• Encore une fois sur l'immigration (précisément sur la question de "l'immigration sert au patronat néolibéral à tirer les salaires vers le bas")


    [Rebondissant sur cet article : https://www.mediapart.fr/journal/france/260918/immigration-contre-salaires-une-vision-partielle-et-biaisee]

    C'est bizarre que là encore ils ne disent pas, tout simplement, que la division internationale du travail s'est développée, que les pays du Sud sont les usines du monde à 3€ par jour et que c'est donc là-bas que le néolibéralisme a besoin de la main d'œuvre, point, donc hors de question qu'elle vienne ici. Eh oui : la première grande "pression sur les salaires" occidentaux en cet an de grâce 2018 après Jésus-Christ, c'est déjà d'abord et avant tout la DÉLOCALISATION des entreprises, de la production, vers ces mêmes pays de main d'œuvre à bas coût dont nous proviennent les migrants (car cette industrialisation brutale des pays bouleverse leurs sociétés traditionnelles sans pour autant créer non plus suffisamment d'emplois pour tout le monde) !

    Et si des secteurs pourraient requérir cette main d'œuvre et effectivement l'employer quand elle arrive à passer entre les mailles, c'est un aspect marginal.

    Déjà, la pression à la baisse sur les salaires part d'un postulat assez foireux : celui de l'interchangeabilité absolue entre un travailleur et un autre.

    Or ce n'est pas du tout le cas.

    Ça POUVAIT vite fait l'être du temps de Marx, quand des individus de savoir-faire ouvrier venaient dans des bassins ouvriers, dans des sociétés presque entièrement ouvrières ou alors paysannes (pour nourrir le reste ET, effectivement, servir d'"armée de réserve" de la production industrielle lorsque surnuméraires dans leurs cambrousses).

    En fait ce sujet est le marronnier des gens qui mélangent tout et glossent, et l'ère des réseaux sociaux n'arrange encore une fois rien du tout.

    La théorie de la pression sur les salaires implique le postulat de travailleurs soldats de plombs qu'on déplace sur un échiquier, et ce postulat est grotesque.

    Si les migrants sont à l'origine des prolos ou des paysans, s'ils ne parlent pas ou mal la langue du pays d'arrivée, ils ne peuvent pas dans celui-ci "tout faire". Concrètement, ils pourront trouver des emplois pour lesquels il y a un manque de main d'œuvre... parce que les gens du pays n'en veulent pas.

    Si ce sont des gens éduqués et diplômés, ils le sont aussi en général dans un domaine, pour lequel il y a déjà largement suffisamment (généralement trop) de candidats à un poste dans le pays d'arrivée, des métiers qu'on ne peut pas exercer "comme ça", et ils ne peuvent donc pas non plus "tout faire" et prendre l'emploi de n'importe qui. Au "mieux", ils trouveront les mêmes petits boulots qu'exercent les diplômés nationaux qui ne trouvent pas de poste à la sortie de leurs études, pour lesquels il y a toujours besoin de monde dans un contexte de fort turn over (caissiers, plonge, télémarketing etc.).

    Il n'y a pas par exemple d'"immigration clandestine" des médecins, puisque c'est un métier qu'on ne PEUT PAS exercer "comme ça", à l'arrache ; un métier ultra encadré et contrôlé.

    Il y a qu'on VA CHERCHER des médecins à l'étranger parce que les propres numerus clausus des têtes de glands de l'Ordre engendrent une pénurie dans une société de plus en plus âgée et médicalisée.

    Ces numerus clausus visent à protéger de la concurrence les cabinets libéraux et les postes élevés dans les cliniques et les hôpitaux, autrement dit, à préserver les hauts revenus des médecins nationaux. Et on va chercher des étrangers pour les postes subalternes payés au lance-pierre. Ou à la rigueur parce que le système de numerus clausus se baise lui-même et qu'on se retrouve avec des patelins sans personne pour reprendre le cabinet et donc sans médecin à moins de 25 bornes. Bien sûr, reprendre ce cabinet impliquera peu de patients donc de revenus - il faut, donc, que vienne un médecin étranger qui aurait gagné moins dans son pays, parce que les médecins français ne veulent pas d'un tel poste non rémunérateur. Tout le contraire d'une pression sur les revenus...

    On retrouvera le même système dans d'autres professions diplômées, et dans tous ces cas déjà ce ne seront pas des "migrants" venus entre les mailles du filet, mais bien (effectivement) une venue légale, voulue et organisée ; sauf que pas du tout pour "tirer vers le bas" les rémunérations des nationaux, mais pour leur laisser au contraire le monopole des bons postes qui rapportent et pourvoir les postes subalternes avec des étrangers.

    Celui-là : https://www.revue-ballast.fr/marx-et-limmigration-mise-au-point/ rejoint un peu plus ce que nous disons, il vaut le coup d'être reproduit.

    *************************************************************

    Un petit résumé de notre position scientifique exprimée ici et dans "Les Charters de la Honte", qui peut éventuellement s'avérer utile pour en faciliter la compréhension :

    Il a longtemps existé une immigration de conformité aux besoins du capital : les "Borains" belges de Germinal de Zola ; les Italiens du 19e siècle, début 20e, etc. (ou tout simplement, et en vérité dans des proportions 10 fois plus importantes... des petits gars venus des campagnes alentour, de cette paysannerie qui avait 6 enfants pour une seule terre à donner en héritage). Avec effectivement, là, une logique de pression sur les salaires et les revendications (encore que cette pression fut sans doute fort secondaire par rapport à celle des Chassepot de la troupe envoyée canarder les grévistes comme à Fourmies...) ; et souvent une xénophobie ouvrière en réaction à cela, forme de "socialisme des imbéciles".

    Et puis évidemment les Trente Glorieuses, avec les Algériens, les Portugais que le patronat allait CHERCHER, avec des bureaux de recrutement directement dans les pays. On était loin de la chasse à l'immigré actuelle dans les Alpes !

    Mais là par contre, déjà à cette époque, on ne pouvait plus vraiment parler de pression sur les droits et les salaires... Les ouvriers nationaux, "de souche" ou d'immigration européenne antérieure, avaient accru leur niveau de vie par les luttes et les conquêtes sociales, gagné en salaire sous toutes ses formes, et d'ailleurs CONTINUAIENT à le faire ; et dès lors, pour que cela soit possible il fallait une "niche" de surexploitation, une couche de travailleurs qui travaillent encore dans des conditions épouvantables et pour des salaires de misère, sans faire grève etc., et ceux-ci étaient donc censés être les immigrés, tenus en joue par la carte de séjour... Il n'y avait pas de "concurrence" avec les nationaux, puisque ceux-ci (déjà) ne VOULAIENT généralement PAS de tels boulots, de leurs salaires et de leurs conditions !

    Et puis ensuite, à partir des années 1980, nouvelle mutation : il est devenu d'une part possible (existence d'une main d’œuvre sachant faire), d'autre part MOINS CHER de produire dans le "Tiers Monde" et d'acheminer la marchandise (au "pire" avec besoin de quelques finitions, derniers montages, histoire de garder une industrie en Occident quand même !), que de produire sur place et de faire venir si besoin (pour pourvoir les postes de misère et d'esclavage) de la main d’œuvre immigrée. Accomplissement, en définitive, de la "prophétie" d'Hobson http://ekladata.com/y2kWxo.png que Lénine pensait voir conjurée par la révolution prolétarienne mondiale, mais celle-ci après de grands succès initiaux a fini par reculer et finalement (pour le moment) être vaincue.

    C'est l'ère des fameuses délocalisations. La courbe s'inverse complètement, on ne va plus chercher les gens mais on les EMPÊCHE au contraire rigoureusement de venir, car c'est CHEZ EUX que le Capital en a besoin pour y produire pareil... mais pour 10 fois moins cher.

    Cette nouvelle politique va effectivement générer quelques tensions au niveau de certains secteurs (tâches les plus ingrates de la restauration, nettoyage, bâtiment, ce qu'il reste de grandes exploitations agricoles etc.), dans lesquels on ne peut par définition pas produire le bien ou le service à l'étranger et l'acheminer, et dont les nationaux y compris issus de l'immigration antérieure ne veulent pas trop entendre parler (pas assez pour le nombre de postes en tout cas) ; mais cela reste à la marge, la politique GLOBALE des métropoles impérialistes est désormais le refoulement de l'immigration et le maintien de la main d’œuvre dans le "Tiers Monde".

    ET ÉVIDEMMENT... vouloir QUAND MÊME venir en Europe/Occident, pour s'y réapproprier un peu de ce que l'impérialisme a pillé dans son "Tiers Monde" d'origine (causant la misère - voire la guerre, le chaos réactionnaire, le massacre permanent - elle-même cause du départ), est PLUS QUE JAMAIS un ACTE DE RÉSISTANCE anti-impérialiste objective.

    Oui car une "petite place", même "très modeste", au "soleil trompeur" des métropoles de l'impérialisme est justement une ATTAQUE, un MISSILE contre sa logique économique et sa division internationale du travail ; qui lui fait en réalité bien plus de mal qu'un camion piégé en plein quartier des ministères... 

    Même si les intéressé-e-s n'en ont généralement pas conscience... C'est d'ailleurs pour cela que sont mobilisées contre les migrants des forces qui manquent cruellement de l'autre côté pour déjouer des attentats : tout simplement parce que les migrants font PLUS DE MAL à l'impérialisme que les attentats.

    Les flux migratoires ont ce double aspect de tragédie (celle qui fait partir et les souffrances, le danger, la mort en route) et d'acte OBJECTIF de résistance.

    De GUERRE, même... rappelons que le blocage des migrants a un nom d'opération militaire : Frontex. Une guerre qui fait des morts. Et dans laquelle les internationalistes doivent choisir leur camp sans l'ombre d'une d'hésitation !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :