• Au sujet d'une vidéo qui tourne pas mal sur les réseaux sociaux (sur la "psychopathie" de Macron)



    Question : le gars là, avec ses lunettes à grosses montures carrées de démochrétien P2iste, il a pensé à une psychanalyse de Salvini, Berlusconi ou Grillo ?

    Non parce que "Marine Le Pen, la Marianne, la représentante de la France", on dit ça on dit rien mais ça nous fait un peu penser à un travail de commande pour le bloc Lega-M5S (qui a eu du contentieux avec Macron, qui a soutenu la tentative de coup de force présidentiel contre la nomination - finalement abandonnée - de l'europhobe Paolo Savona à l'Économie), quand même.

    Faut arrêter avec ces conneries en vrai.

    On s'en fout que Macron soit psychopathe, narcissique ou autre : il est un ennemi de classe, le chef d'état-major de la bourgeoisie qui en temps de crise "ne recule devant aucun crime", et ça nous suffit amplement.

    Ces trucs, ça sous-entend limite qu'il pourrait y avoir des ennemis de classe "sains d'esprit" donc "bons".

    "Il n'aime pas la France" : pareil, ça ne veut rien dire et ça a tendance à signer qui est derrière ce coup de com' politique.

    Les bourgeois AIMENT bien sûr la France, et ne L'AIMENT PAS comme Nom d'autre chose que de leur Pouvoir de classe, appareil politico-militaire et idéologique à leur service, donc intérêts de classe oui.

    Les prolétaires peuvent aimer "leur pays", "la terre où ils sont nés" au sens d'amour pour ce qu'on appellerait en castillan "su gente", leur peuple prolétaire comme eux qui les entoure (même si nous préférerions bien sûr qu'ils aiment leur pays et peuple réel, comme l'Occitanie par exemple, et non "la France", comme leur amour pour "su gente" se traduit encore hélas dans la grande majorité des cas).

    Bref, tout ça n'a aucun sens.

    Macron n'a pas fait que vivre dans un "sentiment enfantin d'omnipotence" : il l'a accompli, il a réussi, atteint les plus hauts sommets de la société... pour notre malheur.

    Et il faudrait peut-être que pour LE SIEN, quelques nouveaux Lénine fassent la même chose.

    Ce que dit ce bonhomme peut être vu comme la critique d'une "gagne" qu'il serait justement bien que les prolétaires aient (pour la révolution bien sûr, pas pour la réussite personnelle individualiste)*.

    Mais peut-être que ça l'arrange justement qu'ils ne l'aient pas. Quant à ce que des gens comme Macron l'aient, c'est tout naturel de leur point de vue de classe et ça ne mange pas de pain de les critiquer après...

    Bon allez, cassons le suspense : Adriano Segatori est bien psychiatre et psychanalyste, mais surtout, chroniqueur régulier de Destra.it... Un site d'extrême-droite, effectivement : http://www.slate.fr/story/145347/macron-psychopathe-extreme-droite

    Cette vidéo date en fait de l'avant débat de l'élection présidentielle et le spécialiste avait été chargé de coacher Marine Le Pen en vue de celui-ci. À cette époque les démocrates américains avaient déjà attaqué Trump à travers des expertises de psychiatres comme celle-ci, pour mettre en avant l'argument de sa "psychopathie" (de nature à justifier une procédure de destitution au Congrès).


    [* Il est certes vrai que le lycéen qui l'a appelé "Manu" avait 15 ans, et que cela dénote donc un tempérament puéril de sa part que de réagir comme il l'a fait sous l'œil des caméras... mais au fond, il n'a pas TOTALEMENT tort au sens où il est bien vrai que ceux qui voudraient faire la révolution dans ce pays feraient bien de se mettre au BOULOT, à ÉTUDIER, PENSER, CRÉER ; et arrêter de croire qu'interpeller les politiciens bourgeois sur un ton "populo", chanter l'Internationale ou encore réciter ses mantras "classiques" (même le père lambertiste de Schiappa en est capable, histoire de dire...) suffit à faire la révolution...]


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :