• Article très intéressant : Black like Mao - Chine rouge et Révolution noire

  • Commentaires

    1
    Pascal
    Jeudi 18 Août 2016 à 11:19

    Texte très intéressant. Pour ce qui est d'un Etat noir dans le sud des USA où les Blancs seraient une minorité nationale, sans forcément être contre le principe, cela poserait d'énormes problèmes de découpage. Peut être était-ce différent avant les migrations vers le nord-est et la Californie mais aujourd'hui, dans aucun Etat, les Blacks ne sont majoritaires, au plus ils représentent un gros tiers de la population. 

    Pour ce qui est de gens comme Malcolm X, alors que les esclavagistes musulmans ont ravagé l'Afrique, leur démarche me parait incompréhensible. Que je sache, aucun mouvement nationaliste ou de libération d'Afrique subsaharienne n'a jamais eu de coloration islamique. Pour l'anecdote (quoique...) dans le syndicat, j'ai connu un camarade originaire de la Martinique sympathisant de LO et qui s'intéressait à l'islam (en principe, ça ne va pas ensemble). Il était intarissable sur Mumia Abu Jamal mais est tombé des nues quand je lui ai donné un bouquin sur le Soudan du Sud (qu'on appelait un moment Anzanie).

    Quand à l'officiel chinois qui aurait (ça parait gros) que les Soviétiques n'avaient rien à faire en Afrique car ils étaient blancs, c'est quand même une approche particulière de l'internationalisme prolétarien. Le texte dit qu'au XIIIe siècle, il y avait des esclaves noirs en Chine, je ne suis pas sûr qu'il faille remonter aussi loin. 

    2
    Mardi 6 Septembre 2016 à 11:35

    Il y a des mouvements afro-descendants qui se réclament de l'islam et d'autres qui, plus "africanistes" et mettant en avant la domination longtemps exercée par le Nord arabe, lui sont nettement plus hostiles... Dans tous les cas, ce n'est pas à nous - Blancs - de discuter les imaginaires de lutte pour l'émancipation de gens que nous avons exclu de l'humanité et ramené au statut d'animaux (ce que n'a jamais fait à ma connaissance l'esclavage musulman, avec des esclaves tant africains qu'européens qui pouvaient être - ÉTAIENT très fréquemment - affranchis et accédaient parfois à d'assez hautes fonctions économiques et/ou politiques, jusqu'à très fréquemment vizir - premier ministre - du souverain).

    Par ailleurs une grande partie des esclaves dans les colonies britanniques (donc en Amérique du Nord) provenaient de Gambie et étaient donc musulmans avant leur déportation.

      • Pascal
        Mardi 6 Septembre 2016 à 12:10

        La grande majorité des Blancs n'a trempé ni de près ni de loin dans la traite négrière même si beaucoup de Blancs en ont profité indirectement (comme les rois africains qui vendaient leurs prisonniers de guerre ou leurs sujets qui ne marchaient pas droit). Ibn Khaldoun considérait les Noirs comme des animaux ou tout au moins plus proches de l'animalité que de l'humanité (voir sa position sur l'esclavage sur sa fiche Wikipedia). Les esclaves destinés à être vendus en Chine étaient castrés, beaucoup n'y survivaient pas.

        Il est exact que dans le monde musulman, des esclaves affranchis s'en sont bien sortis mais ce fut pareil dans l'Empire romain.

        Je ne sais pas si ce chercheur est un révolutionnaire internationaliste mais il n'est pas blanc :

        http://la1ere.francetvinfo.fr/2014/04/29/l-autre-esclavage-un-apercu-de-la-traite-arabo-musulmane-147531.html

        Les Haoussas déportés au Brésil étaient aussi musulmans et ont tenté d'y provoquer une révolte (Maryse Condé en parle dans un de ses romans).

    3
    Mardi 6 Septembre 2016 à 13:59

    J'ai lu les propos d'Ibn Khaldoun, assez dégueulasses en effet, mais néanmoins ils ne semblent viser que les Africains animistes et de fait communautaires primitifs - ceux pour qui le décalage de forces productives, car en réalité il n'est pas question d'autre chose, avec le monde arabe était le plus flagrant. Il ne semble pas parler ainsi des grands États, déjà convertis à l'islam pour beaucoup, tels que l'Empire du Mali, qui avaient sérieusement les moyens militaires de tenir tête à l'Ifriqiya ou à l’Égypte à cette époque.

    Mais enfin oui, il y a peut-être là les germes de ce qui aurait pu devenir une théorie arabe de suprématie raciale, si le monde arabe avait par exemple "découvert" l'Amérique en premier et pris la place que l'Occident occupe aujourd'hui dans le monde. Enfin bon, avec des si...

    Et il est également possible, vu les relations intellectuelles très importantes entre Islam et Chrétienté à l'époque et vu que les savants arabes étaient réputés "meilleurs connaisseurs" de l'Afrique, que ce genre de position ait pu servir lors de la controverse de Valladolid ou les Natifs américains seront reconnus (de justesse) humains mais les Africains non...

    Ceci étant, le fait est que les Arabes/musulmans ont échoué à devenir le Centre du monde qu'est devenue l'Europe (puis le couple Europe/Amérique du Nord) et qu'ils se sont eux aussi retrouvés finalement dominés et relégués dans une forme d'infra-humanité, ou d'humanité barbare associée à tous les fantasmes les plus terrifiants.

    4
    Mardi 6 Septembre 2016 à 14:58

    Je ne sais pas si ce Monsieur N'Diaye est révolutionnaire internationaliste, et en effet il n'est pas blanc, mais ce qu'il dit me semble assez invraisemblable et dans tous les cas lèche-blanc/occidental.

    D'abord, si on parle moins de l'esclavage arabo-musulman des Africains c'est peut-être parce qu'il n'est pas une base, un socle fondateur du monde actuel vu que le capitalisme arabo-musulmans ne le domine pas ; et si il y a une solidarité d'anciens colonisés entre Noirs et Arabes eh bien c'est comme ça, c'est un fait et un fait de responsabilité occidentale il me semble.

    Ensuite il me semble absolument invraisemblable que les esclaves aient été systématiquement castrés, ce qui aurait obligé à lancer des opérations pour en capturer en permanence, en comptant en plus avec une mortalité de 70 à 80% des captifs du fait de cette mutilation, donc nécessité de capturer 4 ou 5 fois le "nécessaire"... au lieu de les laisser tout simplement se reproduire et se multiplier entre eux, avec éventuellement des lois interdisant le métissage, comme cela a été fait dans les colonies européennes et comme cela se fait "naturellement" depuis le néolithique avec tout bétail, si l'on veut considérer que les esclaves étaient vus ainsi. Ça me paraît absurde. Les eunuques, oui, qui gardaient les harems des souverains étaient castrés pour des raisons évidentes (je n'ai pas dit "légitimes", mais évidentes). Ils n'étaient d'ailleurs pas forcément africains (beaucoup d'européens, caucasiens etc.). Mais les autres ? Et d'ailleurs, où sont les traces dans le monde arabo-musulman des EXPLOITATIONS ÉCONOMIQUES (plantations, mines etc.) qui auraient nécessité une telle quantité de main d’œuvre ? Je n'en vois pas, partout où il y a terre cultivable elle semble avoir été cultivée de tout temps par des fellahs locaux, et un esclavage purement domestique (serviteurs de palais etc.) n'aurait jamais nécessité 17 millions de personnes même sur 13 siècles (et d'ailleurs, 17 millions sur 13 siècles ce n'est pas et ça ne sera jamais la même chose que 11 à 13 millions - les chiffres sont désormais assez précis - sur un peu plus de 3 siècles en réalité, 1 siècle et demi même pour plus de 80% de ce chiffre, et pas 4 ; et c'est sans compter la servitude raciste de millions de Natifs américains survivants des épidémies et des massacres, et celle non-officiellement esclave mais du pareil au même de centaines de millions de colonisés africains ou autres aux 19e et 20e siècles).

    En fait j'y vois encore une exemple, avec non-Blanc "de service", de cette entreprise d'entortillage intellectuel au service de la déculpabilisation de l'Occident impérialiste, comme s'il existait aujourd'hui une domination mondiale du Capital arabe/musulman à laquelle il serait prioritaire de porter des coups. Encore et toujours le même "regardez, y a un Noir qui dit que les Arabes ont été plus cruels que nous, youhou !!!". Et comme une réponse très fréquente (et de bon sens) à cela est "où sont les descendants de ces millions d'Africains dans le monde arabo-musulman, quand on sait que des régions et des pays entiers d'Amérique sont peuplés de 70 ou 80% ou plus de descendants d'esclaves transatlantiques", hop-là, on nous a trouvé cette histoire abracadabrantesque de "castration systématique".

    À LA RIGUEUR aborder ce sujet, mais l'aborder de manière SÉRIEUSE, peut servir à comprendre-expliquer-combattre une certaine négrophobie chez les Arabes (et une certaine arabo-islamophobie en retour chez les Noirs), donc à lutter contre la division des masses ; mais ça n'est d'aucun intérêt contre l'ordre mondial réel et actuel et ses dominants réels.

    Et j'entends bien que tes ancêtres (pas plus que les miens), paysans occitans d'après ton patronyme (à moins qu'il ne signifie qu'ils étaient aubergistes...), n'ont pas participé ni sans doute tiré un profit colossal de l'esclavage outre-Atlantique. Néanmoins, en ayant un regard plus critique sur ce que tu relayes, tu participerais peut-être mieux à la destruction de ce "privilège blanc" qui n'est autre que l'idéologie de la domination occidentale impérialiste sur la planète.

    5
    Pascal
    Mardi 6 Septembre 2016 à 17:41

    En effet, je pensais que c'était essentiellement les esclaves destinés à la Chine qui étaient castrés, les autorités chinoises de l'époque ne voulant pas qu'ils fassent souche.

    Sinon, il est difficile pour les époques lointaines de déterminer la portée des événements. Par exemple, même si la révolte a fait tache d'huile, dix mille esclaves, ça parait peu pour un bilan jusqu'à 2,5 millions de morts.

    http://negronews.fr/2015/05/08/culture-la-revolte-des-zandj-des-esclaves-noirs-se-revoltent-contre-les-esclavagistes-arabes/

    6
    Mardi 20 Septembre 2016 à 10:25

    http://indigenes-republique.fr/le-colonialisme-explique-a-fourest/

    des éléments de réponse à ce débat très intéressant...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :