et contre Idlib avec Assad et les Russes. Le massacre qui s'annonce est l'aboutissement logique de l'incompréhension fondamentale de l'impérialisme, dans une lutte tournée exclusivement contre la Réaction locale.

    Je sais pas exactement à quel point l'impérialisme est passé à l'as dans les analyses des postmos rojavites ; mais il y a quelque chose comme une semaine Trump a annoncé son intention de rester en Syrie, en Fédération du Nord, aux côtés des FDS inutile de le préciser, et de transformer ces dernières en une 'force frontalière' permanente. C'est strictement à ce moment-là, en réaction à ça qu'Erdogan a commencé à gueuler et annoncé qu'il allait attaquer. Donc aussi clair que de l'eau de roche : Trump sacrifie Efrin pour le calmer un peu. Mais comme le secteur d'Efrin n'était pas chaperonné par des forces spéciales US mais russes, il fallait aussi les faire partir, donc un échange de bons procédés qui a été l'échange Efrin-Idlib (déjà sur le tapis depuis longtemps). Manbij par contre ça m'étonne un peu plus, parce que là c'est vraiment la zone contrôlée US. Sacrifiée aussi ? À voir. Quoi qu'il en soit, Erdogan n'ira que jusque là où Trump le veut bien.

    http://www.france24.com/fr/20180114-syrie-etats-unis-turquie-kurdes-frontieres-coalition-fds-ypg

    https://www.lorientlejour.com/article/1094504/la-force-frontaliere-de-washington-en-syrie-nouvelle-epine-dans-le-pied-derdogan.html

    http://www.lepoint.fr/monde/syrie-erdogan-menace-la-force-frontaliere-parrainee-par-washington-15-01-2018-2186813_24.php

    Trump a l'habitude de dire ce qu'il fait et faire ce qu'il dit, donc l'assertion que les Yankees vont partir est juste erronée, point. Simplement, pour ne pas encore plus pousser Erdogan dans les bras de Poutine, il sacrifie Efrin. Où il n'y a pas de pétrole, de toute façon... Et puis si Efrin va évidemment tomber en quelques semaines, pas d'illusions à se faire là-dessus, il y aura bien sûr sans aucun doute une guérilla de résistance contre l'occupation turque, donc un bourbier pour la Turquie. Ce à quoi Trump a sans doute aussi pensé et qui fait aussi son affaire.

    [Les gens l'ignorent peut-être, mais] il existe un Parti maoïste kurde. C'est tout simplement le TKP/ML, ce qui est facilement déductible de ses zones d'implantation ou du décompte de ses martyrs : 80% de ses effectifs sont kurdes. L'accusation de chauvinisme turc est donc ridicule et n'a servi au PKK que de prétexte pour nettoyer ses zones des maoïstes, qui forcément étaient une insulte à son nationalisme bourgeois teinté à l'époque de révisionnisme hoxho-bréjneviste. N'en déplaise, c'est donc leur position que j'écoute quand il est question d'Anatolie et de Kurdistan.

    (...) La différence avec l'Irlande c'est plutôt que celle-ci est opprimée par l'Angleterre, qui est une nation impérialiste. Alors que le Kurdistan est opprimé par la Turquie (et deux États arabes, et l'Iran) qui est ELLE AUSSI une nation opprimée, via une oligarchie qui depuis 100 ans se pignole sur la Modernité occidentale.

    C'est la raison pour laquelle Kaypakkaya a proclamé haut et fort le droit à l'autodétermination des Kurdes, avant toute autre organisation se disant communiste en Turquie et alors que le PKK n'existait pas et Öcalan était... islamiste, lol ; mais en la liant à la révolution démocratique dans tout l'État turc, pour tous les peuples opprimés de celui-ci.

    Peut-être parce qu'il savait que dans le monde semi-colonial, l'impérialisme joue les nations les unes contre les autres et qu'il n'y a pas de position dominante acquise (alors que contrairement aux délires d'Asselineau ou Hillard, il n'y a pas de 'mondialisme' qui cherche à disloquer... les États impérialistes occidentaux eux-mêmes). Peut-être parce qu'il savait par exemple, qu'avant que l'Occident ne se résigne à la victoire de Kemal et ne sacrifie les Kurdes pour se gagner ses faveurs, un projet d'État kurde croupion (ce qu'est Rojava, excusez-moi bien...) avait existé dans la perspective de partage impérialiste de l'Empire ottoman vaincu, après que T. E. Lawrence soit allé aider les Arabes à se 'libérer' dans la même perspective...

    Ou peut-être tout simplement parce qu'il était léniniste, et il savait que Lénine avait été pendant 15 ans le champion de la libération des 60% de peuples opprimés de l'Empire russe, pendant que les menchos tortillaient de l'oignon ; mais une fois qu'il a fait sa Révolution d'Octobre... hop, comme par magie les menchéviks se sont découverts champions du droit des peuples, dont l'impérialisme tout d'un coup soutenait l'indépendance pour encercler la Russie rouge. Le résultat, dixit, de poser les questions nationales d'un point de vue réformiste et non révolutionnaire... c'est-à-dire qui serve la révolution mondiale et la vraie libération de TOUS les peuples concernés, alors qu'avec le nationalisme bourgeois et petit bourgeois à la Dashnak, Noé Jordania, Pilsudski & co, il n'y a que des perdants.

    Moi, occitan, j'assume que je ne lutte pas seulement pour l'Occitanie mais aussi pour libérer de la francité les Français eux-mêmes (d'ailleurs, ça existe vraiment ça ?), en tout cas les Peuples travailleurs de ce qui s'appelle France. Et de là une bonne partie de la planète vu le rôle que l'État impérialiste français y joue. C'est ça la libération nationale d'un point de vue internationaliste. Pas "je suis la race supérieure parce que mon peuple il a jamais eu d'État mais justement t'as vu c'est parce qu'il a toujours été libre dans sa tête, et du coup t'as vu j'ai trouvé (bon avec l'aide d'un sioniste quand même...) l'idéologie magique qui va libérer tous ces peuples abrutis autour, qui eux ne connaissent que l'obéissance servile".

    Je suis moi aussi, comme tous les communistes, pour l'association, la fédération la plus large des peuples, qui ne sont pas stratégiquement ennemis même si certains sont transformés en glacis protecteurs par les bourgeoisies étatiques et impérialistes. Justement, cela il faut le briser. Le peuple du Bassin parisien, de Bourgogne, de Normandie (dont d'ailleurs aujourd'hui, l'immense majorité n'est pas 'de souche' de toute façon) est aliéné, dans des proportions variables mais pas vraiment énormément plus importantes que le Peuple occitan, et c'est cette aliénation que je combats ; mais il n'est pas stratégiquement mon ennemi. Alors même que les trouffions français massacraient le Peuple algérien, le FLN ne disait pas ça. En ces temps d'hégémonie mondiale du matérialisme dialectique, il savait parfaitement que l'ennemi stratégique était la bourgeoisie impérialiste française et qu'on ne la vaincrait pas en considérant qu'à un moment donné, son glacis protecteur (les Peuples d'Hexagone) ne cesse pas d'être l'ennemi, du moins n'est pas neutralisé. C'est ce qui s'est produit et d'ailleurs, l'affirmation des peuples en Occitanie ou en Corse, en Bretagne avec le 3e Emsav, doit beaucoup à cela.

    Tous ces débats montrent magistralement combien l'hégémonie postmoderne et identity politics actuelle est contraire et un piétinement, une arme même, contre les principes du léninisme.

    Le principe d'autodétermination, le "séparatisme", sous les formes qu'il juge scientifiquement adéquates dans chaque contexte spécifique (parti national séparé ou pas, indépendantisme ou pas), est en fait une gigantesque forme de critique de la nation dominante et de ses ressorts idéologiquesvisant une UNITÉ SUPÉRIEURE (unité -> critique -> unité supérieure). C'est comme cela que le matérialisme dialectique l'entend, et donc que je l'entends. Le postmodernisme, lui, va démultiplier à l'infini les identités (qui peuvent être de toute sorte, sexuelle et de genre, raciales et maintenant pourquoi pas nationales, allons-y gaiement, juste de classe on évite un peu ça quand même) et les placer en guerre stratégique, ennemies jusqu'au bout. Tout le monde est perdant, sauf le vrai ennemi stratégique qui encourage ça depuis ses universités et peut dormir sur ses deux oreilles.

    La libération révolutionnaire de l'Occitanie, que je travaille parmi d'autres à affirmer comme nation ayant par conséquent un droit à l'autodétermination, je ne la conçois pour ma part que dans cette perspective léniniste qui est la mienne : jeter à bas la France une et indivisible FORCÉE, pour permettre l'union nouvelle et SUPÉRIEURE des peuples (au niveau de l'Hexagone, européen, euro-méditerranéen peu importe).

    (...) Il y a aussi des libertaires, "pas très à l'aise" (je cite) sur la plurinationalité de l'Hexagone, mais qui se sont entichés du PKK depuis que celui-ci est antimarxiste. Ça me fait sourire. Mais il y a surtout des gens pour qui cette cause est fondamentale parce qu'elle permet de liquider le léninisme, sans parler du maoïsme (liquider ce dernier aujourd'hui, c'est de toute façon liquider le léninisme) ; et c'est surtout contre eux qu'une guerre totale doit être menée. Ils n'ont d'ailleurs pas attendu que les maoïstes le comprennent pour la leur mener, sous la forme d'un wrecking constant. Ils ont compris ce qu'il fallait absolument tuer dans l'œuf en ce début de 21e siècle. Rojava contre la Guerre populaire qui avance en Inde, aux Philippines, et qui va peut-être reprendre demain au Pérou. Rojava à tout va, même, pour réussir l'exploit de ne parler que 4 ou 5 fois de la PALESTINE en 5 ans (dont 2 fois à l'été 2014, ça aurait été chaud de pas le faire à cette époque quand même, et en pompant SLP avec ça). Rojava comme nom de soutenir un putsch liquidateur dans un des plus glorieux Partis de l'histoire communiste du monde, vieux de plus d'un demi-siècle. Avec ceux-là, oui, la politique est la bataille d'anéantissement idéologique pour le salut de notre cause ; alors que la gauche indépendantiste bretonne ben ma foi elle soutient Rojava comme la CUP (si j'en crois ses peintures murales à Berga...) sans que ça m'empêche de soutenir les uns comme les autres dans leur travail de sape contre les deux plus grands États-prisons d'Europe de l'Ouest.

    Par rapport à l'État espagnol (cité dans le débat) ; eh ben ce que je vois c'est que les éléments avancés de là-bas pratiquent une sorte d'internationalisme intérieur et considèrent bien que l'ennemi est l'État du Grand Capital et non tel ou tel peuple, pas même le castillan qui a d'ailleurs ses propres... indépendantistes. J'ai bien dit 'avancés', c'est-à-dire pas comme un certain Oriol J. (que je soutiens quand même contre la répression...) qui passe son temps à dire qu'il se sent plus 'français' (il ne sait déjà pas que ses voisins du Nord sont des Occitans) qu'andalou...

    Argala combattait le chauvinisme grand-espagnol 'rouge' conformément au principe léniniste de combat sans merci contre le chauvinisme d'État-prison... je connais parfaitement ce texte et ce qu'il dénonce, c'est le refus des partis ouvriers pan-'espagnols' de s'autocritiquer, d'entrer dans une rupture avec l'idéologie espagnole pour parvenir à un internationalisme péninsulaire véritable, c'est-à-dire une unité supérieure seule à même d'abattre cet État fasciste pour le bien de TOUS les peuples qui le subissent.

    Des solutions d'Union des Républiques socialistes ibériques sont fréquemment proposées là-bas ; simplement, les militant.e.s des peuples savent correctement identifier le fédéralisme républicain espagnoliste qui est d'ailleurs, le républicanisme en moins, celui du PSOE.

    Le TKP/ML est 'de Turquie' pour une raison bien expliquée à l'époque par... le 'p''c''mlm' : parce que si on ajoute le Kurdistan du Nord il faudrait aussi ajouter 'Arménie de l'Ouest', 'Géorgie du Sud', 'Machrek arabe du Nord', 'des Lazes' etc. Turquie est simplement le nom de l'État qui est son cadre de lutte, l'état-major ennemi unifié contre lequel le Parti est l'état-major des exploité.e.s et opprimé.e.s. Le Parti de Lénine était d'ailleurs 'de Russie' jusqu'en 1922.

    Le nom est une chose, le contenu en est une autre plus importante. Ce n'est pas parce qu'un Parti est 'de France' que je ne le rejoins pas, et parce qu'il ne mentionnerait pas le mot France que je le rejoindrais illico... C'est parce que des questions fondamentales, COMME PAR EXEMPLE les questions nationales de l'État français, sont ignorées ou alors esquivées."

    MàJ 25/01

    ["Sur le papier tout les travailleurs sont frères, nos ennemis c’est la bourgeoisie du pays oppresseur pas le peuple ... dans les faits les Partis communistes des pays oppresseurs sont des agents actifs de l’impérialisme. Le PCF était au pouvoir pendant le massacre de Sétif, pendant les massacres de Madagascar. Le PCF a envoyé ses militants combattre les indépendantistes vietnamiens et les algériens officiellement pour « mener une guerre propre ». Qu'en est-il aujourd’hui ? Quelle organisation communiste française soutient le droit à l’indépendance des peuples opprimés de l’état français ?"]

    "On est bien d'accord sur le PCF, encore que tu présentes quelque part les choses de manière aussi lisse et monolithique... qu'il ne les présente lui-même, son parcours historique en la matière ayant été beaucoup moins linéaire (attitude à l'époque du Congrès de Châteaulin du PAB par exemple) ; et s'il n'a jamais été composé à 80% de périphériques et de colonisés, ce qui est bien tout son problème, en Bretagne, en Corse etc. les fédérations était bien 90% bretonnes ou corses et la ligne jacobine centrale s'est imposée certes, mais pas sans accrocs (même en jouant sur le "phénomène brestois" par exemple, de rejet de l'identité bretonne car en devenant ouvrier on était "plus un paysan").

    Mais bref on est d'accord, pour le moment en tout cas j'ai du mal avec l'idée d'un nouveau PC français unifié ; il est à peu près impossible que ça ne finisse pas dans la même merde (pour info, apparemment Sibé dans son bouquin fait de cette non-rupture avec l'idéologie française républicaine "une et indivisible" un élément fondamental du triomphe de la ligne révisionniste thorézienne...). 

    Et au Kurdistan ? Un Parti révolutionnaire kurde, à la limite pourquoi pas... Absolument non-lié à la révolution démocratique en Turquie et dans les pays arabes, admettons si ça peut te faire plaisir ; mettons sur le même plan deux formes de domination nationale qui sont pourtant très différentes (mieux, appelons-les "colonialisme" qui est encore une toute autre chose...). Admettons, mais même dans ce cas, l'identité nationale et le refus de l'ingérence des communistes "dominants" ne peut pas non plus être un éternel bouclier pour protéger le révisionnisme. Or le PKK a toujours été révisionniste, même si c'était un peu moins visible avant 2000. La critique de VP, ça doit te parler non ? Et c'est pas des gonzalistes allumés, VP, il me semble !

    Le PKK a toujours été révisionniste et même si on admet "limitée" la ligne historique du TKP/ML que j'ai exposée, ce Parti lui est supérieur.

    C'est là que nos points de vue se séparent : non, il n'y a pas selon moi d'"expérience nouvelle" fabuleuse en Rojava. Il y a beaucoup de cosmétique à destination de la gauche occidentale, pour gagner son soutien et celui de l'impérialisme par son entremise. Et de toute façon, dans cette partie du monde, la politique intérieure est secondaire si on est lié à l'impérialisme comme ils le sont. La question centrale étant celle du POUVOIR, sans lequel tout est illusion.

    Où est le pouvoir quand tu ne peux pas aller soutenir tes frères et sœurs à Efrin, parce que l'OTAN te dit vas-y tu peux y aller mais sans les armes qu'il t'a fournies ? Ils sont pieds et poings liés... Peut-être pour les mêmes excellentes raisons que Cuba s'est liée pieds et poings à l'URSS, mais le résultat est le même. Et l'OTAN, c'est PIRE que l'URSS, déso pas déso.

    Par ailleurs, le PKK est bien moins démocratique dans son fonctionnement interne comme dans les territoires qu'il contrôle que ce que ses soutiens occidentaux veulent bien s'amuser à croire. La démocratie "participative" "radicale" mise en vitrine cache une réalité bien différente. Ce n'est pas pour rien que j'ai arrêté de croire à un scénario possible qui était celui d'une lutte de lignes et d'une scission de gauche anti-impérialiste. 

    Les relations avec les populations non-kurdes, très nombreuses et stp ne viens pas me parler de "colons", même si les pouvoirs centraux ont envoyé des culs terreux pour arabiser ou turquiser, la plupart ont TOUJOURS été là car le Kurdistan n'a jamais eu de frontières nettes ; ces relations sont aussi beaucoup moins idylliques que veut bien nous les présenter la propagande "confédéraliste démocratique". Apparemment il arrive que des communautés se révoltent, appellent Erdogan en libérateur... Je ne dis pas que c'est bien, mais ne pas dire que c'est bien n'en fait pas moins une réalité.

    Maintenant si tu veux me sortir que c'est "comme si" des Boers d'Afrique du Sud ou des Pieds-Noirs d'Algérie ou des colons israéliens de Cisjordanie se révoltaient, autrement dit, si tu n'es pas capable de faire la différence entre un Pouvoir blanc (ou centraliste d'État européen comme celui des loyalistes nord-irlandais) qui n'a RIEN au dessus de lui, et des nationalités ELLES-MÊMES dominées par l'impérialisme, je ne peux rien pour toi..."

    "Et puis on parle on parle, mais on perd complètement de vue que la plus grande organisation de masse à avoir complètement renoncé à l'autodétermination... c'est le PKK. Dont le sillage turc est maintenant composé d'orgas infiniment plus chauvines à l'origine que le TKP/ML. Comme c'est étrange...

    On peut dire que le problème du mouvement basque... c'est qu'il a atteint le seuil critique de 5/10 sur l'échelle de la liquidation d'Öcalan. Le PKK a liquidé deux fois plus que Sortu, si on part des mots d'ordre de base "autodétermination et socialisme".

    Le socialisme dans un pays comme le Kurdistan, c'est la dictature conjointe des ouvriers et des paysans, avec la petite bourgeoisie à caractère national sous leur direction. Ce n'est pas l'assemblée où tout le monde a voix au chapitre et on décide au "consensus".

    L'indépendance si tu veux en parler, a été abandonnée au profit de l'autonomie et de la démocratisation des États existants... sous les auspices de la "communauté internationale". Voilà où nous en sommes, et maintenant on a de fait les meilleures troupes au sol de l'Occident dans la guerre de repartage de la région.

    Qu'on puisse avoir décidé de soutenir le PKK il y a 40 ans, face à un mouvement communiste anatolien pas toujours clair sur la question et divisé, passant son temps à se foutre sur la gueule entre groupes rivaux,  je veux bien. Mais aujourd'hui...

    Et il y a des gens (je ne parle pas de la gauche bretonne) qui encouragent tout ça... Parce que foncièrement ce sont des anticommunistes (ce que ne peut qu'être, à terme, l'anti-maoïsme militant), et donc un truc anticommuniste qui "marche" comme ça, c'est du pain béni, ça permet d'invisibiliser ce qui marche vraiment en Inde et ailleurs, la vraie révolution communiste qui avance lentement mais sûrement. Ce sont aussi des gaucho-impérialistes, éclater du "nazislamiste" ça leur plaît, peu importe que ce "nazislamisme" soit le résultat du massacre impérialiste de la région, et qu'au bout du compte on ait un nouveau repartage qui laisse les problèmes intacts et, en fait, remet une pièce dans la machine. Seule la gloriole d'être les "vrais antiterroristes" compte...

    Mais ils ne sont pas à ça près, c'est sûr. Quand on est capable d'appuyer pour ne pas dire fomenter un putsch liquidateur dans une organisation communiste historique, qui n'est rien moins que le glorieux Parti de Kaypakkaya... Quand on est capable d'agresser un homme de 77 ans, agression dont les séquelles seront en grande partie responsable de la mort 3 ans plus tard, tout simplement parce que le postmofascisme ne peut pas affronter le matérialisme maoïste autrement... On est pas à grand chose près de quoi que ce soit.

    En fait voilà : tu es gauchiste au sens de ne pas partir de la situation concrète. Tu prends l'Algérie où pour des raisons concrètes, historiques, la gauche de métropole ne pouvait pas EN MASSE être une alliée de la libération (par exemple du fait d'une colonisation... par des exilés de gauche, en grande partie !), et tu appliques mécaniquement le même raisonnement partout. Tu me parles d'unionisme, de fédéralisme façon ligne du PSOE ou d'IU ; moi je te parle d'INTERNATIONALISME INTÉRIEUR, d'état-major unifié (l'État maître du territoire continu qui est le sien) vs état-major un minimum coordonné des révolutionnaires de libération. Ce dans le sens de quoi la Columna juvenil du 22M (2014) allait. De la même façon que si le TKP/ML dit que les nationalités de l'État fasciste turc doivent aller ensemble au patac "comme les doigts d'un poing uni" (ça c'est afghan mais bon, l'esprit est le même), c'est pour des raisons, il y a une analyse derrière...

    Comme me le disait bien un camarade : face à la situation actuelle à Efrin, les forces "dissidentes" (anti-Comité central) TIKKO sont maintenant sur le front... de Deir ez-Zor, d'où les Yankees ne les laisseront pas partir, et où les FDS qui sont des dizaines de milliers ne sont de toute façon pas à quelques centaines de combattant.e.s TIKKO près ; au lieu d'être en Turquie à saboter l'effort de guerre turc sur ses arrières. Tout ça pour suivre hors de Turquie un PKK qui... ne prône plus l'autodétermination kurde en Turquie, ni donc la fin de l'État fasciste (puisque l'une et l'autre ne peuvent aller que de pair, l'oppression du Kurdistan étant IDENTITAIRE pour la République fasciste), mais l'autonomie... négociée avec lui. What the Fuck quoi ! 

    Erdogan a depuis 2013 jeté les bases d'une démocrature fasciste parfaite, d'un État d'une stabilité jamais trouvée depuis la mort du "Père en second de la Nation" Inönü (sauf peut-être un peu sous Evren, dans les années 80), et que maintenant (en 2019) des 100 fois pires fascistes que lui vont utiliser à leur compte... et pendant ce temps-là, non seulement le PKK mais l'effort de guerre de TOUT le mouvement communiste révolutionnaire du pays était tourné vers la Syrie. Mais tout va bien ! Non mais sérieux, tu vois pas le PETIT problème ??"

    [Et là : "il se trouve que le PKK a pour l’instant choisis la voie de l’autonomie dans le cadre d’un processus d’autodétermination, mais l’option indépendantiste n’est pas écarté non plus par la direction en cas d’échec" ; on a justement l'illustration de la pauvreté extrême de la vision politique d'Öcalan. Il y a eu pendant 10 ans des négociations entre le gouvernement Erdogan et les dirigeants kurdes emprisonnés. Il y avait carrément sur la table un projet d'autonomie régionale pour le "Sud-Est anatolien". Mais ces négociations se sont éternisées et ont finalement achoppé, et du coup le PKK a repris le sentier de la guerre. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'Erdogan n'était PAS L'HOMME pour cela. Erdogan veut le pouvoir... et il sait, et si il ne sait pas on lui fait comprendre, que si il va trop loin dans ce sens là il perd le soutien des masses aliénées nationalistes turques, et il perd le pouvoir. Pour arriver à un accord aussi énorme au regard de l'histoire turque, il faut être LE ou LA chef(fe) des ultra-nationalistes, justement. Il faut être Meral Aksener. Comme il fallait être Yitzhak Rabin pour signer Oslo avec Arafat, et Ariel Sharon pour évacuer les colonies de Gaza. Donc voilà le topo : l'autonomie d'Öcalan aura finalement avorté avec Erdogan (qui voulait peut-être sincèrement y arriver au départ...), et finalement, certes sans doute sous pression de l'Occident (dans le giron duquel son élection signifiera le retour complet de la Turquie), c'est avec Aksener qu'elle sera obtenue... parallèlement à un renforcement effroyable du fascisme en Turquie (et sans doute une réorientation des énergies expansionnistes vers les zones d'influences russes et chinoises du Caucase et d'Asie centrale). Bien évidemment, et fabuleusement, tous les amis de la politique schématique n'y comprendront absolument plus rien...

    Ou pour tourner les choses encore autrement : il y a dans l'État dénommé Turquie 85 millions d'ouvriers et de paysans écrasés par le fascisme, et abandonner un mot d'ordre (autodétermination du Kurdistan) qui signifie dynamiter cet État fasciste, signifie son MAINTIEN et donc abandonner à leur sort les ouvriers et les paysans de tout l'État (y compris kurdes), au profit d'une petite bourgeoisie qui profitera de l'autonomie. Quant à carrément servir les plans impérialistes occidentaux en Syrie et Irak, n'en parlons pas.

    (En attendant) Si des renforts et de l'aide affluent vers Efrin, la seule 'erreur' de ma part que ça prouve... c'est qu'il n'y a MÊME PAS de lâchage, de sacrifice d'Efrin pour calmer Erdogan. 

    Cela voudrait dire qu'Erdogan aura été attiré... dans un piège, un bourbier, pour en finir avec lui, parce qu'en l'absence de force révolutionnaire en Syrie (que Rojava n'est pas devenu, bien au contraire...), c'est du côté des forces réactionnaires qu'il faut chercher qui est le dernier 'gêneur' pour sortir de ce conflit qui va sur ses 7 ans,  et celui-ci est Erdogan.

    Cela voudrait dire qu'Efrin va résister et vaincre, et tant mieux pour son peuple ! Mais absolument pas que les YPG auraient été lâchés et ne seraient plus au service de l'impérialisme.]

    [Et puis comme il a définitivement fini par me casser les couilles

    La meilleure c'est que contrairement à ce qu'affirme l'individu sans honte ci-dessus (pour ceux qui peuvent encore voir ses commentaires car il est banni), Servir le Peuple n'a absolument à rougir de rien en termes de soutien à Rojava, à l'IFB et à tout le pataquès pendant des années.

    (Toutes ces histoires de "cracher sur les combattants" sont de toute façon d'une pénibilité extrême : les gens de l'IFB ont fait un CHOIX - politique ; et dès lors qu'on n'a pas fait ce même choix, on n'aurait pas le droit d'émettre la moindre critique sur les évènements là-bas ! Mais en général, dans la vie, on critique plutôt les choix qu'on n'a pas fait, non ?)

    Au demeurant, le soutien au PEUPLE kurde, à Efrin et ailleurs, est absolument intact.

    Simplement, la ligne du PKK et de ses soutiens gaucho-impérialistes est désormais à considérer co-responsable de ses malheurs.

    La ligne correcte pour la libération du Peuple kurde est portée par le Comité central légitime du TKP/ML, organisation à 80% kurde.

    (Et si un connard de jacobin parisien venait dire que "l'Occitanie n'existe pas", il aurait raison alors ?) => LOL, merci j'ai déjà discuté longuement avec ce genre de bouffons ("Jo Staline" etc., tiens, un grand pote de tes potes rojavites lui, bien que lui-même ne le soit pas).

    Nous avons démontré SCIENTIFIQUEMENT que l'Occitanie existe, non seulement par l'histoire, mais aussi par le présent. De même que la Bretagne existe.

    Mais l'Emsav breton peut avoir dit ce qu'il veut pendant 100 ans ou plus, la Bretagne n'est pas une colonie. "Traits coloniaux" dans sa gestion ? Peut-être. Mais on n'est pas une colonie quand on a certes un État négateur au dessus de soi, mais aussi et surtout de VRAIES colonies au dessous, dont on bénéficie des miettes de l'exploitation barbare, du déni d'humanité qui est la marque du colonialisme. L'Occitanie ne l'est pas non plus.

    De même que le Kurdistan est une NATION OPPRIMÉE par la Turquie, pas une colonie de celle-ci, tout comme les Kabyles en Algérie.

    Ce sont la Turquie ET le Kurdistan, comme l'Algérie dans son ensemble ET la Kabylie en particulier, qui sont des SEMI-COLONIES (des 'protectorats non dits') de l'impérialisme ; et DANS CE CADRE s'exerce une oppression, une négation nationale des premières sur les secondes. 

    C'est la raison pour laquelle Kaypakkaya a intimement lié la libération du Kurdistan de l'oppression qu'il subit, à la révolution démocratique anti-impérialiste dans tout l'ensemble territorial "Turquie", et sans doute dans toute la région. Et certainement pas, cela va sans dire, à se vendre à l'impérialisme contre l'oppression des États (Turquie, Syrie) ou tentatives d'État (Daesh) locaux. Point, barre, à la ligne.]

     


  • Commentaires

    6
    Vendredi 26 Janvier à 12:58

    Et puis bon, quand on essaye d'avoir une lecture critique de la situation et des agissements du PKK, tu comprendras que nous opposer... la propagande du PKK est de peu d'utilité.

    5
    Vendredi 26 Janvier à 12:57

     

    Que du bluff...

    L'OTAN ne laissera jamais complètement dégarnir le front Euphrate contre Daesh, sachant que toute zone qui n'est pas prise par les FDS le sera par le régime, l'Iran et les Russes. Ça a été dit clairement par le Pentagone.

    Mais de toute façon, Efrin est le canton le plus peuplé (un demi million d'habitants) et les plus kurde et militant YPG de tous. Il n'a pas besoin de renforts si l'OTAN comme l'axe Syrie-Russie l'appuie suffisamment en sous-main (discrétos). Ce qui est un autre scénario très probable : "feu vert" à l'offensive d'Erdogan... pour qu'il se plante. Qu'il se prenne une branlée qui signera définitivement la fin de son règne de "Poutine musulman" et ramènera a

    4
    .
    Vendredi 26 Janvier à 11:58

    "Et si vous voulez que je vous dise : en dépit de quelques proclamations guerrières de circonstances, les YPG/J du territoire principal (à l'Est de l'Euphrate) vont rester bien sagement l'arme au pied. Parce que c'est la condition de LEURS maîtres yankees pour garantir leur existence à EUX.

    La trahison liquidatrice atteint là des profondeurs tragiquement abyssales. En fait, les DEUX scénarios catastrophe sont en train de se combiner : transformation en protectorat occidental d'un côté, abandon à la merci d'Ankara de l'autre. Non seulement la pseudo-"révolution" de Rojava a engendré un Free State, mais elle a désormais aussi son Ulster sacrifié !"
    "Déclarations martiales qui ne déboucheront sur rien de concret."
    "They don't move a single finger"
    "Efrin is nothing but sacrified. And PKK/PYD won't move a finger if they want their Northern Syrian Federation to survive at least Eastern from Euphrate."
    "Où est le pouvoir quand tu ne peux pas aller soutenir tes frères et sœurs à Efrin, parce que l'OTAN te dit vas-y tu peux y aller mais sans les armes qu'il t'a fournies ? Ils sont pieds et poings liés..."       

    LOL. 

    "Siguen llegando refuerzos de #YPG/J a #Afrin provenientes de #Raqqa y Hasaka, atravesando zonas del gobierno sirio #SAA con su autorización."
    https://twitter.com/dlobatob/status/956586904023072769/photo/1 

    "ANHA News Agency reported that hundreds of Kurdish and Arab youths are answering the call for mobilization for Afrin and are headed to the emplacements of resistance to fight against the Turkish army alongside fighters of the YPG, YPJ and SDF."
    https://anfenglish.com/rojava/kurdish-and-arab-youths-headed-to-emplacements-in-afrin-24330

    Quelques déclarations, mobilisations, actions, manifestations et initiatives dans l'ordre chronologique :

    KNK : "To get these plans approved Erdogan has had phone conversations with US President Donald Trump, Russian President Vladimir Putin and British Prime Minister Theresa May.

    (…)

    The defence forces of the Afrin region and YPG Commander Sipan Hemo evaluates the situation as follows:

    (...)

    The target of Turkey’s massacres is hampering the efforts against ISIS. However, our people’s path of self-defence will be implemented against anyone who intends to harm this strategy.  

    Unfortunately, some forces are continuing their support for Turkey. The silence of the international community against Turkey’s intentions is not in the interests of the Syrian nation. It is for this reason that the international community is responsible for the situation in Syria.  

    If our calls to the international community to take a stand against Turkey’s intentions do not materialise our people will have no choice but to resist.  

    Our people accept the joint borders within the framework of international law. However, Turkey’s attacks continue. Our people see resistance against these attacks as a national duty.”"
    https://anfenglish.com/features/importance-of-afrin-and-why-the-turkish-state-wants-to-attack-it-24193

    "The Presidency of (KCDK-E) also expressed its doubts about the results of the consultations conducted by the “dictator Erdogan” with the French and German officials during a visit to the two countries on January 5, noting that the plan of the occupation of Afrin appeared immediately after these consultations directly ."
    http://en.hawarnews.com/kcdk-e-calls-for-support-afrin-es-calation-struggle-against-genocide-plan/

    Executive Body of Democratic North-Syria Federation : "“In the beginning, we condemn the international silence against the Turkish state’s threats and daily attacks launched against Afrin region.”"
    http://en.hawarnews.com/turkish-attack-is-violation-of-international-law-supporting-terrorism/
     

     

    YPG Commander General Sipan Hemo : "(...) “OUR RESPONSE WILL BE HEAVY”

    YPG Commander General continued; “We as YPG will strongly respond to whoever attacks and threatens Afrin, Rojava or anywhere else, let it be Erdogan or someone else. This is a legitimate right and our duty which we will duly perform. Just like we foiled Erdogan’s dirty plans and turned them into gains for Kurds and our peoples before, we will do the same now. We will foil Erdogan’s dirty plans against Afrin once again and turn them into a great gain for the peoples of Rojava, Syria, Kurds and even the peoples of Turkey.”

    “WE ARE PREPARED FOR A LONG TIME”

    asked about the level of their preparations for a probable invasion attempt of the Turkish state, Hemo said they have been prepared for such a case for a long time and added; “We have strong preparations for a probable onslaught on Afrin. Our level of defense is strong. The people of Afrin also know this truth and we trust the people of Afrin that they will develop a mighty resistance to protect their land as they did before.”

    “WE WILL SEE THE ATTITUDE OF U.S., RUSSIA AND IRAN”

    Asked if the Turkish state has received permission from Russia or the U.S. for an attack on Afrin, Sîpan Hemo said the following; “We have no official information in this regard. Still, if the Turkish state dares to conduct such an invasion aggression on Afrin, this will mean that everyone has responsibility in it. Should Iran, Russia, Syria and even the U.S. not approve this in one way or another, Turkey cannot carry out such an attack because international law will not allow it as states have many laws that prevent this. Should Turkey engage in such an attack, it means Russia, Iran, Syria and the U.S. connive at it. We do not have concrete information at the moment and we are speaking in consideration of situations that may develop. Should the mentioned states fail to manifest a serious attitude in such a case, the Kurdish people will hold all of them responsible.”

    “NOBODY SHOULD BARGAIN OVER THE BLOOD OF SYRIAN PEOPLES”

    Hemo stressed that the Kurdish people have their plans for probable invasion attempts, and that nobody should bargain over the blood of Syrian peoples. He continued;

    “If these states don’t develop a serious attitude against Erdogan in the event of him attacking Afrin, this will manifest the fact that they have entrusted Erdogan the task of attacking the Kurds. We have not seen any serious attitude of these states so far as Erdogan openly threatens Afrin. Erdogan would not be able to do such a thing if these forces did not connive at it. Should this attack be put into practice, it will mean that these forces do support Erdogan. These forces may make plans for their own interests but we do not accept any force bargaining over the blood of Kurds and peoples of Northern Syria, and serving their interests over such an attack.”

    “WE WILL CONSIDER THEM TO BE ON THE SAME FRONT IF THEY REMAIN SILENT”

    Sîpan Hemo pointed out that they are yet to see a serious attitude in the face of intensified attacks on Afrin over the past one week, adding; “The situation is quite tense and battles are erupting in Afrin for the last one week. Nobody has taken any attitude against this. Even the Syrian state, which claims to be owning these lands, has not made a statement. Nor did Russia speak out against it officially. We will follow this issue very closely and if they do not take a stance, we will come to the conclusion that they are a part of this attack and take sides on that front. Our people will ask them to give an account for bearing responsibility in this.”

    CALL TO THE PEOPLES OF SYRIA

    Hemo continued with the following call to the peoples of Syria and those working for the Turkish state’s plans on Syria; “It is time to express some things to the peoples of Syria. The Syrian Revolution began in 2011 with very sacred slogans and with the goal of attaining freedom for the peoples. At that time, we expressed our stance clearly said that take sides with the uprisings in Syria. However, some dirty sides like Erdogan wanted to use the revolutionary process that the peoples of Syria initiated to attain pure goals. They played a game in Syria. They first gave hope to the Syrian peoples, then tried to tie them to themselves. Erdogan derailed, stained and darkened the Syrian revolution. He put the Syrian Revolution to the service of Jabhat Al-Nusra and ISIS. He thus lessened the world’s support for Syrian revolution and tied the peoples of Syria to himself.”

    “ERDOGAN USED AND SOLD THEM OUT”

    Hemo commented that the groups under the Free Syrian Army were meant to fight against the state but Erdogan misdirected them who therewith fought against the Syrian peoples and the Kurds as Erdogan’s guards. According to Hemo, this happened because these groups entered the service of various foreign intelligence services, the Turkish intelligence being in the first place.

    (…)

    “LET’S DISCUSS JARABLUS AND BAB INSTEAD OF AFRIN AND MANBIJ”

    Pointing out that Erdogan threatened Manbij simultaneously with Afrin, Hemo said; “Erdoğan has one single goal in seeking to attack Afrin and bringing Manbij to agenda. Turkey engages in such acts in order to prevent the advance of Rojava Revolution and gains of the Kurds. Essentially, the Turkish state refers to America as it talks about Manbij. We do not know what kind of promises have been made between these forces. America should be asked about this. To us, it is a basic duty to liberate every inch of Rojava Kurdistan and we will fulfill this duty. We do not discuss about Afrin and Manbij as the lands of Rojava Kurdistan like Jarablus and Bab are under occupation. We should talk about liberating these regions.”

    “IT WILL BE A HISTORIC WAR AND FINAL”

    YPG Commander General Sîpan Hemo ended with the following call to the Kurdish people; “The war to develop is a historic one that will lead to final. This will be the final for Rojava Kurdistan, Kurds in all parts of Kurdistan and thus all the peoples of the Middle East. This is because of the fact that the Turkish President with psychological issues has become a menace for the entire region, for the Kurds, Arabs, Assyrians, Turks and all other peoples. It seems that our fate gives us the task of freeing the region of Erdogan menace just like our YPG/YPJ forces cleared the region of ISIS. The Afrin war will be a war of this kind. We believe that the people of Kurdistan, Arab people and the peoples of Syria, region and the world will take sides with the legitimate struggle of our people in Rojava Kurdistan and manifest a stance against the fascists that attack the Kurdish people in an attempt to deprive them of their rights.”"
     https://anfenglish.com/features/ypg-commander-general-sipan-hemo-afrin-war-will-be-the-final-24212

    https://anfenglish.com/features/ypg-s-message-to-the-turkish-state-on-afrin-you-are-dreaming-24240

    "Reactions are growing against the Turkish state’s attacks and invasion threats against Afrin. People are rushing to Civil Defense Forces (HPC), People’s/Women’s Defense Units (YPG/YPJ) and Volunteer Defense Units (YPC) in a manner of mobilization against invasion. Peoples are taking to the streets in masses across Rojava and various territories of Syria to protest against Turkish attacks.

    Thousands in Shehba and liberated neighborhoods of Aleppo protested Turkish attacks yesterday and vowed that “We will triumph in Afrin and Shehba just like we did in Kobane and Raqqa”."
    https://anfenglish.com/rojava/people-of-afrin-and-shehba-mobilize-as-attacks-continue-24244

    http://en.hawarnews.com/arab-notables-we-will-not-accept-new-ottoman-occupation-in-our-areas/

    http://en.hawarnews.com/qamishlo-chanted-afrin-we-are-all-with-you-rojava-territories-will-be-graveyard-for-invaders/ 

    https://anfenglish.com/rojava/afrin-not-alone-in-the-fight-against-the-invasion-24252 

    "Arabic National Body: We will be soldiers against Turkish aggression

    QAMIŞLO- Arabic National Body said that the attacks of the Turkish state on Afrin are “to block the political solution in Syria,” and confirmed that they in the body stand by the people of Afrin and said “We in the body will be soldiers carrying arms against this aggression.”"
    http://en.hawarnews.com/arabic-national-body-we-will-be-soldiers-against-turkish-aggression/

    https://anfenglish.com/features/invasion-can-t-pass-in-afrin-erdogan-alone-again-24276 

    PKK’s Executive Committee Murat Karayilan : "Karayilan criticized the statement by a spokesperson of the international coalition and said that the statement was provocative.

    “This statement provoked Turkey, Syria and Iran against the Kurds in Rojava. After that they (US) said “We understand the concerns of Turkey” and “we have no presence in Afrin”. They mean that you (Turkey) can enter Afrin. This attitude raises concerns and suspicion” Karayilan said.

    (…)

     “Our people should know that in Afrin or in Kurdistan we will first trust in ourselves. But nobody should be a partner with Turkey’s dirty aims. They should stand against it in the name of humanity. Even if they don’t stand against it, at least they can stay away from partnership with them. Because if nobody supports Turkey or be partner with it, Turkey won’t be able to cope with Kurdish people”.

    (…)

    Karayılan continued with the following message to Afrin: “Everybody should know that we are behind them. And we are not only behind them but on their side. Erdogan always say ‘PKK will get closer to the sea’. Now there is no PKK there. The patriotic and heroic people of Afrin are there. But if they attack PKK won’t stand aside and watch. It won’t be a spectator just as it was not a spectator for what was happening in Kobane. We said it before: we as Kurdistan freedom guerrillas we are responsible of defending Kurdistan”. (…) I am calling upon all Kurdish people and youth: everybody should be ready to mobilize”."
    https://anfenglish.com/features/pkk-s-karayilan-calls-for-mobilization-for-afrin-24278

    http://en.hawarnews.com/arab-clans-in-al-tabqa-confirmed-their-readiness-defending-afrin/ 

    "YPG General Command said, “We will resist Turkish state’s attacks with a spirit of self-sacrifice. All Kurdish youth should join the YPG ranks and close the ranks of resistance against the fascist Turkish state’s Afrin invasion.”

    (…)

    As YPG, we openly declare this. We have no choice but to resist. Just like we have existed by resisting, we will enhance this resistance to continue our existence. Our defense forces and our people are not separate from each other. They are tied to each other. We call upon all of our young people to meet in the ranks of resistance, taking the resistance spirit of our sacrificial martyrs as an example. Especially the young people of Northern Syria, and the youth of Afrin, should join the YPG ranks and defend Afrin against the fascist and barbaric Turkish state.(…)"
      https://anfenglish.com/rojava/ypg-we-will-resist-for-afrin-with-spirit-of-self-sacrifice-24303 

    "“WE WILL FIGHT IN AFRİN” 

    Evin Tilberek: “As the YPJ, we took our place in the Operation Cizire Storm. The conditions in Deir ez-Zor are harsh, especially the sand storms create difficulties for us. But for us it’s not a problem. Things are going well. We are not affected too much. The Turkish state wants to attack Afrin. Like we are fighting in Deir ez-Zor, we will go to Afrin and we will fight. Until the last drop of our blood, we will continue to fight and resist. Victory will be ours.”

    “WE WILL NOT ALLOW IT” 

    Zêrin Çerçela: “As YPJ fighters, we take our place in the Deir ez-Zor operation. The Turkish state is preparing to enter Afrin. Like we fight here now and defeat the gangs, we will fight in Afrin all the same. As the YPJ we will never allow the Turkish state to enter Afrin.”

    “WE WILL NOT ABANDON OUR SACRED LANDS TO THEM” 

    Bahar Qamişlo: “The Rojava Revolution has entered its 7th year. To date, we have achieved victory in all our sacred lands. Thanks to the YPG and YPJ, we have achieved victory everywhere. So many young women and men shed their blood for these lands. We have made a promise to them, we will always follow their path. We achieved the greatest victories in Kobanê, Manbij and Raqqa. And today we are in Deir ez-Zor. We are on the frontlines. Deir ez-Zor is geographically different from other areas. It is mostly desert. There is constant fog and desert storms. We are always cautious. Night or day, we almost never sleep. Because we don’t want to have martyrs or veterans. Our only goal is to protect these lands from these barbaric gangs. These lands are sacred, and many nations are fighting for them.

    For seven years, this revolution has continued. And for seven years, we have been fighting these enemies of humanity. Now we fight in Deir ez-Zor. When we are asked, we will go to fight in Afrin. The enemy attacks from all sides, and we respond to all attacks. We will not abandon these sacred lands to them under any conditions. Today our comrades resist in Afrin. They display great heroism. Like we resisted in Kobanê, like we had dozens of martyrs and achieved victory, in Afrin, in Deir ez-Zor, we will march on to a free Kurdistan, a free and democratic Syria and federalism. Because all nations are present here and are fighting.

    After Deir ez-Zor, we will go to Afrin. Afrin is our sacred land. Erdoğan doesn’t know what to do. Whatever happens, we will not give Afrin up. We will not give up our lands and our country. Victory will be YPG’s and YPJ’s.”"
    https://anfenglish.com/women/ypj-fighters-we-will-fight-in-afrin-and-we-will-win-24290 

    MSD (Syrian Democratic Council) Presidential Council Member Hikmet Hebib : "“THE WAR IN THE REGION WILL SPREAD TO TURKEY”

    Hebib stated that Erdoğan wants to revive the Ottoman era and invade new areas like Bab and Jarablus with his attacks on the region and added: “Northern Syrian forces have saved the region from terror, civilian and military institutions have been formed. They will defend the region by resisting the Turkish state’s attacks as well. The war the AKP fans in the region will spread to Turkey too.”

    “OUR STRENGTH IS THE WILL OF OUR PEOPLE” 

    Hebib said the Northern Syrian forces will defend the region and continued: “We have promised our martyrs that we will protect the gains they made with their blood. We will not let Erdoğan invade our lands. Our strength comes from the will of our heroic people.”"
    https://anfenglish.com/rojava/msd-s-hebib-the-war-will-spread-to-turkey-as-well-24289

    "Kurdish institutions are calling for mobilization in four parts of Kurdistan.

    (…)

    TEV-DEM CALLS FOR MOBILIZATION 

    Democratic Society Movement (TEV-DEM) issued a statement and called on the people of Rojava, all Kurdistanis and democratic circles for mobilization. TEV-DEM Executive Council Co-chair Aldar Xelil asked Kurdish youth to flock to the resistance front for the YPG/YPJ.

    (…) 

    CALL ON ALL FOUR PARTS TO DEFEND AFRIN 

    Northern Syrian Federation Executive Council Co-presidency called on all Kurds in Northern Syria and in all four parts of Kurdistan to stand against the attacks. The statement said, “We are calling on our citizens in all four parts of Kurdistan to take to the streets and stand against this vile attack on Afrin.”
    https://anfenglish.com/rojava/today-in-the-attack-on-afrin-launched-with-russia-s-permission-24310

    The Democratic Self-Administration of Rojava-Northern Syria : "(…) Despite the unequal military power between the YPG and the Turkish army, NATO’s second largest military force, the YPG made its decision to defend Efrin and will not surrender. Therefore, the free will and determination will triumph over the massive military arsenal of the Turkish army.

    (…)

    The Turkish invaders have committed massacres against civilians and crimes against humanity. The international community has remained silent, despite the great powers’ statements, especially Russia and the US, that the Turkish aggression does not serve the security and stability of the region, as well as the war on Daesh. It has been reported in the media that the Russian and US foreign ministers talked and discussed the Turkish aggression and attack on Efrin. They however did not address the issue in public and did not release any official statements. (…)"
    https://internationalistcommune.com/statement-of-the-democratic-self-administration-of-rojava-in-relation-with-the-attacks-to-afrin/

    Co-Presidencia del Consejo Ejecutivo del KCK : "(…) Mientras Rusia y el régimen sirio permiten al estado turco usar su espacio aéreo, los EEUU han alentado la invasión afirmando que Afrin se encuentra fuera de los territorios implicados en la lucha común contra el ISIS. Por lo tanto, los EEUU una vez más se han convertido en cómplices de la enemistad del estado turco contra los kurdos, al tiempo que ayudan a reforzar al gobierno fascista de Erdogan y Bahceli. Alentar, aprobar y su connivencia con la invasión de Afrin implica apoyar el gobierno fascista de Erdogan y Bahceli contra los sectores democráticos. En un momento en el que el fascismo de Erdogan y Bahceli está a punto de derrumbarse, no oponerse a la invasión de Afrin supone consolidar el poder de Erdogan. La ausencia de oposición a la invasión tanto de los EEUU como de los países de la UE implica a su vez que apoyan la opresión contra los pueblos de Turquía. Por ello, Rusia, EEUU y la UE se han convertido en participes de los crímenes cometidos por el fascismo de Erdogan y Bahceli.

    Durante el siglo XX los kurdos han sido sometidos a una política genocida. Las fuerzas internacionales han apoyado y colaborado con esta política. El resultado ha sido que uno de los pueblos más antiguos de la historia ha sido llevado al borde de su extinción. Siempre que el pueblo kurdo se ha resistido a dichas políticas genocidas de Turquía, los EEUU y la UE han mostrado su apoyo a Turquía, país miembro de la OTAN. El objetivo principal de Turquía al unirse a la OTAN, fue precisamente buscar apoyo para su política genocida contra los kurdos. Todavía hoy, asegurar este apoyo es la principal condición de Turquía para las negociaciones de adhesión a la UE. El silencio de estos países, para proteger sus intereses económicos, les hace cómplices del genocidio contra los kurdos. Si los EEUU y la UE no se oponen a esta invasión genocida serán vistos como partícipes de dicho genocidio. (…)"
    https://rojavaazadimadrid.wordpress.com/2018/01/25/declaracion-de-la-kck-sobre-afrin/ 

    "The Youth Union of Rojava (Yekitiye Ciwanen Rojava -YCR) released a statement about the Turkish invasion operations against Afrin.

    Full text of the statement by YCR is as follows; 

    “In these moments right now, the fascist Turkish state is attacking our people and land in Afrin. With warplanes they are bombing cities, villages, the mountains and the valleys. For a long time the beginning of fighting in Afrin has been a main topic, and now it became true. 

    We as the Youth Union of Rojava always made our stand clear that defending our people and our land is our priority. For this reason we call for a general mobilization. Everybody who feels what is happening and with honor in his or her heart, with courage and belief needs to take a weapon and join the forces that are defending Rojava. Talking is over, they want war, we are going to give them war. Rojava is going to be the grave of Erdoğan and Bahçeli. 

    If everyone remembers, during Kobanê, Erdoğan was screaming every day: “Kobanê is going to fall today, is going to fall tomorrow”. That’s what he said, but with the brave resistance of thousands of martyrs, Kobanê did not fall but became the symbol for the free will of the people. Look where we are today. 

    The peoples of Northern Syria are standing together and with our common struggle, as Arabs, Kurds, Syriacs, Assyrians and Turkmens we did not only defend ourselves, but we destroyed the Islamic State, their capital was liberated with the effort and blood of hundreds of freedom-fighters. Like this the sisterhood of the people and a democratic Syria became a guarantee. Today they are having dirty plans again. Erdoğan wants to take action this winter before it gets spring, because this spring is going to be the spring of the defeat of the Turkish fascism. It is going to be the peoples’ revolution-spring. 

    The Turkish-state’s existence on our soil is not at all legitimate and like the youth of northern Syria we will never accept it. They have to know that Kobanê was the beginning of the downfall of ISIS, the same way Afrin will be the beginning of Erdoğan’s end. We will make the whole border a warzone against occupation. That’s why we call on all revolutionary and democratic youth of the world to rise up against Turkish state fascism. We especially call on the revolutionary and democratic youth in Turkey and Northern Kurdistan to rise up against the AKP-MHP dictatorship. 

    We call on the youth of Rojava and Northern Syria to join the defense forces, join YPG and YPJ, against Turkish occupation rise up! Wherever you are, go to the streets! Long live the Afrin resistance! Long live Rêber APO! Rise Up! Rise Up! Rise Up!”
    https://anfenglish.com/rojava/ycr-calls-on-the-youth-of-rojava-to-join-the-ypg-ypj-ranks-24319
     

    Şoreş Ronahî, miembro del comité directivo de la YCR (Yekîtiya Ciwanên Rojava, la Unión de Jóvenes de Rojava) : "Turquía ha comenzado la guerra contra el cantón de Efrîn. ¿Cuál es vuestra situación en Rojava? 

    Como sabéis, la operación contra Efrîn no llegó de repente. Ha sido durante mucho tiempo uno de los principales temas en Turquía. Además, desde hace tiempo, ha habido intentos del enemigo de cruzar la frontera, ha habido bombardeos con artillería pesada, morteros, etc. en la ciudad de Efrîn. En Turquía, Erdoğan, Bahçeli y Çavuşoğlu (1) ya desde meses básicamente no hablaban de otra cosa sino la guerra contra Efrîn.
    En consecuencia, por nuestra parte hemos tomado las precauciones necesarias. Tanto YPG y YPJ, así como las Fuerzas Democráticas de Siria se estaban preparando. Las instituciones civiles tampoco se quedaron inactivas. También la YCR está preparada para la guerra.
    Desde el principio nuestra posición fue la siguiente: si el enemigo comienza la guerra en Efrîn, nosotrxs no limitaremos esta guerra a Efrîn. Haremos una guerra contra el estado turco en todos los niveles. Si es necesario, atacaremos a Turquía desde otras áreas de la franja fronteriza, no solo desde Efrîn.
     

    Répondre

    3
    Mercredi 24 Janvier à 11:29

    Que "les Turcs" ça ne veuille rien dire, au sens où si on faisait joujou avec les haplogroupes 10% de la population grand max proviendrait effectivement d'Asie centrale, parce que la réalité est que le turc s'est peu à peu imposé comme langue véhiculaire de l'Empire et le sunnisme comme moyen de payer moins d'impôts, est justement une excellente raison pour qu'il n'y ait aucun sens à être "anti-turc"...

    2
    Mardi 23 Janvier à 14:03

    Ça, ça a plus que sa part de vérité. Les Turcs ont longtemps été une minorité non seulement dans l'Empire (évidemment), mais même dans ce qui est aujourd'hui la Turquie. Énormément de populations ont été turquisées, surtout à partir de la fin du 19e !!

    1
    Pascal
    Mardi 23 Janvier à 13:32
    La Turquie, une nation opprimée ? Même quand elle était "l'homme malade" et qu'elle devenait dépendante du capital étranger, ce n'était quand même pas l'Irlande. Via une "oligarchie" ? Ce n'est pas non plus le Guatemala ni le Salvador.
    Si tu Français n'existent pas, les Turcs existent ils davantage ? Les "Turcs" qui cherchent les anciens noms de leurs villages trouvent des noms grecs, arméniens, kurdes.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :